Browsing Tag

partis politiques

Contributions

#Inventons2017 : « Les civic tech doivent s’associer aux Écoles pour réinventer la démocratie »

6 mars 2017 • By

Diffuser l’usage des civic tech

Nous sommes convaincus que le potentiel des civic tech réside moins dans la technicité des outils que dans les usages qui en sont faits. Si nous voulons qu’elles soient au service des citoyens, et notamment des jeunes, il faut mettre en place les conditions pour qu’eux-mêmes s’en emparent. En évitant toute approche top-down, il s’agit de familiariser les moins de 30 ans à ces outils et de les encourager à s’auto-organiser. Le cadre scolaire constitue le lieu idéal pour penser cet apprentissage.

#Inventons2017

Former les étudiants aux outils collaboratifs

Les étudiants devraient avoir l’occasion de s’approprier les outils et les méthodes de la civic tech pour en faire un usage aussi naturel que les moteurs de recherche ou les encyclopédies collaboratives. Au travers d’expériences de formation dédiées à la maîtrise de ces outils, les étudiants apprendront à :

  • Collaborer non seulement avec leurs pairs, mais également avec des citoyens hors les murs. Nous pensons que tout citoyen doit savoir mobiliser les intelligences au-delà de ses cercles sociaux habituels.
  • Confronter de manière critique les savoirs acquis dans leur scolarité. Le dialogue avec autrui est un réflexe indispensable pour penser hors des cadres établis et proposer des solutions innovantes.
  • Se constituer en collectif autonome et citoyen afin non seulement de concevoir des idées mais de les faire valoir face aux élus. Le lobbying citoyen est une condition essentielle du renouveau de la vie démocratique.

 

Convaincre l’institution scolaire

Voilà pourquoi il faut convaincre les établissements scolaires, du primaire au supérieur, de développer des méthodes d’enseignement alternatives autour de ces outils. À nous, promoteurs de ces technologies citoyennes, d’aller porter le message à ces institutions et de les soutenir dans leur effort d’innovation.

 

Le programme #Inventons2017

Travailler collaborativement à l’élaboration de projets de réformes politiques innovants

Make.org, Sciences Po, Les Echos Start, LCI, Bluenove et Facebook se sont associés pour créer un laboratoire démocratique au cœur d’un établissement d’enseignement supérieur et de recherche. Ce partenariat constitue à lui seul un parcours optionnel du master Ecole Affaires Publiques et ayant valeur de stage. L’objectif du programme #Inventons2017 est d’apprendre aux étudiants à penser l’inclusion des citoyens dans la conception des politiques publiques. Les étudiants sont chargés d’organiser une consultation citoyenne des jeunes de moins de 30 ans et de concevoir avec eux 5 projets de réforme qui seront débattus par les candidats à la Présidentielle de 2017 le 25 mars prochain.

Déroulement de l’initiative #Inventons2017

Entre novembre et décembre, les étudiants accompagnés par Make.org et ses partenaires ont recueilli plus de 4000 propositions de jeunes de moins de 30 ans, soutenues par plus de 360 000 votants, sur 5 grands thèmes de politique publique. Une fois la consultation achevée, 30 étudiants de l’École Affaires Publiques de Sciences Po se sont portés volontaires pour les transformer en projets de réforme concrets en collaboration avec les citoyens participants et des experts.

Cinq propositions plébiscitées par les jeunes de moins de 30 ans ont été retenues :

  • Créer une institution citoyenne de contrôle et de participation de la vie politique
  • Introduire un revenu minimum universel
  • Établir un service citoyen obligatoire
  • Repenser l’orientation professionnelle à l’école
  • Lutter contre l’obsolescence programmée

En ce moment même, des centaines de jeunes participants collaborent activement avec les étudiants sur la plateforme Assembl afin de transformer ces propositions en véritables projets de réforme. Une fois constitués, ces programmes d’action politique feront l’objet d’un débat entre les étudiants et les candidats à la Présidentielle lors d’un événement retransmis en direct sur LCI le 25 mars prochain.

 

Signataires de la tribune : Axel DAUCHEZ, Alicia COMBAZ, Nicolas VIGNOLLES, Samuel BERNARD, Amina-Mathilde N’DIAYE, Bénédicte PONS, Laetitia BLANCHE, Jean RABALLAND, Amine ZAGHDOUDI, Clémence LOPEZ, Esther VALENČIČ, Colin SALMON-LEGAGNEUR, Arjun CHATTERJEE, Sylvain ARRAMBOURG, Vincent BARET, Charley PESTOURY

 

À propos de Make.org

Make.org est une plateforme de lobbying citoyen. Elle donne à chacun le moyen d’émettre et partager des solutions afin de répondre aux enjeux de politique locale, nationale et européenne. Make.org accompagne les citoyens dans des actions de lobbying ciblées afin de pousser les élus à prendre position et à concrétiser les solutions qui leur sont présentées.

 

 


Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #15

1 mai 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Les liens Civic Tech de la semaine 15 #CivicTech - CivicTech

 

Hackathon Open Democracy Now! #3 – Inscriptions sur EventBrite

Open Gov, Open Source et Open Data… Comment le numérique peut apporter des réponses pratiques à la démocratie ?

Troisième étape d’un cycle initié en janvier, un nouvel hackathon Open Democracy Now! est organisé avec l’ensemble des partenaires ayant contribué aux précédentes rencontres, ainsi que toutes les équipes porteuses de projets ouverts (Open Source et/ou Open Data) à portée démocratique. 

Rendez-vous les vendredi 10 et samedi 11 juin dans les locaux de la Fondation Mozilla ! 

Ce rendez-vous s’inscrit dans le programme officiel du festival Futur en Seine, qui accueillera les restitutions des ateliers le samedi 11 juin à 19h dans l’auditorium de la Gaité lyrique. 

 

Ouverture du site de la Grande école du numérique :

Le magazine Society publie un numéro dédié au renouveau démocratique 

 

Comment s’y retrouver dans la guerre des primaires citoyennes ? – Conso Collaborative

Pas moins de trois plateformes citoyennes appellent à contester le monopole des partis sur le choix des candidats. Leur but : faire élire un représentant issu de la société civile. Mais pas facile de travailler ensemble pour tous ces mouvements. Décryptage.

 

Personal Democracy Forum FRANCE 2016 – Evénement Facebook

2016, l’année des Primaires : vous êtes plutôt #MadamPresident, #FeeltheBern, Alain Juppé ou Democratech ?

> De Madrid à Strasbourg : #Podemos, #NuitDebout, #Mavoix
> Open gov Speed-dating X 27e Région : 50 conversations pour refaire la Démocratie

> Le Call for Pitches pour la #CivicTech est toujours ouvert ici : https://aimeaile1.typeform.com/to/vMqOOc

Personal Democracy Forum FRANCE 2016

 

Militantisme : les partis sont à l’agonie (à peine 1 % des Français de plus de 18 ans ont leur carte dans un parti) – Le Parisien

Exit les partis de masse, la grande époque où le RPR et le PCF revendiquaient 500 000 à un million d’adhérents. Aujourd’hui, c’est l’heure des basses eaux. Entre le PS ( 135 833 militants, mais 86 171 vraiment à jour de cotisation au 1er janvier), les Républicains (238 208 à jour au 1er janvier), le FN (84 000, mais 57 000 à jour au 1 er avril), le PCF (70 000 à jour environ), le MoDem (14 000), le Parti de gauche (8 000), les Verts (4 000 à 5 000 en 2015), à peine 1 % des Français de plus de 18 ans ont leur carte dans un parti.

 

Selon vous, quels outils numériques la France devrait-elle développer en priorité ? – Portait de la France numérique par Renaissance numérique

Selon vous, quels outils numériques la France devrait-elle développer en priorité ?
  • L’action publique doit en priorité, selon les sondés, développer la transparence des budgets administratifs et les services d’administration en ligne.

  • La priorité va au développement de la e-administration. Le développement d’outils de participation politique sur Internet sont moins attendus par les citoyens, de même que l’ouverture des données publiques.

  • Pour les jeunes (15-34 ans), la mise en place du vote par Internet est considérablement moins attendue que le développement des outils de participation citoyenne.

  • Pour les jeunes, le développement des démarches administratives en ligne est nettement plus important que la transparence des budgets administratifs (+ 7 points).

 

Turin met en œuvre les propositions innovantes de ses employés – La gazette des communes

Exploiter les idées de ses 10 500 employés, c’est le défi dans lequel s’est lancé la ville de Turin, en 2013. L’initiative a été récompensée lors du Place Marketing Forum qui se tenait à Aix-en-Provence, les 9 et 10 mars 2016. Deux ans auparavant, Turin participe à un projet européen dans le cadre du programme « Villes et communautés intelligentes ». Il mobilise tous ceux qui se sentent concernés pour élaborer des propositions améliorant les solutions de mobilité ou d’efficacité énergétique. « Il nous a paru évident à cette occasion que la ville était la mieux placée pour mener la réflexion et réfléchir à des approches plus intelligentes de ses compétences, explique Fabrizio Barbero, cofondateur du projet Innova.to.

 

Les décisions de justice seront publiées en open data – Numerama

Si le projet de loi est adopté en l’état, le code de la justice administrative sera ainsi modifié pour préciser que les jugements définitifs des tribunaux administratifs et des cours administratives d’appel sont « mis à la disposition du public à titre gratuit dans le respect de la vie privée des personnes concernées ».

De même pour l’ordre judiciaire (pénal et civil), le texte adopté prévoit que « les décisions devenues définitives rendues par les juridictions judiciaires, sont mises à la disposition du public dans le respect de la vie privée des personnes concernées ».

L’open data s’invite dans la justice.

 

Présidentielle 2017: Henry de Lesquen rassemble 60.000 signatures contre sa candidature – 20 Minutes

Henry de Lesquen, ex-conseiller municipal de Versailles (Yvelines) d’extrême droite et patron de la radio Courtoisie, est candidat à la présidentielle 2017. S’il est inconnu du grand public, cet ancien élève de l’ENA a réussi à obtenir ce mardi matin 60.000 signatures contre sa candidature sur le site de pétitions change.org. Cette pétition, lancée il y a trois semaines, s’élève contre cette candidature « raciste et esclavagiste ».

Car si dans son programme présidentiel d’inspiration « nationale-libérale », figurent la « suppression du Smic », la fin du Code du travail (qu’il faudrait « brûler ») ou « la large utilisation de la peine de mort », c’est l’esclavage et la traite des Noirs qui obnubilent cet homme.

 

D’après un sondage, les pétitions en ligne supplantent en France les blogs militants et les concertations sur le Web – Libération

La pétition y apparaît comme l’outil de participation en ligne le plus largement utilisé (37 %), loin devant le partage d’articles militants sur les réseaux sociaux (16 % de l’ensemble des sondés, mais 18 % de ceux appartenant aux catégories socioprofessionnelles favorisées) ou la contribution à un blog ou un site internet «pour dénoncer ou influencer des politiques» (9 %).

 

BénévoleAtHome : Uberiser la solidarité ? La technologie au service des plus démunis – PositivR

A l’ère de “l’ubérisation” et face à la montée de la précarité en France, l’association BénévoleAtHome a décidé de mettre les nouvelles technologies au service de la solidarité.

En décembre 2015, l’équipe de BénévoleAtHome lance une application web/mobile permettant via une cartographie, la mise en relation de bénévoles solidaires avec des personnes démunies ou fragilisées (femmes seules avec enfants, étudiants, retraités ayant une faible pension…) ou des associations humanitaires et services sociaux ayant des besoins de première nécessité localisés (denrées, couches, lait, etc…).

 

Loi numérique – Vous saurez si l’administration délègue à un algorithme votre dossier – Numerama

Les sénateurs ont modifié le projet de loi numérique pour imposer à l’administration de dire aux personnes concernées que les décisions prises à leur encontre l’ont été sur la base d’un traitement algorithmique, qui devra être expliqué dans ses grandes lignes.

(…)

Il s’agira par exemple des algorithmes utilisés pour accepter ou non l’accès à une école supérieure. « De nombreuses décisions individuelles sont effectivement prises par l’administration assistée de traitements algorithmiques, c’est-à-dire d’outils soumettant les données entrées par l’administration à une suite d’opérations ou d’instructions permettant d’aboutir à un résultat », expliquait le rapport du sénateur Christophe-André Frassa.  « De tels instruments sont en particulier utilisés pour gérer de grandes masses de données, faisant intervenir de multiples facteurs à prendre en compte comme des listes de voeux ou des critères à croiser, afin d’optimiser les solutions. L’étude d’impact jointe au projet de loi cite ainsi l’exemple du système Admission Post Bac (APB) qui permet d’affecter les étudiants dans les filières d’enseignement supérieur en tenant compte de leurs choix ».

Tous les traitements algorithmiques ne seront toutefois pas communicables. L’article écarte ceux protégés par des secrets définis à l’article L311-5 du code des relations entre le public et l’administration. Pas question, par exemple, d’ouvrir l’algorithme des boîtes noires de la loi renseignement, censés identifier dans un réseau informatique les personnes suspectées de desseins terroristes.

La ville de Mexico utilise le crowdsourcing pour écrire sa nouvelle constitution – RSLN

Proposer des amendements, éditer ceux qui existent déjà : voilà ce que propose le maire de Mexico City, Miguel Angel Mancera, aux 9 millions de chilangos, le surnom des habitants de la capitale mexicaine. Selon Quartz, deux outils sont mis à la disposition des habitants : la plateforme de crowdsourcing change.org et la plateforme d’editing PubPub.

Sur la première, les résidents sont invités à être force de proposition : s’ils obtiennent 10.000 signatures sur la question qu’ils défendent, ils pourront plaider leur cause en personne. Sur la deuxième, les habitants peuvent annoter les amendements déjà présents dans le brouillon de la nouvelle constitution.

La ville de Mexico utilise le crowdsourcing pour écrire sa nouvelle constitution CivicTech Civic Tech

 

Loi numérique : codes sources de l’État : un accès limité voté par le Sénat – Numerama

Le Sénat a adopté l’article 1er bis de la loi numérique, qui impose à l’administration de communiquer les codes sources demandés par les administrés. Mais l’application du texte devrait rester limitée.

Mardi, lors de l’examen du projet de loi numérique d’Axelle Lemaire, le Sénat est revenu en partie sur la possibilité qui doit être offerte aux citoyens d’accéder aux codes sources des logiciels développés par l’administration, au même titre que n’importe quel document administratif d’intérêt public. Le principe voulu par les députés a été confirmé dans l’article 1er bis, mais le texte adopté laisse une grande marge d’incertitude sur son application réelle.

L’article modifié et voté par les sénateurs prévoit de préciser d’abord dans le code des relations entre le public et l’administration que les « codes sources » produits ou reçus par l’État, les collectivités locales ou les personnes chargées d’une mission de service public, sont bien des documents administratifs, communicables à qui en fait la demande.


Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #11

3 avril 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Les liens CivicTech Civic Tech de la semaine

Lancement de #NotreDémocratie – Rénovons les pratiques politiques !

12939452_10209843842919141_1779437816_n (1)

Lancement de #NotreDémocratie : nos propositions citoyennes pour une rénovation des pratiques politiques.
Après 2 mois de concertation, 5 débats et 212 contributions,
Exigeons de nos élus qu’ils s’engagent ENFIN !

Partout en France, des citoyens s’organisent et ouvrent de nouveaux espaces démocratiques pour sortir notre pays de ses impasses politiques . Débattons de ces nouveaux enjeux !
En présence de:
– Florent Guignard, Le Drenche
– David Guez, LaPrimaire.org
– Claude Posternak, La Transition
– Léonore de Roquefeuil, Voxe.org
– Axelle Tessandier, Axl Agency
– Thomas Werquin, Axe Culture

C’est quoi une présidentielle moderne ? – Huffington Post

Nous voulons participer, entendre et incarner des idées et visions nouvelles, qui sont en accord avec leur temps, avec cette transformation numérique qui pourrait re-enchanter l’engagement citoyen. Les initiatives de « civic tech » n’ont cessé de se multiplier ces derniers mois. Beaucoup d’entre elles visent notamment à ne pas nous laisser imposer le casting de 2017. Nouveaux visages, surprise generationnelle, L’élan est là. C’est donc le moment adéquat de sortir une loi de « modernisation »…

Non à la loi de « modernisation » de l’élection présidentielle #PrésidentielleOuverte – Change.org

Non à la loi de "modernisation" de l'élection présidentielle #PrésidentielleOuverte

De nouvelles initiatives émergent. Laprimaire.org et la transitionreprésentent cette volonté de renouvellement, en permettant à des candidates ou candidats indépendants d’apparaître.

Voxe, MA VOIX, Fluicity, ReGéneration, Democracy OS, GOV … les initiatives dites de « civic tech » se multiplient, et témoignent d’un mouvement en marche, d’une force: celle de la réinvention, d’un nouveau contrat citoyen à réécrire.

Le monde se transforme, et contrairement aux idées reçues, nombreux sont les femmes et les hommes qui ont envie non seulement de changement mais de l’incarner et d’y participer. Une démocratie représentative en France, c’est plus de diversité, de mixité, des parcours différents, un renouvellement générationnel. L’enjeu est de taille, c’est la clé pour innover, créer demain.

La meilleure façon de se plaindre est l’action. Ce mouvement, porté par la révolution numérique, est en train de grandir et tel un empire assiégé, les élus, qui sont censés être les représentants du peuple, se barricadent et ignorent les signaux. 

Présidentielle 2017 : mobilisation sur Change.org contre une loi défavorable aux candidats hors parti – We Demain

La Transition, La Primaire.org, Le Réveil Français, Ma Voix… Ces derniers mois, nombreux sont les mouvements à avoir émergé pour représenter une alternative citoyenne lors de l’élection présidentielle de 2017. Problème : s’ils présentaient un ou plusieurs candidats à ce scrutin, ces nouveaux acteurs ne partiraient pas avec les mêmes chances que les 14 responsables politiques qui se sont d’ores et déjà déclarés candidats.

C’est du moins ce que dénonce la pétition « Non au projet de loi de modernisation de l’élection présidentielle #PrésidentielleOuverte », lancée par une « passionnée de Civic tech « , l’entrepreneuse Axelle Tessandier, mardi 29 mars sur la plateforme Change.org. Une pétition qui fait suite à une virulente tribune intitulée « Faut-il en pleurer ou avoir la nausée ? », publiée sur le site duHuffington Post par l’ancienne députée et ministre de l’environnement Corinne Lepage. Plus de 20 000 citoyens ont déjà signé la pétition, à peine plus de 24 heures après sa mise en ligne.

La loi de “modernisation” de la présidentielle est un grand bond en arrière – Geoffroy de DemocracyOS

L’objectif derrière ces changement pas aussi légers qu’ils n’en ont l’air, c’est de limiter la participation à la présidentielle aux grands partis politiques, déjà médiatiques, et disposant d’un réseau important de militants et d’élus disciplinés. C’est l’absolu contraire des réformes nécessaires pour revitaliser notre démocratie. C’est l’opposé du renouvellement de la classe politique que souhaitent les Français.

Terrifiée par le rejet dont elle fait l’objet dans la population et qu’elle découvre peu à peu, l’élite politique cherche à tout prix à protéger la rente sur laquelle elle vit — quitte à ce que cela nécessite de changer les règles du jeu pour éviter l’entrée en politique de forces nouvelles et de visages neufs.

Preuve de cette panique: la proposition de loi passe en procédure accélérée, ce qui permet de limiter le nombre de votes sur un texte par les différentes Chambres, et de réduire le temps dédié au débat parlementaire.

La présidentielle américaine se joue aussi sur YouTube et ses pubs vidéo – Numerama

YouTube vient de dévoiler un rapport qui montre une explosion du visionnage de vidéos politiques depuis le début des primaires américaines. Les internautes ont regardé 100 fois plus de contenus sur YouTube qu’il n’en a été diffusé sur les chaînes de télévision. Et le site devient un support publicitaire pour les candidats.

Choisissons nos candidats pour les élections de 2017 – LaPrimaire.org

Fin des partis politiques ? Observatoire de la vie politique / Cevipof / Janvier 2015

Comment est-ce possible que plus de 90% d’entre nous n’ayons pas confiance dans les partis politiques et pourtant, nous continuons de voter pour les candidats issus de ces mêmes partis politiques ? La réponse est simple : nous n’avons pas le choix ! Les partis politiques ont le monopole de désignation des candidats aux élections qui, de fait, ne sont plus réellement démocratiques. Les partis politiques, jadis formés pour être des viviers d’idées et de construction de programmes, sont aujourd’hui devenus des espaces de cooptation qui enferment leur membres dans une logique électoraliste. Est-ce qu’un citoyen qui ne serait pas affilié à un parti politique aurait une chance d’être élu ? Non, car les partis se sont organisés comme des machines à gagner les élections : leur seul objectif et la seule chose à laquelle ils sont vraiment bons, notamment grâce à leur maillage national très dense. Si nous voulons redonner du souffle à notre démocratie, il nous faut donc à tout prix casser ce monopole des partis sur les élections.

Ça suffit ! – La Transition

En catimini, à la veille du weekend pascal, le Parti socialiste, avec la complicité muette des Républicains*** vient de faire voter une loi anti-démocratique pour museler la parole citoyenne. Pour préserver les seuls intérêts d’une oligarchie agonisante, onze députés (oui, vous avez bien lu onze personnes décident de l’égalité des Français devant le choix démocratique le plus important de notre République) ont voté le changement des règles concernant l‘accès à l’élection présidentielle.

Première lame, ils rendent plus difficile l’obtention des 500 signatures. Les élus devront dorénavant transmettre eux-mêmes leur parrainage au Conseil Constitutionnel alors que jusqu’à présent ils le remettaient au candidat ou à ses représentants. Un maire pourra ainsi vous promettre de vous donner sa signature et ne pas le faire.

Sous couvert de « transparence », on publiera même la liste complète des élus ayant parrainé un candidat. C’est tout simplement un contrôle supplémentaire exercé par les partis, pour surveiller et donc tenir leurs élus.

Deuxième lame, si le candidat arrive malgré tout à obtenir ses signatures. Il s’agira d’un candidat de seconde zone avec un temps de parole moindre. La loi met en effet fin au principe d’égalité du temps de parole entre les différents candidats.

Le numérique, un outil au service de la démocratie locale – La gazette des communes

Dans quelle mesure le numérique contribue-t-il à renouveler la démocratie locale ? En élaborant le premier baromètre de la démocratie locale numérique, le think tank Décider ensemble, en partenariat avec OpenDataSoft et relayé par La Gazette des communes, a voulu apporter sa contribution à cette question qui a émergé avec la massification d’Internet et la multiplication d’outils numérique de participation citoyenne, dont certaines collectivités s’emparent depuis quelques années. Les résultats de cette enquête (voir encadré) ont été présentés ce mardi 22 mars au Sénat.

Pétitions en ligne : que demande le peuple ? – Le Monde

Pétitions en ligne civic tech civictech

 

Ces victoires sont-elles l’exception ? L’indignation à portée de clic est-elle en train de devenir un outil incontournable de la démocratie directe ? A l’heure où la défiance à l’égard des systèmes traditionnels de représentation politique ne cesse de croître, cette forme d’engagement citoyen a en tout cas le vent en poupe. « Les pétitions en ligne sont des indicateurs de mouvements d’opinion, et c’est ce qui les rend intéressantes. Car des outils de connaissance de l’opinion, à part les sondages, on n’en a pas tellement », souligne Romain Badouard, chercheur au laboratoire Agora (sciences de l’information et de la communication) de l’université de Cergy-Pontoise.

 

 


Ils font la Civic Tech

Des députés tirés au sort à l’Assemblée nationale avec Ma Voix ?

25 mars 2016 • By

Le collectif Ma Voix a pour ambition de « hacker » l’Assemblée Nationale en faisant élire des citoyens volontaires, formés et tirés au sort. Cette expérience démocratique inédite est programmée pour les législatives de juin 2017 mais l’agenda politique leur offre une première tentative à l’occasion de la législative partielle de Strasbourg qui se tiendra au printemps.

#MaVoix

J’ai proposé à Quitterie de Villepin qui est notamment à l’origine du projet, de le présenter dans une interview. Elle m’a répondu que le collectif ne veut pas entretenir le phénomène de « personnification » et que c’est pour ça qu’ils ne donnaient pas d’interview aux médias traditionnels malgré de nombreuses sollicitations.

Elle m’a donc proposé de réaliser une entretien d’un genre nouveau, leur première interview collective. Au final, 22 volontaires ont pris le temps de répondre à mes questions. Merci à Toan, Valentin, Hugo, Guits, Hervé, Didier, Cat, Mélanie, Bruno, Arnaud, Marie, Jeff, Quitterie, Sly et les autres. Ils font la Civic Tech cette semaine.

Élire des parlementaires issus du processus de sélection électoral que l’on connaît sous la Ve République, c’est dépassé et non représentatif du peuple, selon vous ? En quoi ?

L’élection présidentielle est concomitante de celle des députés. Il n’y a plus de distinction entre les pouvoirs et, comme on le constate de plus en plus, le parlement est devenu le scribe de l’exécutif. De plus, les députés adhérents à un parti ne représentent en fait qu’un très faible pourcentage de la population.

Les limites de la sélection de représentants par l’élection, telle que définie aujourd’hui, sont le non renouvellement des charges politiques, l’absence de possibilité de contrôle, de révocation si les promesses sont trahies et l’abandon complet des citoyens du gouvernement de leur Etat. On élit toujours les personnalités les plus médiatisées et celles qui ont investie le plus dans leur campagne, ce qui entraîne la formation d’une caste politique et par définition un manque de représentativité de nos élus. C’est dépassé, car aujourd’hui il y a une vraie envie de démocratie, de croissance du devoir citoyen, on ne veut plus donner tout les 5 ans des chèques en blanc.

Les députés sont maintenant considérés comme appartenant à une élite, éloignées des considérations des électeurs, et accrochés à leur siège plutôt qu’à leurs électeurs. Ils deviennent des professionnels de la politique avec une carrière à préserver, donc des votes à privilégier

Le processus de sélection actuel des candidats repose sur des partis politiques dont la forme est dépassée (réflexion externalisée dans les think-tanks, réseaux militants limités aux élus et collaborateurs, faible prise en compte des transformations du monde, concentration des enjeux autour des personnes et des carrières politiques professionnelles…). C’est ce processus là que nous voulons changer grâce aux formations, aux plateformes numériques et au tirage au sort.

Ce modèle a été construit dans un autre contexte historique, à une époque où il n’y avait pas internet, pas les mêmes modes de circulation de l’information, pas les mêmes types d’engagements des individus, etc.

En quoi les politiques actuels ne seraient plus les représentants du peuple ?

Dès le départ, l’idée de représentation est tronquée, c’est l’idéologie sous la bannière de laquelle s’est ralliée à un moment donné une majorité d’électeurs qui est représentée. L’abstention, le vote blanc ne sont pas pris en compte dans le comptage des suffrages, pourtant les citoyens qui choisissent cette voie délivrent un message, qui est souvent laissé de côté, et cette partie du peuple représente plus de 50% des inscrits sur les listes aujourd’hui.

Leurs choix et leurs actions sont souvent très éloignés de leur programme sur lequel nous les élisons, et nous n’avons que très peu de moyens de les interpeller en cours de mandats pour leur indiquer nos positions, nos souhaits et nos choix précis, loi par loi par exemple. Personnellement j’ai l’impression de faire un chèque en blanc et je n’aime pas ça !

Les députés devraient voter en leur âme et conscience, mais en réalité ils votent plutôt en fonction des consignes de leur parti. Dans les deux cas, ils ne demandent jamais ce que pensent les électeurs sur chaque sujet, sur chaque loi. Seul, Frédéric Lefebvre, député des français de l’étranger qui essaie les pétitions pour connaître l’avis des français.

Vous dites « Il n’y a plus rien à attendre de ceux qui nous gouvernent ». On pourrait vous accuser de populisme… Qu’est-ce qui vous différencie de ce mode de pensée ?

Pour moi, il n’y a plus rien à attendre de ceux qui nous gouvernent AUJOURD’HUI. Mais je suis contre le populisme ou l’anti-système. Tant que les politiques resteront un système ou ils ont droit de faire ce qu’ils veulent, sans aucune conséquence et que leur carrière et plus importante que le reste, on pourra mettre qui l’on veut au « pouvoir », même Gandhi, ce sera toujours le même résultat.

Nous ne sommes pas populistes, au contraire. Nous cherchons à arrêter le défaitisme, arrêter la complainte, ce constat qui dirait tous pourris et qui justifierait tout, nous le refusons. Non, les politiques ne sont pas les seuls responsables. Nous sommes tous responsables. Nous avons été responsables de ce jeu, car nous l’avons joué, nous avons été accrocs à la petite phrase politique, à l’actualité trop rapide, nous avons cru que les choses étaient ainsi, nous avons joué le jeu des élections, nous avons pour certains été militants ou en politique, nous avons eu des réveils difficiles. Mais nous sommes responsables dans les deux sens. Nous pouvons construire notre avenir et changer les règles du jeu. Parce que nous sommes responsable nous n’avons rien à attendre de ceux qui nous gouvernent, car nous avons été déçus, très bien, nous sommes exigeants envers nous-même et nous allons construire les alternatives, proposer et avancer…

Le système de la Vème république est incapacitant pour les femmes et les hommes que nous sommes, il entrave nos projets de civilisation nouvelles, mais il est parfois pratique : nous nous déresponsabilisons et nous rejetons toujours la faute sur les autres et ceux qui nous dirigent. A tort ou à raison. Qu’on le veuille ou non, ils sont le produit de notre action ou inaction. Même les abstentionnistes sont responsables de la situation actuelle, oui, y compris eux. Si nous avons toutes les raisons d’être en colère car nous nous sentons pris au piège, nous pouvons constater simplement l’échec des politiques en général. Pourquoi les mêmes personnes depuis 30 ans dans le même système pourraient faire mieux demain qu’hier ?
Il y a en fait un problème s’ils échouent tous, cette version de la démocratie est anachronique et dépassée. Cette colère que nous ressentons tous est une formidable énergie et une force qu’il faut transformer en proposition, en plaisir et envie d’aller de l’avant et d’inventer un horizon nouveau pour la démocratie. Certains autres mouvements politiques surfent sur la colère, sur la peur de l’autre, le rejet, ils disent « tous pourris », mais ils veulent eux aussi qu’on leur délègue notre responsabilité. Et pourquoi feraient-ils mieux que les autres ? Avec les mêmes institutions, les mêmes banques et les mêmes lobbies. Nous voulons sortir de cette délégation qui nous enlève notre capacité à être debout, vivant et décideur de notre présent et avenir. #MaVoix c’est prendre et assumer sa responsabilité. Individuelle. Au sein du collectif. C’est le « Je » dans le « Nous ». C’est être démagogique de dire : « prenons nos responsabilités, décidons, assumons, soyons comptables » ? Et donc à l’inverse de celles et ceux qui attisent peur et haine de l’autre, nous voulons au contraire aller vers l’Autre, ce citoyen qui ne nous ressemble pas, mais avec qui nous devons construire de fait la société dans laquelle nous vivons.

Est-il réaliste de vouloir « co-construire » et décider ensemble quand il s’agit de participer, via l’Assemblée,  à la bonne marche d’une nation de 70 millions d’habitants ?

Prise de décision du collectif Ma Voix #MaVoix

Nous ne cherchons pas à être d’accord sur tout, nous cherchons les modalités qui nous permettrons de débattre sainement. Il se trouve qu’aujourd’hui nous avons des outils pour cela, des citoyens engagés qui ont envie de prendre leur place à la table des décisions et qui comprennent la responsabilité que cela implique, des outils de débat en réel et online, et petit à petit se développent à travers le monde différents outils pour partager et voter en ligne. Oui c’est réaliste.

Les moyens technologiques, méthodiques ont évolué, nos institutions datent d’un siècle dépassé. Le collectif #MaVoix est une expérience, une expérience n’est pas forcément couronnée de succès, mais elle a le mérite d’essayer. Nos 50 députés présents en moyenne sur 577 sont ils plus capables et légitimes de décider pour 70 millions de français ?

La fabrique de la loi est déjà un processus de co-construction entre le Gouvernement et le Parlement, l’Assemblée nationale et le Sénat, les majorités et les oppositions qui s’expriment via les amendements… sans parler de l’influence des corps intermédiaires. Il s’agit désormais d’élargir la table de discussion et de décision pour que d’autres voix s’expriment. Grâce à des outils numériques, nous pouvons commencer à répondre aux défis de temps et d’espace qui rendaient jusqu’ici indépassable la démocratie représentative élective.

Quelles sont ces « méthodes » et « outils d’intelligence » collective que vous développez ?

Pour vivre ensemble en décidant ensemble, il faut que nous apprenions à le faire. Nous en sommes loin. Nous n’apprenons pas dans nos écoles à faire « avec », à faire ensemble. Nous apprenons plutôt la compétition, le chacun pour soi, rentrer dans des cases, des castes et des moules. Pour réaliser la transition dont nous avons besoin, nous avons besoin de déconstruire ce que nous avons appris, et de nous former les uns les autres à toutes les nouvelles matières qui vont nous aider à faire cette mutation. Heureusement, beaucoup de nouvelles sciences, visions et outils émergent et sont documentés : internet et démocratie, reinventing organisation, community organizing, la facilitation, l’holacratie, la sociocratie, beaucoup de pionniers sont là pour éclairer la route, comme l’Université du Nous, par exemple, ou encore Frédéric Laloux, Dominique Cardon, Dominique Rousseau, Cynthia Fleury, Michel Bauwens, Richard Stallman, et tant d’autres… Il y a un gros enjeu de formation pour les citoyens que nous sommes dans #MaVoix. Il y a comme une école dans le projet. Nous construisons un MOOC pour former les citoyens aux institutions du Parlement. Car pour hacker un système, il faut le connaître. On va donc se former aux institutions mais aussi à la transmission pair à pair des connaissances d’intelligence collective : techniques de facilitation, initiations aux matières citées ci-dessus. #MaVoix est une expérience apprenante. On ne sait pas où on va, mais on sait qu’on apprend. Toutes les réunions sont montées comme cela en 2 parties : on se nourrit d’abord, puis on enrichit l’expérience. Enfin, nous testons différents sites de prise de décision en ligne comme DemocracyOS, et Cocorico, en particulier, et des contributeurs construisent brique après brique les outils dont nous avons besoin. Tout est sur le github #MaVoix pour les développeurs que ça intéresse. Nous testons un premier vote avec un protocole blockchain. Au lieu d’en parler, nous nous sommes dits que ça serait plus intéressant de le tester et de comprendre comment ça marche et ce que ça nous apporte ou pas. C’est assez excitant de découvrir en même temps autant de matières émergentes, c’est une sacré chance que nous nous offrons à travers #MaVoix. C’est la contre partie de notre engagement en temps et en énergie, quelle récompense !

Si l’on comprend bien, dans votre modèle, le député n’est qu’un hologramme destiné à recevoir les ordres de ceux qui l’ont fait. Bien des fois, il faudra voter « oui » ou « non » à une proposition de loi, à une orientation budgétaire, et vous ne serez pas toujours d’accord entre vous. Comment cela se passera-t-il alors ?

Le vote de la loi fonctionne toujours sur le mode oui/non/abstention. Un plateforme comme DemocracyOS permet de connaître la répartition des votes. Si #MaVoix n’avait qu’un(e) député(e), il voterait comme le résultat majoritaire exprimé sur la plateforme ; s’il y avait plusieurs député(e)s, ils voteraient en proportion des résultats.

Imaginons : on a 10 députés MaVoix. Sur la loi « X », on dénombre sur la plateforme de vote 30% de non, 50% de oui et 20% d’abstention. Alors 3 députés MaVoix voteront non, 5 voteront oui et 2 s’abstiendront.

Tout dépendra du nombre de députés. S’il n’y en a qu’un, ce sera, effectivement, délicat. Mais à partir de trois, le vote de nos députés reflétera la diversité des décisions sur la plateforme.

Nous ne cherchons pas à être d’accord sur tout, mais à trouver les modalités pour débattre et pour voter. Effectivement dans l’expérience #MaVoix la promesse de départ est que les députés répercuteront à l’AN les votes des électeurs. Mais ne pas être d’accord c’est un signe de bonne santé, il y a un débat avant, qui permettra aussi de se positionner, de se forger sa conviction, de prendre position ou de s’abstenir d’ailleurs. Le député peut aussi faire remonter ce qui se passe à l’AN, puisque nous n’y avons pas toujours accès. Mais à un moment donné, c’est le vote, et là les citoyens se prononcent, là effectivement le député répercute les votes. Il y a une différence notable c’est que c’est les citoyens qui débattent et se positionnent et non les députés et il est beaucoup plus difficile pour un groupe politique et des lobbys de retrouver chacun des électeurs chez eux et de faire pression.

Le député est effectivement un moyen. Des femmes et des hommes d’accord pour jouer le jeu du maillon de la chaîne. Sans elles et eux, ça ne serait pas possible de faire cette expérience inédite. MAIS en ce qui concerne la décision et l’expression de la délibération, nous n’avons pas à nous mettre d’accord. Ce n’est pas ça la promesse de #MaVoix. « Tu votes pour qui ? » « Je vote pour #MaVoix » = je vote pour me positionner. » Ma voix compte. Telle qu’elle. Nous ne sommes pas dans un cas exécutif, nous sommes dans l’Assemblée Nationale. L’expression de toutes et tous. Nous appliquerons donc la proportionnelle. Nous retranscrirons tel quel le résultat du vote sur le nombre de députés la proportion de oui, de non, d’abstention. Question de cohérence, et ça permettra d’avoir un climat plus serein, pas besoin de gagner un groupe de députés, juste faire entendre sa voix. Ce n’est pas un affrontement mais un positionnement. Ca change tout. Dans #MaVoix, il n’y a pas de camp contre camp. Il n’y a pas de frontières idéologiques préconçues. Il y a des gens, tous différents qui s’allient un jour sur un sujet, s’affrontent le lendemain sur un autre, etc… Ils se respectent eux-mêmes toujours puisqu’ils n’ont pas à adopter la posture d’un parti, ils ont juste à être eux-mêmes et à penser par eux-mêmes. Evidemment en se nourrissant du débat dans l’Espace Public, mais en détenant personnellement la clé de décision toujours à la fin. Qui mise bout à bout forme une décision collective.

 

Suivre le collectif sur Facebook 

Cette interview est composée d’une sélection des réponses qui résument les différentes réactions des 22 membres du collectif. L’ensemble de leurs réponses est disponible ici.


Ils font la Civic Tech

LaPrimaire.org : « Tout le monde ne peut pas devenir président mais le président peut venir de n’importe où »

27 février 2016 • By

L’association Democratech (qui a pour ambition de mettre la technologie au service de la démocratie) va ouvrir le mois prochain le site de primaires citoyennes LaPrimaire.org. Le projet ? Organiser une primaire ouverte sur Internet, organisée pour permettre aux Français de choisir les candidats qu’ils souhaitent voir se présenter à l’élection présidentielle de 2017.

Il y a fort à parier que Thibauld Favre et David Guez vont faire parler d’eux dans les semaines à venir : ils font la Civic Tech cette semaine.

Thibauld Fabre et David Guez - LaPrimaire.org

Vous proposez une primaire alternative pour 2017, ce quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’une primaire ouverte et démocratique dont la principale caractéristique est d’être organisée hors du contexte des partis politiques. C’est une primaire démocratique car tout le monde peut être candidat et ouverte car elle ne défend aucune idéologie ni aucun programme. C’est aux candidats d’amener leur vision, leur programme, leurs idées et les citoyens pourront interagir avec eux et, in fine, noter chacun des candidats.
L’objectif est de faire émerger un candidat et plus largement une équipe crédible qui puisse avoir toutes ses chances à la Présidentielle de 2017.
De part ses caractéristiques uniques, une telle primaire n’est organisable qu’en ligne, via une application web et mobile (découvrez une présentation en vidéo ci-après). En ce sens, LaPrimaire.org est fait totalement partie de cette catégorie de projets dits de « Civic Tech ».

 

 

Les partis politiques ne représentent donc plus le peuple ?

Ce qui est certain c’est qu’aujourd’hui l’observatoire de la confiance en politique montre que les partis sont l’organisation publique dont les français se défient le plus : 87% des français ne font pas confiance aux partis politiques, c’est énorme !
L’une des explications se trouve certainement dans la déconnexion des partis politiques avec le peuple : tous les adhérents de tous les partis politiques réunis représentent aujourd’hui largement moins de 1% des votants.

Tout le monde, ou n’importe qui, peut-il devenir président ? N’a-t-on pas besoin de compétences, d’une formation et de qualités exceptionnelles ?

Tout le monde ne peut pas devenir président mais le président peut venir de n’importe où. L’état du pays et de la société aujourd’hui, c’est le résultat de la gouvernance continue de « professionnels » de la politique censés avoir ces fameuses compétences et qualités exceptionnelles.
Le résultat est sans appel : ça ne marche pas ! A nous, citoyens, de sortir de ce modèle désormais obsolète et permettre l’émergence de nouveaux talents d’ou qu’ils viennent. C’est pour cela que nous avons créé LaPrimaire.org.

Concourir pour la présidence, cela demande beaucoup d’argent. Comment comptez-vous financer la campagne de votre poulain ?

LaPrimaire.org logo Par les citoyens ! L’essor d’internet, des réseaux sociaux et du crowdfunding permet aujourd’hui de mobiliser directement les citoyens pour défendre les projets auxquels ils croient. De plus, comparé à d’autres pays, la France bénéficie de lois de financement électorale assez strictes et de plafonds de dépenses « relativement » bas, ce qui fait qu’un candidat alternatif peut rapidement devenir compétitif. Le plus gros obstacle reste probablement l’accès et le temps de parole dans les médias de masse mais, si l’engouement derrière LaPrimaire.org continue, qui sait ce qui peut se passer. Tout est possible.

Un président, ce sont des idées, mais on n’échappe pas à l’importance capitale que représente sa personnalité dans le « déclencheur » du vote. Pensez-vous que les Français sont prêts à voter pour un hologramme ?

Tout à fait, quoiqu’on en dise, la personnalité du candidat joue un rôle important et c’est normal car, en tant que citoyen électeur on a besoin d’avoir la conviction que le candidat qu’on choisit sera capable de défendre et de mettre en place le programme et les idées qu’il défend. C’est pourquoi il est primordial que les candidats finalistes de LaPrimaire.org aillent à la rencontre des citoyens  et c’est pourquoi nous prévoyons un tour de France entre octobre et décembre 2016, pour organiser des rencontres et des débats avec les candidats dans toute la France.

Estimez-vous faire partie d’un mouvement, d’une communauté Civic Tech ? Quelles sont, selon vous, les perspectives de ce secteur en France et à l’international ?

Tout à fait, aujourd’hui de plus en plus d’entrepreneurs développent des outils de CivicTech, cette communauté est encore assez jeune en France donc on se connait quasiment tous. En revanche, même si le mouvement Civic Tech est encore jeune, nous pensons que le potentiel est énorme, notamment en France, ou une majorité de citoyen ont une conscience politique très forte, contrairement à beaucoup d’autres pays.

 

 

Retrouvez toute l’actualité des technologies civiques sur Facebook, Linkedin, Twitter ou par mail.