Browsing Category

Ils font la Civic Tech

Ils font la Civic Tech

Ils font la CivicTech : qui sont les 50 premiers inscrits de l’annuaire CivicThèque ?

14 janvier 2017 • By

En lançant ce blog il y a un an, j’avais également la volonté de recenser « ceux qui font » la CivicTech par le biais d’un simple annuaire collaboratif.

civictheque civic tech civictech annuaire

 

Aujourd’hui, 50 acteurs de cet écosystème ont fait le choix de rejoindre la CivicThèque.

 

Merci à :

Civocracy, CommunecterFluicityMade in vote, Citizen Lab, Nova Ideo, Mon avis citoyen, Oui Ville, Territoire citoyen, Bouge ma ville, My open city, NeoCity, VoxMapp, Vooter qui proposent des plateformes pour réinventer la démocratie locale et permettre d’impliquer d’avantage le citoyen.

Change.org, numéro 1 mondial des pétitions en ligne qui a transformé le citoyen en partenaire social et l’a invité à la table des négociations.

Inseme qui veut permettre la participation de tous aux assemblées télédiffusées.

La civic start up, The Good Lobby qui a pour ambition de démocratiser le lobbying en permettant à des académiques, des professionnels et à leurs employeurs d’offrir gratuitement leurs services aux ONG travaillant pour d’importantes causes sociales et/ou sociétales.

Collecticity, une plateforme de financement participatif pour les projets publics. Elle permet aux particuliers d’investir dans des projets d’intérêt général proposés par des collectivités territoriales.

Baztille qui à l’instar de MaVoix veut faire élire des citoyens qui appliquent les décisions des membres du collectif.

Quorum, une application web et mobile destinée aux équipes de campagnes, ONG, associations, mouvements citoyens et aux créateurs de changement.

QualiScore qui propose de fournir des données transparentes pour valoriser les atouts des communes.

CitizenLab qui propose une alternative qui prend comme point de départ une relation nouvelle entre l’Etat et la société civile.

Voxe et son comparateur de programmes politiques, Vérité Politique qui évalue le degré d’honnêteté des élus et des partis politiques et Parlement et citoyens qui permet aux citoyens de co-construire les lois avec les élus.

LeDrenche, un média qui donne les clefs aux internautes pour se forger une opinion et AgoraLabTV qui propose de créer des débats TV interactifs avec les citoyens.

50 acteurs civic tech civictech annuaire civictheque

AssemblCap Collectif, des solutions d’intelligence collective et de nouvelles plateformes de participation citoyenne à grande échelle. Demok, plateforme (application et site web) recensant tous les projets et propositions de lois à l’étude en France.

DigitaleBox et Nation Builder, qui proposent un logiciel de gestion des relations avec les électeurs et de stratégie électorale.

DemocracyOS, une plateforme open source : libre, gratuite, indépendante. Son but est de favoriser la participation de tous à la fabrique de décisions politiques, à l’heure où internet a changé presque tous les aspects de notre vie quotidienne.

Belem et son système de vote «blockchain», c’est-à-dire sécurisé, transparent et efficace pour Nous Citoyens.

Directement inspirée des plateformes de streaming de jeux vidéo, Accropolis s’adresse à un large public de citoyennes et de citoyens qui ont soif de compréhension des enjeux publics et veulent se réapproprier leur démocratie.

Engage, Citizen Clan, qui facilitent l’implication, la mobilisation, l’action collective via les technologies et les Bricodeurs qui éduquent aux Civic Tech.

Demodyne, une plateforme de gouvernance citoyenne directe, au niveau local et national

Questionnez vos élus : qui propose aux citoyens de poser publiquement des questions à leurs élus, à ces derniers d’expliquer leur action et d’afficher leur volonté de rendre des comptes à leurs électeurs.

InCity et son service de surveillance par les citoyens de l’espace public en vue de son amélioration et Democras, un réseau social citoyen.

Le projet ContentCheck qui regroupe des partenaires académiques et une équipe de journalistes du journal Le Monde dans le but de développer une manière d’automatiser le fact-checking pour contextualiser et enrichir factuellement le débat politique.

UFO, qui veut accélérer l’avènement des Villes Contributives

Loomio qui propose un outil de prise de décisions collectives.

Babele, une plateforme collaborative de création de projets sociaux.

Livedem, un outil collaboratif permettant l’expression populaire, le débat public non partisan et le relais auprès des élus.

PolitizR qui rebat les cartes en créant un espace numérique où les élu(e)s débattent des propositioons citoyennes.

Stig, mon e-parti qui ont pour ambition d’offrir une vision de l’opinion et de la volonté citoyenne.


Ils font la Civic Tech

Cities for life : la première e-consultation citoyenne mondiale sur les villes inclusives et innovantes

27 septembre 2016 • By

Dans le cadre du Sommet mondial Cities for Life pour des villes inclusives, innovantes et résilientes, prévu à Paris le 21 et 22 novembre 2016, et de la conférence Habitat III des Nations Unies, qui se tiendra à Quito entre le 17 et 20 de la même année, les villes de Paris et Medellin organisent un débat international en ligne sur les villes inclusives, ouvert à tous les citoyens et les parties intéressées.

Eclairage avec Maxime Barbier, en charge de la mise en place de ce débat en ligne avec la solution Assembl.

Cities for life

Paris accueille cette année Cities for life, pouvez-vous nous présenter rapidement ce sommet international ?

Le premier sommet mondial Cities for Life a été créé par la Ville de Medellin en 2015. Pour sa deuxième édition, le sommet mondial est accueilli à l’Hôtel de Ville de Paris les 21 et 22 novembre prochains. Cet événement international porte une grande ambition : celle d’engager les villes et grandes métropoles vers plus d’inclusion sociale, de résilience et d’innovation au service du plus grand nombre.

Pendant deux jours, plus de 500 experts internationaux échangeront et présenteront leurs travaux et des solutions expérimentales au travers de séances de co-création, d’ateliers et d’un village de startups afin de définir dans un esprit coopératif et inclusif la ville du futur.

La réussite de la démarche tiendra à la capacité d’assurer une mobilisation internationale sans précédent des maires du monde entier, des dirigeants locaux, des experts, des ONG et des entreprises dans l’objectif de réinventer la « ville pour tous ». Plus de 500 experts sont attendus à Paris !

Dans quel contexte la ville de Paris et celle de Medellin ont-elles décidé d’organiser un débat international en ligne sur les villes inclusives ? Des rencontres physiques sont-elles envisagées en complément ?

Les villes de Paris et Medellin font partie des villes pionnières en matière de démocratie digitale, d’innovation sociale et de réflexion sur la ville intelligente et durable. La plateforme Assembl développée par bluenove avait d’ailleurs déjà accueilli une première consultation pour opérationnaliser la stratégie « smart city » de la ville de Paris.

Avec le débat Cities for Life, la démarche change de dimension et dépasse la seule organisation d’une conférence internationale.

La consultation a une portée internationale : elle adresse les enjeux de la ville inclusive de l’ensemble des villes du monde, avec leurs similarités et leurs disparités propres.

Elle est massive : la démarche peut supporter les contributions de plusieurs milliers de contributeurs. La méthode et les fonctionnalités d’Assemble sont développées pour analyser et organiser en continu l’information provenant d’un grand nombre de personnes.

Elle est citoyenne : la consultation est ouverte à toute personne intéressée par les enjeux de la ville de demain. Tout l’enjeu du débat est de rendre accessible au plus grand nombre ce sujet de la ville inclusive, pour le définir, le problématiser, le concrétiser.

Elle est pré-mobilisatrice de la communauté : les futurs participants sont amenés à contribuer en amont du sommet et partager leurs travaux, points de vue, expériences…

Elle est pensée, par construction, de manière hybride avec des rencontres physiques. Le pré-lancement de la démarche a été réalisé à Paris, à la mairie du 18ème le 17 septembre dans le cadre du hackathon Open Democracy Now où une dizaine de personnes ont permis d’amorcer la discussion. Les conclusions des ateliers organisés à Quito lors de la conférence Habitat III des Nations Unies, les 17-20 octobre seront retranscrites dans les fils de discussion sur la plateforme. Enfin, les conclusions de débat, sur les différentes thématiques de la ville inclusive, viendront nourrir la préparation et l’animation des ateliers du sommet mondial de novembre.

Au final, cette consultation vient servir les enjeux du sommet mondial.

 

Cette consultation est internationale : comment dépasser la barrière de la langue et tout le monde peut-il vraiment participer ? 

Tout citoyen peut participer au débat. Il suffit de créer un compte utilisateur pour accéder à la plateforme. La discussion s’adresse particulièrement à la société civile, aux associations, aux citoyens, aux étudiants et aux institutions politiques locales.

Ce débat multilingue (plus de 100 langues disponibles en temps réel) permet techniquement un échange à l’échelle internationale. Pendant 2 mois, du 16 septembre jusqu’à mi-novembre, nous attendons une participation des quatre coins du monde !

L’ensemble des contributions sont analysées, thématisées et synthétisées à échéance régulière. Nous accordons d’ailleurs beaucoup d’importance à la vertu de rédiger et publier des synthèses périodiques qui permettent de donner une visibilité à un instant t à tous les participants de l’état de la discussion sur l’ensemble des thématiques.

Plateforme Assembl

Une fois la synthèse des contributions citoyennes réalisée, quels sont les prochaines étapes pour la ville de Paris et celle de Medellin ?  

Les contributions du débat seront synthétisées et présentées pendant le Sommet Cities for Life. Elles permettront d’alimenter un Call For Action citoyen auprès des décideurs publics qui sera lancé lors du Sommet. Les meilleurs contributeurs seront d’ailleurs invités à participer au sommet.

Ce Call For Action, co-construit à plusieurs milliers de personnes, doit être vu comme le pendant citoyen d’une démarche d’experts. Les deux approches ont vocation à se parler. En espérant que l’approche citoyenne influe sur les décisions prises par les leaders mondiaux. Ce serait certainement une première mondiale !

 

Quel regard portez vous sur le développement des Civic Tech et leur apport pour la société à l’horizon 2017 ? Et après ?

Je fais partie de ceux qui pensent que les Civic Tech, dans les technologies qu’elles apportent et les méthodes de participation citoyenne qu’elles inventent, sont un atout pour recréer un lien entre les citoyens et les institutions et favoriser de nouvelles formes de décision collective.

L’approche des Présidentielles en France voit l’éclosion de nombreuses initiatives, parfois difficiles à classer et comparer. Et dont les bénéfices pour les citoyens ne sont pas toujours perceptibles. Elles ont toutes comme dénominateur commun d’apporter « plus et mieux de démocratie ». J’ai des réserves vis-à-vis des démarches anti-système ou ultra-militantes. Je suis favorable à une approche de co-construction avec les acteurs publics, plutôt que de vouloir les outrepasser à tout prix. Je salue d’ailleurs le travail de la mission Etalab qui œuvre pour structurer et fédérer ce mouvement. L’organisation de l’Open Government Partnership (OGP) Summit en décembre 2016 sera un temps fort à ne pas manquer et une révélateur de ce mouvement en marche.

Je crois aussi qu’il y a un terrain d’innovation très important à explorer, au-delà des consultations, sondages, pétitions ou comparaisons de programmes, sur l’aval des démarches participatives, notamment dans l’action collective et citoyenne ou encore dans la co-construction d’actions politiques au quotidien (une fois les élections passées).

Pour revenir au sujet, l’enjeu de l’inclusion sociale est un bon exemple de ce que la Civic Tech peut apporter. Ce sujet est mondial. Il concerne tant les villes du Sud que celles du Nord, de l’Est ou de l’Ouest. En 2050, plus de deux personnes sur trois vivront dans des villes. Nous devons imaginer dès maintenant, de manière collective en mobilisant le grand nombre et une diversité d’acteurs, les solutions à inventer pour accompagner au mieux les populations et influer positivement sur les politiques urbaines (accès aux services essentiels, emploi, formation, vieillissement, changement climatique, énergie, logement, mobilité, éducation, santé, lutte contre la pollution, immigration,…). Les démarches initiées par les institutions ne suffisent plus. Il leur faut leur pendant citoyen. Quoi de plus emblématique que de réfléchir à la ville inclusive à partir d’une démarche inclusive !

 

Pour participer à la consultation : http://citiesforlife-latribune.paris/fr/public-consultation

 

 


Ils font la Civic Tech

Le mouvement Civic Tech s’organise à Barcelone

8 juin 2016 • By

Civic Lab vient d’être créé à Barcelone  et vise à rassembler les acteurs de la Civic Tech ainsi que les citoyens dans le but de développer de nouveaux outils démocratiques.

CivicLab Barcelona Civic tech civictech

Vous trouverez ci-après leur présentation :

L’idée est la suivante : (re)connecter non seulement les acteurs de la CivicTech mais aussi les citoyens avec le bien public et créant un espace ouvert pour partager les savoirs, discuter, collaborer, innover, façonner ensemble la démocratie.

En permettant à chacun et chacune de pouvoir prendre la parole et exprimer ses idées, son énergie, son désir de changement… et parfois même sa frustration, nous souhaitons :

  1. ouvrir, intellectuellement et physiquement, la Civic Tech à tous et à toutes
  2. supporter les initiatives actuelles
  3. aider les nouvelles initiatives à émerger.

L’image du pont est très forte pour nous. Civic Lab est un endroit qui rassemble des entrepreneurs, politologues, développeurs, juristes, journalistes mais aussi des architectes, étudiants, urbanistes, artistes ; mais avant tout des citoyens.

Ce pont sera matérialisé en ligne à travers Facebook, Twitter, MeetUp, GitHub et hors-ligne, dans lieux innovants de Barcelone, par des conférences, présentations, hackathons, workshops, débats, incubateurs, cours de codage, et bien plus encore !

Nous croyons très sincèrement qu’en partageant le savoir et connectant les individus nous avons le pouvoir de rendre les citoyens autonomes et leur permettre de se réapproprier leurs droits fondamentaux ; ainsi, tendre vers une société collaborative, une démocratie représentative et transparente.

 

Bonne chance à Civic Lab et à bientôt à Barcelone ! 😉


Ils font la Civic Tech

Change.org est devenu un outil incontournable pour les citoyens mais aussi pour les responsables politiques

4 mai 2016 • By

Vote d’une loi obligeant les supermarchés à distribuer leurs invendus alimentaires, démission de Agnès Saal, grâce présidentielle accordée à Jacqueline Sauvage, retravail de la loi El Khomri, sauvetage du statut des auto-entrepreneurs… La pétition semble aujourd’hui faire l’opinion.
Comment Change.org agite les français, les médias et les élus ? Décryptage avec Benjamin des Gachons, directeur de Change France, ils font la Civic Tech cette semaine.

Change.org semble avoir remis au gout du jour un vieil instrument démocratique : la pétition. Comment expliquez-vous ces incroyables mobilisations et ces résultats ?

Logo Change.org Civic Tech CivicTechChaque heure dans le monde, une pétition initiée sur notre plateforme aboutit à une victoire déclarée par un utilisateur sur la base de décisions et mesures concrètes prises par des décideurs politiques ou économiques en réponse à une pétition. Ces résultats s’expliquent par le fait que Change.org n’est pas simplement un site de pétitions en ligne mais une plateforme de production de changements : les internautes peuvent y construire des mouvements d’opinion à partir de leurs pétitions, accéder à différents outils de mobilisation et de viralisation mais aussi dialoguer avec les décideurs qui sont de plus en plus nombreux à prendre au sérieux ces mobilisations horizontales, participatives et citoyennes.

Nous avons en effet voulu renouveler ce vieil instrument de la pétition en le rendant plus accessible et plus efficace grâce à la puissance d’internet. Mais ce qui est le plus fascinant et le plus réjouissant, c’est la créativité de nos utilisateurs (parfois très jeunes) qui se saisissent des outils de notre plateforme, des réseaux sociaux mais aussi d’expressions plus traditionnelles de mobilisation (comme les manifestations) pour inventer de nouvelles formes d’expression citoyenne mêlant le online et le offline, comme on l’a vu dans le succès de la mobilisation #LoiTravailNonMerci.

Pour que ces bonnes pratiques développées par nos utilisateurs bénéficient au plus grand nombre, nous mettons d’ailleurs en ligne dans les prochains jours un “guide du lobbying citoyen” mettant en avant de manière didactique les ressorts d’une mobilisation citoyenne réussie. Sur le modèle des formations au crowdfunding dispensées par les sites de financement participatif, notre ambition est de former toujours plus de citoyens au crowdcampaigning, à ces mobilisations citoyennes participatives dont l’impact va croissant.

 

Un des grands enjeux des différentes solutions dites « Civic Tech » est de toucher une large audience et d’arriver à engager les publics. Quelle est l’audience française de Change.org ? Quelle est votre stratégie pour ré-engager les citoyens dans le débat public ? 

On compte aujourd’hui 140 millions d’utilisateurs actifs dans le monde dont plus de 7 millions en France. Avec plus de 3 millions de nouveaux utilisateurs par mois dans le monde, Change.org connaît une croissance exponentielle qui traduit une envie d’agir des citoyens et leur souhait d’accéder à des outils simples et efficaces leur permettant de s’exprimer et de rallier des gens aux causes qui leur tiennent à cœur. C’est selon moi cette accessibilité, cette ouverture et cette neutralité qui expliquent le succès de notre site. Ce qui nous différencie des autres sites, c’est aussi la possibilité pour chacun d’y construire de véritables mouvements (communication avec les signataires via un système de mises à jour) et celle de dialoguer avec les décideurs (possibilité pour des élus et des entreprises de répondre aux pétitions via leurs Profils vérifiés).

 Profil vérifié de la Ministre Najat Vallaud-Belkacem

Profil vérifié de la Ministre Najat Vallaud-Belkacem

Tous ces aspects poussent de nombreux citoyens à venir s’engager régulièrement sur notre plateforme, et il faut dire que les sujets et les causes ne manquent pas, tant au niveau local, régional que national. Face à cette envie d’agir, on est en quelque sorte devenu le média de l’engagement, l’outil d’expression citoyenne de proximité.

 

Mexico mène actuellement une incroyable expérience démocratique en proposant à ses 9 millions d’habitants de co-construire une nouvelle constitution via Change.org. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette expérimentation ? 

C’est en effet tout à fait incroyable et cela montre que notre plateforme est devenu un outil incontournable pour les citoyens mais aussi pour les responsables politiques qui ont l’intuition de la puissance du numérique pour inventer de nouvelles relations citoyens/représentants.

Change.org est devenu un outil incontournable pour les citoyens mais aussi pour les responsables politiques

De quoi s’agit-il ? Nous avons lancé sur Change.org une fonctionnalité baptisée “Page mouvement” permettant à toute entité (association, collectif, institution) de fédérer des mobilisations individuelles portant sur un objectif commun. Pour la ville de Mexico, cette fonctionnalité répondait parfaitement à leur besoin d’une solution technique permettant d’organiser une consultation à grande échelle, intégrant la viralité des réseaux sociaux et permettant la participation la plus large, pour écrire leur nouvelle constitution. Ainsi, cette page mouvement rassemble à l’heure actuelle plus de 260 pétitions qui sont autant de propositions concrètes que la ville peut prendre en compte sur la base d’un seuil fixé à 10.000 signatures.

Mouvement · Voces ciudadanas en la nueva Constitución de la CDMX

Cet outil est ouvert à tous et il est donc probable que l’exemple de Mexico crée un précédent. Chaque collectivité souhaitant organiser une consultation de ce type peut très facilement mettre en place une solution similaire en contactant l’équipe de Change.org.

 

Pourrait-on imaginer que, demain, Change.org devienne le parlement des citoyens et qu’à partir d’un certain niveau de participation, les propositions citoyennes basculent dans un autre parlement : l’Assemblée nationale ?

Pourquoi pas ? La route sera longue en France où les résistances sont parfois plus fortes que dans des pays comme l’Allemagne déjà dotés de puissants outils participatifs. Mais de fait, comme on l’a vu avec l’adoption de la loi contre le gaspillage alimentaire largement impulsée par la pétition initiée sur Change.org, les propositions citoyennes basculent déjà dans l’Assemblée nationale. Il est à mon avis aussi intéressant de voir que des institutions comme le Conseil économique, social et environnemental (CESE), qui sont dotées d’un droit de pétition légalement reconnu, réfléchissent à intégrer la puissance des pétitions en ligne pour faire fonctionner ce droit, et ont souhaité consulter Change.org sur ce point il y a quelques semaines.

Conseil Economique Social et Environnemental - CivicTech Civic Tech

 

Pour finir, estimez-vous faire partie d’un mouvement, d’une communauté Civic Tech ? Quelles sont, selon vous, les perspectives de ce secteur en France et à l’international ?

Je crois beaucoup à la notion d’écosystème et en tant que plateforme ouverte, c’est dans l’ADN de Change.org de participer à l’émergence de nouvelles tendances. En ce sens, on se rallie avec enthousiasme sous la bannière Civic Tech qui recouvre des initiatives très diverses mais qui ont pour point commun l’idée de mettre l’innovation technologique au service d’une expérience démocratique renouvelée.

À un an de la présidentielle, il y a en France un fourmillement d’initiatives estampillées Civic Tech qui est très stimulant et qui prolonge le développement du secteur en cours un peu partout dans le monde. Mais comme on l’a vu dans d’autres secteurs d’innovation technologique, il y aura à mon avis besoin d’une reconnaissance forte de la part de la puissance publique pour que le secteur Civic Tech gagne encore plus en visibilité et en audience. Le sommet du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert présidé cette année par la France, qui aura lieu en décembre prochain à Paris, est l’occasion de donner ce coup de projecteur attendu, et d’impulser de nouvelles initiatives et des partenariats entre institutions, gouvernements, élus et acteurs Civic Tech.

 


Ils font la Civic Tech

DigitaleBox veut ouvrir l’activisme digital au plus grand nombre

28 avril 2016 • By

On parle de plus en plus des outils de mobilisation et d’organisations de communautés pour les campagnes politiques en ligne et notamment de Nation Builder qui est utilisé par Alain Juppé, Jean-Luc Mélenchon ou Nathalie Kosciusko-Morizet. Il existe également un outil français, moins connu : DigitaleBox. Découvrez l’interview de son fondateur, Vincent Moncenis.

Logo DigitaleBox

En quoi DigitaleBox peut-il être utile aux politiques, aux institutions et aux citoyens ?

Notre mission est de démocratiser les systèmes d’organisation de communautés, de donner accès à la technologie au plus grand nombre, qu’il s’agisse d’une ONG, d’un candidat à une élection locale, d’une entreprise ou d’une administration, indifféremment de leurs budgets de campagne.
DigitaleBox est, avant tout, un outil de mobilisation : il va permettre à un élu de communiquer sur son action politique sur le terrain et en assemblée tout au long de son mandat, mais aussi pendant la campagne électorale.

La plateforme devient la base de données du site, des réseaux sociaux de l’utilisateur et de ses bénévoles sur le terrain, chaque nouveau contact est synchronisé automatiquement dans la base de données.
Notre solution est différente de ses concurrents américains car elle a été construite pour le cadre français d’un point de vue culturel mais aussi du point de vue de la gestion des données. Toutes les données de nos utilisateurs sont hébergées en France. Nous suivons au plus près les recommandations de la CNIL et avons été audité récemment. La puissance publique suit ces évolutions de très près.

L’autre différence majeure est que nous n’imposons pas un format de site web, les clients sont libres de développer sur la plateforme (CMS) de leur choix.
Nous avons estimé que DigitaleBox ne présenterait pas de valeur ajoutée et ne serait qu’une charge financière inutile pour les utilisateurs sans cette ouverture : wordpress héberge 30% du web mondial, les plugins de référencement y sont gratuits, les templates aussi ou très peu cher, un client peut donc créer son site web lui-même pour un usage simple ou le faire réaliser par une agence de son choix.
DigitaleBox permet de mobiliser les citoyens sur un sujet d’actualité ou un enjeu électoral, un activisme digital désormais accessible à tous : associations, groupes de citoyens, candidat indépendant, ou élus sont libres de s’emparer de cet outil de nouvelle génération.

Pour les institutions, l’enjeu n’est pas électoral, la version « entreprises et administrations » de DigitaleBox leur permet de communiquer avec les administrés dans le cadre de leur mission de communication publique. Les institutions et collectivités sont elles aussi détentrices d’un grand nombre de données pas toujours utilisées, il s’agit là d’un nouveau champ d’exploration pour les acteurs de la communication publique, pour toujours mieux informer les citoyens sur les services publics.

Quelles données sont collectées par votre plateforme de stratégie électorale et comment peuvent-elles être exploitées ?

DigitaleBox devient la base de données du site web, des réseaux sociaux et des militants d’un utilisateur, toutes ces données sont donc synchronisées automatiquement dans sa base. Ils peuvent également y ajouter des fichiers déjà en leur possession ainsi que les listes électorales.
L’objectif est de reconstituer pour chaque contact, un profil le plus complet possible, en fonction des données disponibles au fil du temps, l’adresse, les comptes sociaux, les centres d’intérêts.

Les utilisateurs sont propriétaires de leurs données qu’ils peuvent exporter en totalité quand bon leur semble ou écraser complètement si ils suppriment leur compte. Nous avons à cœur de diffuser des bonnes pratiques à nos utilisateurs et travaillons dans ce sens avec la CNIL pour que nos utilisateurs soient le mieux informe possible.

Comment des associations ou des entreprises peuvent-elles utiliser votre logiciel de gestion des réseaux sociaux et d’organisation de communautés ?

DigitaleBox représente une opportunité de transformation majeure pour les associations ! Très longtemps, elles ont été tenues à l’écart de l’innovation pour des raisons financières : seules les associations les mieux financées avaient accès à ces outils innovants.
Digitaliser la collecte du don, identifier une nouvelle génération de bénévoles et donateurs, les mobiliser pour mettre leurs causes sur le devant de la scène… Les enjeux sont nombreux pour elles !

Quant aux entreprises ayant investi les réseaux sociaux et adopté une stratégie digitale, elles doivent maintenant pouvoir capitaliser sur les efforts produits.  Aujourd’hui, nous leur proposons d’identifier de nouveaux contacts pertinents, ayant un centre d’intérêt commun avec l’univers de leurs marques. Il ne s’agit plus pour elles d’accumuler les likes et les followers en quantité industrielle sans distinction, il s’agit d’exploiter les données disponibles, de mieux connaitre une communauté de fans de leurs marques et produits.

 


Estimez-vous faire partie d’un mouvement, d’une communauté Civic Tech ? Quelles sont, selon vous, les perspectives de ce secteur en France et à l’international ?

Oui nous estimons faire partie de la communauté Civic Tech. Je vais même plus loin : DigitaleBox est une startup « CivicTech », cela est inscrit dans son ADN.
Le secteur de la CivicTech s’organise en France, il est déjà plus mature à l’étranger notamment aux Etats Unis où il s’appuie sur un éco-système complet, il ne manque aucun maillon de la chaîne : écoles, ingénieurs, créatifs, entrepreneurs, incubateurs, acteurs traditionnels en pleine transformation digitale ainsi que des business angels à l’image de Sean Parker (Facebook) ou des fonds d’investissement comme  Omydiard Network (eBay) qui réinvestissent leurs gains dans des startups américaines de la CivicTech.

L’Europe n’est pas en reste, au Royaume-Uni notamment, où les acteurs traditionnels tels que WPP (le Publicis anglais) ont investi dans les CivicTech. En France, les jeunes pousses s’organisent. Nous sommes dans une très bonne période, beaucoup d’initiatives apparaissent : l’installation du Lab Liberté en QG de la CivicTech française incarne cette dynamique.

Chez DigitaleBox nous aurons à cœur de participer à toutes les initiatives permettant de fédérer l’écosystème. Nous avons désormais notre média avec le blog CivicTech que vous avez lancé.

À quand une association de la CivicTech ? J’offre les statuts de l’association loi 1901 aux plus entreprenants. À bon entendeur !


Ils font la Civic Tech

Mettre les citoyens à la fabrique des décisions politiques : interview de DemocracyOS France

15 avril 2016 • By

DemocracyOS a pour ambition de transformer le rapport des citoyens à la politique, à l’heure où internet a changé presque tous les aspects de notre vie quotidienne… sauf le fonctionnement de nos démocraties. Inventée en 2012 par des développeurs et politologues en Argentine, elle est reprise dans le monde: Mexique, États-Unis, Espagne… et désormais en France.

Depuis, la solution fait parler d’elle dans les médias français et en ligne, c’est d’ailleurs une des initiatives Civic Tech qui est la plus citée dans les interviews publiées sur ce CivicTechno. Retour sur l’arrivée de de la plateforme dans l’hexagone avec cette interview de l’équipe française de DemocracyOS, ils font la Civic Tech cette semaine.

Logo DemocracyOS France

Comment ce projet est-il arrivé sur le territoire français ? Pourquoi selon vous, la plateforme intéresse plus que d’autres acteurs ? 

DemocracyOS intéresse parce que c’est une belle histoire en plus d’être une bonne plateforme. Tout a commencé en Argentine avec une équipe désireuse de transformer le rapport des citoyens à la politique. Ils ont fondé le Partido de la Red et la plateforme DemocracyOS, avec en tête un projet assez proche de ce que cherche à réaliser #MaVoix aujourd’hui : permettre aux citoyens de reprendre leur place à la table des décisions. Puis la renommée de DemocracyOS a dépassé les frontières argentines grâce à la conférence TED de Pia Mancini en 2014 et la sélection au prestigieux Y Combinator. La plateforme étant très facilement réplicable, elle a été traduite et utilisée à travers le monde, par le gouvernement mexicain, par des activistes tunisiens pour travailler sur une révision constitutionnelle, par la coalition dont faisait partie Podemos à Barcelone.

 

Et puis en France, avec notre association qui existe depuis déjà un an. Cela paraît peu, mais quand nous avons lancé le meetup Open Source Politics au printemps 2015, il n’y avait que quelques initiatives réellement civictech en France, notamment Regards citoyens et Voxe.org. Depuis, c’est l’ébullition, et ce site en est une illustration. Enfin, dernier facteur important, nous sommes l’une des rares plateformes de débat et de vote à faire le choix de l’open source. Pour nous, l’opengov est avant tout une démarche de transparence il est donc absolument essentiel que les consultations citoyennes ne se passent pas sur des plateformes propriétaires dont le code est par définition fermé et non consultable par les citoyens.

Vous vous attendiez à ce que des députés votent une loi de « modernisation » de l’élection présidentielle qui vise à verrouiller un peu plus le système en place ?

On ne s’y attendait pas car cela va à l’encontre de ce que nous voyons autour de nous dans la sphère de l’innovation citoyenne qui veut justement ouvrir le champ de la représentation au-delà des partis politiques traditionnels. Que ce soit volontaire ou non, cela démontre encore le décalage entre des élus installés depuis des années dans des carrières politiques professionnelles et l’insatisfaction d’une très large majorité de Français.

Concrètement, comment fonctionne la plateforme ?

Contactez-nous ! DemocracyOS est une plateforme open source, donc son code est disponible sur Github et vous pouvez directement et gratuitement déployer votre propre instance. Nous améliorons régulièrement la documentation pour vous aider à utiliser l’outil. Nous pouvons évidemment apporter un support supplémentaire pour aider quelques projets porteurs auxquels nous croyons. Enfin, si votre collectivité souhaite que nous adaptions la plateforme à ses besoins ou que nous créions des fonctionnalités supplémentaires, nous pouvons convenir d’une convention pour financer ces développements. C’est ce que nous avons fait avec les mairies de Nanterre et Paris.

Vous écrivez dans votre manifeste « qu’il est temps d’utiliser cet outil (…) pour une démocratie plus ouverte, de remettre sur la table la promesse qui est celle de Notre République : le gouvernement de tous, par tous et pour tous. » Comment comptez vous mettre DemocracyOS entre les mains des citoyens, des politiques et des institutions ?

Avec un an de recul, nous avons compris qu’un temps était nécessaire pour se familiariser avec les outils avant de se servir de tout leur potentiel. En 2015, nous avons lancé plusieurs débats test sur des sujets d’actualité comme le projet de loi renseignement et sur la COP 21. Cette année, nous avons un partenariat avec la ville de Nanterre pour rendre accessible en ligne un maximum de consultations publiques et nous avons expérimenté une restitution de mandat en ligne avec la mairie de la Paris. Nous voulons continuer à développer ces usages. Nous savons que les jeunes urbains diplômés y ont plus facilement accès que le reste de la population à l’heure actuelle. Il est essentiel que l’Etat et les collectivités territoriales nous aident à toucher les publics les plus défavorisés et les moins connectés en investissant dans des consultations grand public et en soutenant l’écosystème civictech.

Retrouvez le bilan d’activité de DemocracyOS France pour ce début d’année ici 

Ils font la Civic Tech

Ils font la CivicTech : qui sont les 20 premiers inscrits de la CivicThèque ?

9 avril 2016 • By

En lançant ce blog en début d’année, j’avais également la volonté de recenser « ceux qui font » la CivicTech en France et à l’international par le biais d’un simple annuaire collaboratif : la CivicThèque.

civictheque civic tech civictech

Aujourd’hui, 20 acteurs Civic Tech se sont inscrits. Ils proposent tous des solutions qui répondent aux nombreuses expressions (il n’y a qu’à voir le phénomène #NuitDebout) d’une forte demande de renouveau démocratique en plein état d’urgence, de crise économique et sociale.

Merci à :

Civocracy, Communecter et Fluicity qui proposent des plateformes pour réinventer la démocratie locale et permettre d’impliquer d’avantage le citoyen.

Change.org, numéro 1 mondial des pétitions en ligne qui a transformé le citoyen en partenaire social et l’a invité à la table des négociations.

Baztille qui à l’instar de MaVoix veut faire élire des citoyens qui appliquent les décisions des membres du collectif.

Voxe et son comparateur de programmes politiques, Vérité Politique qui évalue le degré d’honnêteté des élus et des partis politiques et Parlement et citoyens qui permet aux citoyens de co-construire les lois avec les élus.

LeDrenche, un média qui donne les clefs aux internautes pour se forger une opinion et AgoraLabTV qui propose de créer des débats TV interactifs avec les citoyens.

DigitaleBox, Nation Builder français, qui propose un logiciel de gestion des relations avec les électeurs et de stratégie électorale.

20 inscrits à la CivicThèque civictech civic tech

Belem et son système de vote «blockchain», c’est-à-dire sécurisé, transparent et efficace pour Nous Citoyens.

Engage qui facilite l’implication, la mobilisation, l’action collective via les technologies et les Bricodeurs qui éduquent aux Civic Tech.

InCity et son service de surveillance par les citoyens de l’espace public en vue de son amélioration et Democras, un réseau social citoyen.

Le projet ContentCheck qui regroupe des partenaires académiques et une équipe de journalistes du journal Le Monde dans le but de développer une manière d’automatiser le fact-checking pour contextualiser et enrichir factuellement le débat politique.

Loomio qui propose un outil de prise de décisions collectives.

PolitizR qui rebat les cartes en créant un espace numérique où les élu(e)s débattent des propositioons citoyennes.

Stig qui a pour ambition d’offrir une vision en temps réel de l’opinion et de la volonté citoyenne.

Un prochain billet rapidement pour dresser un nouvel état de la CivicTheque. 


Ils font la Civic Tech

Des députés tirés au sort à l’Assemblée nationale avec Ma Voix ?

25 mars 2016 • By

Le collectif Ma Voix a pour ambition de « hacker » l’Assemblée Nationale en faisant élire des citoyens volontaires, formés et tirés au sort. Cette expérience démocratique inédite est programmée pour les législatives de juin 2017 mais l’agenda politique leur offre une première tentative à l’occasion de la législative partielle de Strasbourg qui se tiendra au printemps.

#MaVoix

J’ai proposé à Quitterie de Villepin qui est notamment à l’origine du projet, de le présenter dans une interview. Elle m’a répondu que le collectif ne veut pas entretenir le phénomène de « personnification » et que c’est pour ça qu’ils ne donnaient pas d’interview aux médias traditionnels malgré de nombreuses sollicitations.

Elle m’a donc proposé de réaliser une entretien d’un genre nouveau, leur première interview collective. Au final, 22 volontaires ont pris le temps de répondre à mes questions. Merci à Toan, Valentin, Hugo, Guits, Hervé, Didier, Cat, Mélanie, Bruno, Arnaud, Marie, Jeff, Quitterie, Sly et les autres. Ils font la Civic Tech cette semaine.

Élire des parlementaires issus du processus de sélection électoral que l’on connaît sous la Ve République, c’est dépassé et non représentatif du peuple, selon vous ? En quoi ?

L’élection présidentielle est concomitante de celle des députés. Il n’y a plus de distinction entre les pouvoirs et, comme on le constate de plus en plus, le parlement est devenu le scribe de l’exécutif. De plus, les députés adhérents à un parti ne représentent en fait qu’un très faible pourcentage de la population.

Les limites de la sélection de représentants par l’élection, telle que définie aujourd’hui, sont le non renouvellement des charges politiques, l’absence de possibilité de contrôle, de révocation si les promesses sont trahies et l’abandon complet des citoyens du gouvernement de leur Etat. On élit toujours les personnalités les plus médiatisées et celles qui ont investie le plus dans leur campagne, ce qui entraîne la formation d’une caste politique et par définition un manque de représentativité de nos élus. C’est dépassé, car aujourd’hui il y a une vraie envie de démocratie, de croissance du devoir citoyen, on ne veut plus donner tout les 5 ans des chèques en blanc.

Les députés sont maintenant considérés comme appartenant à une élite, éloignées des considérations des électeurs, et accrochés à leur siège plutôt qu’à leurs électeurs. Ils deviennent des professionnels de la politique avec une carrière à préserver, donc des votes à privilégier

Le processus de sélection actuel des candidats repose sur des partis politiques dont la forme est dépassée (réflexion externalisée dans les think-tanks, réseaux militants limités aux élus et collaborateurs, faible prise en compte des transformations du monde, concentration des enjeux autour des personnes et des carrières politiques professionnelles…). C’est ce processus là que nous voulons changer grâce aux formations, aux plateformes numériques et au tirage au sort.

Ce modèle a été construit dans un autre contexte historique, à une époque où il n’y avait pas internet, pas les mêmes modes de circulation de l’information, pas les mêmes types d’engagements des individus, etc.

En quoi les politiques actuels ne seraient plus les représentants du peuple ?

Dès le départ, l’idée de représentation est tronquée, c’est l’idéologie sous la bannière de laquelle s’est ralliée à un moment donné une majorité d’électeurs qui est représentée. L’abstention, le vote blanc ne sont pas pris en compte dans le comptage des suffrages, pourtant les citoyens qui choisissent cette voie délivrent un message, qui est souvent laissé de côté, et cette partie du peuple représente plus de 50% des inscrits sur les listes aujourd’hui.

Leurs choix et leurs actions sont souvent très éloignés de leur programme sur lequel nous les élisons, et nous n’avons que très peu de moyens de les interpeller en cours de mandats pour leur indiquer nos positions, nos souhaits et nos choix précis, loi par loi par exemple. Personnellement j’ai l’impression de faire un chèque en blanc et je n’aime pas ça !

Les députés devraient voter en leur âme et conscience, mais en réalité ils votent plutôt en fonction des consignes de leur parti. Dans les deux cas, ils ne demandent jamais ce que pensent les électeurs sur chaque sujet, sur chaque loi. Seul, Frédéric Lefebvre, député des français de l’étranger qui essaie les pétitions pour connaître l’avis des français.

Vous dites « Il n’y a plus rien à attendre de ceux qui nous gouvernent ». On pourrait vous accuser de populisme… Qu’est-ce qui vous différencie de ce mode de pensée ?

Pour moi, il n’y a plus rien à attendre de ceux qui nous gouvernent AUJOURD’HUI. Mais je suis contre le populisme ou l’anti-système. Tant que les politiques resteront un système ou ils ont droit de faire ce qu’ils veulent, sans aucune conséquence et que leur carrière et plus importante que le reste, on pourra mettre qui l’on veut au « pouvoir », même Gandhi, ce sera toujours le même résultat.

Nous ne sommes pas populistes, au contraire. Nous cherchons à arrêter le défaitisme, arrêter la complainte, ce constat qui dirait tous pourris et qui justifierait tout, nous le refusons. Non, les politiques ne sont pas les seuls responsables. Nous sommes tous responsables. Nous avons été responsables de ce jeu, car nous l’avons joué, nous avons été accrocs à la petite phrase politique, à l’actualité trop rapide, nous avons cru que les choses étaient ainsi, nous avons joué le jeu des élections, nous avons pour certains été militants ou en politique, nous avons eu des réveils difficiles. Mais nous sommes responsables dans les deux sens. Nous pouvons construire notre avenir et changer les règles du jeu. Parce que nous sommes responsable nous n’avons rien à attendre de ceux qui nous gouvernent, car nous avons été déçus, très bien, nous sommes exigeants envers nous-même et nous allons construire les alternatives, proposer et avancer…

Le système de la Vème république est incapacitant pour les femmes et les hommes que nous sommes, il entrave nos projets de civilisation nouvelles, mais il est parfois pratique : nous nous déresponsabilisons et nous rejetons toujours la faute sur les autres et ceux qui nous dirigent. A tort ou à raison. Qu’on le veuille ou non, ils sont le produit de notre action ou inaction. Même les abstentionnistes sont responsables de la situation actuelle, oui, y compris eux. Si nous avons toutes les raisons d’être en colère car nous nous sentons pris au piège, nous pouvons constater simplement l’échec des politiques en général. Pourquoi les mêmes personnes depuis 30 ans dans le même système pourraient faire mieux demain qu’hier ?
Il y a en fait un problème s’ils échouent tous, cette version de la démocratie est anachronique et dépassée. Cette colère que nous ressentons tous est une formidable énergie et une force qu’il faut transformer en proposition, en plaisir et envie d’aller de l’avant et d’inventer un horizon nouveau pour la démocratie. Certains autres mouvements politiques surfent sur la colère, sur la peur de l’autre, le rejet, ils disent « tous pourris », mais ils veulent eux aussi qu’on leur délègue notre responsabilité. Et pourquoi feraient-ils mieux que les autres ? Avec les mêmes institutions, les mêmes banques et les mêmes lobbies. Nous voulons sortir de cette délégation qui nous enlève notre capacité à être debout, vivant et décideur de notre présent et avenir. #MaVoix c’est prendre et assumer sa responsabilité. Individuelle. Au sein du collectif. C’est le « Je » dans le « Nous ». C’est être démagogique de dire : « prenons nos responsabilités, décidons, assumons, soyons comptables » ? Et donc à l’inverse de celles et ceux qui attisent peur et haine de l’autre, nous voulons au contraire aller vers l’Autre, ce citoyen qui ne nous ressemble pas, mais avec qui nous devons construire de fait la société dans laquelle nous vivons.

Est-il réaliste de vouloir « co-construire » et décider ensemble quand il s’agit de participer, via l’Assemblée,  à la bonne marche d’une nation de 70 millions d’habitants ?

Prise de décision du collectif Ma Voix #MaVoix

Nous ne cherchons pas à être d’accord sur tout, nous cherchons les modalités qui nous permettrons de débattre sainement. Il se trouve qu’aujourd’hui nous avons des outils pour cela, des citoyens engagés qui ont envie de prendre leur place à la table des décisions et qui comprennent la responsabilité que cela implique, des outils de débat en réel et online, et petit à petit se développent à travers le monde différents outils pour partager et voter en ligne. Oui c’est réaliste.

Les moyens technologiques, méthodiques ont évolué, nos institutions datent d’un siècle dépassé. Le collectif #MaVoix est une expérience, une expérience n’est pas forcément couronnée de succès, mais elle a le mérite d’essayer. Nos 50 députés présents en moyenne sur 577 sont ils plus capables et légitimes de décider pour 70 millions de français ?

La fabrique de la loi est déjà un processus de co-construction entre le Gouvernement et le Parlement, l’Assemblée nationale et le Sénat, les majorités et les oppositions qui s’expriment via les amendements… sans parler de l’influence des corps intermédiaires. Il s’agit désormais d’élargir la table de discussion et de décision pour que d’autres voix s’expriment. Grâce à des outils numériques, nous pouvons commencer à répondre aux défis de temps et d’espace qui rendaient jusqu’ici indépassable la démocratie représentative élective.

Quelles sont ces « méthodes » et « outils d’intelligence » collective que vous développez ?

Pour vivre ensemble en décidant ensemble, il faut que nous apprenions à le faire. Nous en sommes loin. Nous n’apprenons pas dans nos écoles à faire « avec », à faire ensemble. Nous apprenons plutôt la compétition, le chacun pour soi, rentrer dans des cases, des castes et des moules. Pour réaliser la transition dont nous avons besoin, nous avons besoin de déconstruire ce que nous avons appris, et de nous former les uns les autres à toutes les nouvelles matières qui vont nous aider à faire cette mutation. Heureusement, beaucoup de nouvelles sciences, visions et outils émergent et sont documentés : internet et démocratie, reinventing organisation, community organizing, la facilitation, l’holacratie, la sociocratie, beaucoup de pionniers sont là pour éclairer la route, comme l’Université du Nous, par exemple, ou encore Frédéric Laloux, Dominique Cardon, Dominique Rousseau, Cynthia Fleury, Michel Bauwens, Richard Stallman, et tant d’autres… Il y a un gros enjeu de formation pour les citoyens que nous sommes dans #MaVoix. Il y a comme une école dans le projet. Nous construisons un MOOC pour former les citoyens aux institutions du Parlement. Car pour hacker un système, il faut le connaître. On va donc se former aux institutions mais aussi à la transmission pair à pair des connaissances d’intelligence collective : techniques de facilitation, initiations aux matières citées ci-dessus. #MaVoix est une expérience apprenante. On ne sait pas où on va, mais on sait qu’on apprend. Toutes les réunions sont montées comme cela en 2 parties : on se nourrit d’abord, puis on enrichit l’expérience. Enfin, nous testons différents sites de prise de décision en ligne comme DemocracyOS, et Cocorico, en particulier, et des contributeurs construisent brique après brique les outils dont nous avons besoin. Tout est sur le github #MaVoix pour les développeurs que ça intéresse. Nous testons un premier vote avec un protocole blockchain. Au lieu d’en parler, nous nous sommes dits que ça serait plus intéressant de le tester et de comprendre comment ça marche et ce que ça nous apporte ou pas. C’est assez excitant de découvrir en même temps autant de matières émergentes, c’est une sacré chance que nous nous offrons à travers #MaVoix. C’est la contre partie de notre engagement en temps et en énergie, quelle récompense !

Si l’on comprend bien, dans votre modèle, le député n’est qu’un hologramme destiné à recevoir les ordres de ceux qui l’ont fait. Bien des fois, il faudra voter « oui » ou « non » à une proposition de loi, à une orientation budgétaire, et vous ne serez pas toujours d’accord entre vous. Comment cela se passera-t-il alors ?

Le vote de la loi fonctionne toujours sur le mode oui/non/abstention. Un plateforme comme DemocracyOS permet de connaître la répartition des votes. Si #MaVoix n’avait qu’un(e) député(e), il voterait comme le résultat majoritaire exprimé sur la plateforme ; s’il y avait plusieurs député(e)s, ils voteraient en proportion des résultats.

Imaginons : on a 10 députés MaVoix. Sur la loi « X », on dénombre sur la plateforme de vote 30% de non, 50% de oui et 20% d’abstention. Alors 3 députés MaVoix voteront non, 5 voteront oui et 2 s’abstiendront.

Tout dépendra du nombre de députés. S’il n’y en a qu’un, ce sera, effectivement, délicat. Mais à partir de trois, le vote de nos députés reflétera la diversité des décisions sur la plateforme.

Nous ne cherchons pas à être d’accord sur tout, mais à trouver les modalités pour débattre et pour voter. Effectivement dans l’expérience #MaVoix la promesse de départ est que les députés répercuteront à l’AN les votes des électeurs. Mais ne pas être d’accord c’est un signe de bonne santé, il y a un débat avant, qui permettra aussi de se positionner, de se forger sa conviction, de prendre position ou de s’abstenir d’ailleurs. Le député peut aussi faire remonter ce qui se passe à l’AN, puisque nous n’y avons pas toujours accès. Mais à un moment donné, c’est le vote, et là les citoyens se prononcent, là effectivement le député répercute les votes. Il y a une différence notable c’est que c’est les citoyens qui débattent et se positionnent et non les députés et il est beaucoup plus difficile pour un groupe politique et des lobbys de retrouver chacun des électeurs chez eux et de faire pression.

Le député est effectivement un moyen. Des femmes et des hommes d’accord pour jouer le jeu du maillon de la chaîne. Sans elles et eux, ça ne serait pas possible de faire cette expérience inédite. MAIS en ce qui concerne la décision et l’expression de la délibération, nous n’avons pas à nous mettre d’accord. Ce n’est pas ça la promesse de #MaVoix. « Tu votes pour qui ? » « Je vote pour #MaVoix » = je vote pour me positionner. » Ma voix compte. Telle qu’elle. Nous ne sommes pas dans un cas exécutif, nous sommes dans l’Assemblée Nationale. L’expression de toutes et tous. Nous appliquerons donc la proportionnelle. Nous retranscrirons tel quel le résultat du vote sur le nombre de députés la proportion de oui, de non, d’abstention. Question de cohérence, et ça permettra d’avoir un climat plus serein, pas besoin de gagner un groupe de députés, juste faire entendre sa voix. Ce n’est pas un affrontement mais un positionnement. Ca change tout. Dans #MaVoix, il n’y a pas de camp contre camp. Il n’y a pas de frontières idéologiques préconçues. Il y a des gens, tous différents qui s’allient un jour sur un sujet, s’affrontent le lendemain sur un autre, etc… Ils se respectent eux-mêmes toujours puisqu’ils n’ont pas à adopter la posture d’un parti, ils ont juste à être eux-mêmes et à penser par eux-mêmes. Evidemment en se nourrissant du débat dans l’Espace Public, mais en détenant personnellement la clé de décision toujours à la fin. Qui mise bout à bout forme une décision collective.

 

Suivre le collectif sur Facebook 

Cette interview est composée d’une sélection des réponses qui résument les différentes réactions des 22 membres du collectif. L’ensemble de leurs réponses est disponible ici.


Ils font la Civic Tech

Civocracy : « Si le système ne plaît pas, on a le pouvoir et les moyens de le changer »

2 mars 2016 • By

Civocracy propose une solution Civic Tech dédiée à favoriser l’engagement citoyen et à faciliter la coopération des parties prenantes dans le débat public. Leur ville pilote (Potsdam en Allemagne) a d’ailleurs lancé sa première discussion hier sur leur plateforme cette semaine.

Ils font la Civic Tech cette semaine et c’est Chloé Pahud, cofondatrice de la start-up qui répond à nos questions.

En quoi la démocratie actuelle ne représente-t-elle plus les citoyens ?

Pour moi la démocratie, c’est nous tous. Je n’aime pas beaucoup cette tendance à diaboliser les politiques et béatifier les citoyens. Je trouve que c’est vraiment déresponsabilisant ! Il est vrai que l’on parle de « paralysie démocratique » mais il me semble que la responsabilité est partagée. Si le système ne plaît pas, on a le pouvoir et les moyens de le changer. On veut se sentir représenté ? Élevons la voix ! On veut participer ? Passons à l’action ! On veut du changement ? Créons-le.

Quelles solutions proposez-vous ?

Nous avons développé une plateforme qui permet aux citoyens d’avoir leur mot à dire dans les décisions que prennent leur ville.

Sur Civocracy, chacun peut mettre en avant les sujets qu’il trouve importants, et pour chaque sujet, identifier les acteurs clés, chercher des solutions concrètes avec ses voisins et ses élus, et trouver des moyens de s’engager dans leur réalisation. C’est un lieu décentralisé où chaque point de vue peut être donné, voté, qui facilite la co-création et encourage l’action, utilisant au mieux la technologie et faisant le lien avec les initiatives sur le terrain.

Logo Civocracy - engagement citoyen et civic tech

Cela pourrait-il se faire sans l’émergence des nouvelles technologies ?

Oui et non. Celui qui anime le débat et ceux qui y participent sont cruciaux, mais la technologie est ce levier magnifique qui permet de surmonter ou contourner beaucoup de problèmes. La clé reste néanmoins les utilisateurs de l’outil, et comment ils l’utilisent…

Votre démarche s’apparente à du lobbying, finalement ?

En France, ce terme est négativement connoté mais en Allemagne où nous sommes installés (Civocray est installé à Berlin), ce n’est pas si péjoratif. Si par lobbying on désigne la pratique de ces pressions et de ces influences qui s’exercent sur des hommes politiques, sur des pouvoirs publics et, plus largement, sur des décideurs, alors oui, nous pourrions représenter un lobby citoyen.

Mais ce qui me chagrine avec ce terme, c’est cette notion de rapport de force alors que ce que l’on essaie de rétablir c’est  un équilibre en permettant d’ajouter de la représentativité, de la nuance au débat, de l’empowerment, de valoriser l’action, etc… La démocratie quoi !

Civocracy mode d'emploi - engagement citoyen et civic tech

Bon, après, mon petit plaisir personnel (qui n’engage que moi) serait de rassembler une telle masse critique que des multinationales comme Monsanto devraient enfin fléchir, répondre de leurs pratiques et ne plus dicter leurs lois !

Comment « avoir un impact concret sur le problème » ?

Ah l’impact ! Il me semble que le mesurer est une des grandes difficultés dans les Startups CivicTech comme la nôtre. Pourtant, il est fondamental de pouvoir le faire. On se pose sans arrêt la question : quelles sont nos « success metrics » ? Comment on les mesure ? Est-ce que c’est le nombre de gens qui se rendent sur les discussions ? Ceux qui choisissent de passer à l’action ? Le nombre de votes ? La qualité des idées ?

On est encore en phase d’expérimentation, et c’est difficile d’arrêter de manière définitive la valeur ajoutée de ces indicateurs. On sait que l’on devra rester très vigilants sur ce que l’on nomme « succès ».

Estimez-vous faire partie d’un mouvement, d’une communauté Civic Tech ? Quelles sont, selon vous, les perspectives de ce secteur en France et à l’international ?

Il y a une vraie émulation autour de la participation et c’est bon signe ! Certains ont planché sur le problème depuis un moment et commencent à avoir une jolie notoriété. On ne s’attaque pas tous au problème de la même manière, c’est intéressant de voir comment les personnes s’approprient la notion de démocratie.

Très franchement, je suis persuadée que l’avenir des réseaux sociaux se trouve dans la CivicTech et que d’ici 5 ans, il y aura un acteur majeur dans ce domaine. Notre avenir se jouera dans notre capacité à nous différencier, mais aussi à collaborer.


Ils font la Civic Tech

LaPrimaire.org : « Tout le monde ne peut pas devenir président mais le président peut venir de n’importe où »

27 février 2016 • By

L’association Democratech (qui a pour ambition de mettre la technologie au service de la démocratie) va ouvrir le mois prochain le site de primaires citoyennes LaPrimaire.org. Le projet ? Organiser une primaire ouverte sur Internet, organisée pour permettre aux Français de choisir les candidats qu’ils souhaitent voir se présenter à l’élection présidentielle de 2017.

Il y a fort à parier que Thibauld Favre et David Guez vont faire parler d’eux dans les semaines à venir : ils font la Civic Tech cette semaine.

Thibauld Fabre et David Guez - LaPrimaire.org

Vous proposez une primaire alternative pour 2017, ce quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’une primaire ouverte et démocratique dont la principale caractéristique est d’être organisée hors du contexte des partis politiques. C’est une primaire démocratique car tout le monde peut être candidat et ouverte car elle ne défend aucune idéologie ni aucun programme. C’est aux candidats d’amener leur vision, leur programme, leurs idées et les citoyens pourront interagir avec eux et, in fine, noter chacun des candidats.
L’objectif est de faire émerger un candidat et plus largement une équipe crédible qui puisse avoir toutes ses chances à la Présidentielle de 2017.
De part ses caractéristiques uniques, une telle primaire n’est organisable qu’en ligne, via une application web et mobile (découvrez une présentation en vidéo ci-après). En ce sens, LaPrimaire.org est fait totalement partie de cette catégorie de projets dits de « Civic Tech ».

 

 

Les partis politiques ne représentent donc plus le peuple ?

Ce qui est certain c’est qu’aujourd’hui l’observatoire de la confiance en politique montre que les partis sont l’organisation publique dont les français se défient le plus : 87% des français ne font pas confiance aux partis politiques, c’est énorme !
L’une des explications se trouve certainement dans la déconnexion des partis politiques avec le peuple : tous les adhérents de tous les partis politiques réunis représentent aujourd’hui largement moins de 1% des votants.

Tout le monde, ou n’importe qui, peut-il devenir président ? N’a-t-on pas besoin de compétences, d’une formation et de qualités exceptionnelles ?

Tout le monde ne peut pas devenir président mais le président peut venir de n’importe où. L’état du pays et de la société aujourd’hui, c’est le résultat de la gouvernance continue de « professionnels » de la politique censés avoir ces fameuses compétences et qualités exceptionnelles.
Le résultat est sans appel : ça ne marche pas ! A nous, citoyens, de sortir de ce modèle désormais obsolète et permettre l’émergence de nouveaux talents d’ou qu’ils viennent. C’est pour cela que nous avons créé LaPrimaire.org.

Concourir pour la présidence, cela demande beaucoup d’argent. Comment comptez-vous financer la campagne de votre poulain ?

LaPrimaire.org logo Par les citoyens ! L’essor d’internet, des réseaux sociaux et du crowdfunding permet aujourd’hui de mobiliser directement les citoyens pour défendre les projets auxquels ils croient. De plus, comparé à d’autres pays, la France bénéficie de lois de financement électorale assez strictes et de plafonds de dépenses « relativement » bas, ce qui fait qu’un candidat alternatif peut rapidement devenir compétitif. Le plus gros obstacle reste probablement l’accès et le temps de parole dans les médias de masse mais, si l’engouement derrière LaPrimaire.org continue, qui sait ce qui peut se passer. Tout est possible.

Un président, ce sont des idées, mais on n’échappe pas à l’importance capitale que représente sa personnalité dans le « déclencheur » du vote. Pensez-vous que les Français sont prêts à voter pour un hologramme ?

Tout à fait, quoiqu’on en dise, la personnalité du candidat joue un rôle important et c’est normal car, en tant que citoyen électeur on a besoin d’avoir la conviction que le candidat qu’on choisit sera capable de défendre et de mettre en place le programme et les idées qu’il défend. C’est pourquoi il est primordial que les candidats finalistes de LaPrimaire.org aillent à la rencontre des citoyens  et c’est pourquoi nous prévoyons un tour de France entre octobre et décembre 2016, pour organiser des rencontres et des débats avec les candidats dans toute la France.

Estimez-vous faire partie d’un mouvement, d’une communauté Civic Tech ? Quelles sont, selon vous, les perspectives de ce secteur en France et à l’international ?

Tout à fait, aujourd’hui de plus en plus d’entrepreneurs développent des outils de CivicTech, cette communauté est encore assez jeune en France donc on se connait quasiment tous. En revanche, même si le mouvement Civic Tech est encore jeune, nous pensons que le potentiel est énorme, notamment en France, ou une majorité de citoyen ont une conscience politique très forte, contrairement à beaucoup d’autres pays.

 

 

Retrouvez toute l’actualité des technologies civiques sur Facebook, Linkedin, Twitter ou par mail.