Browsing Tag

citoyen

Présidentielles 2017

Présidentielles 2017 : Nicolas Dupont-Aignan et les CivicTech, l’interview

8 avril 2017 • By

A quelques jours des élections présidentielles, CivicTechno.fr a interrogé les candidats sur leur vision des Civic Tech aujourd’hui en France, leur rôle dans la campagne et la place de la tech citoyenne dans leur programme. Second épisode avec l’interview de Nicolas Dupont-Aignan.

CivicTechno.fr est un site apolitique dédié aux technologies civiques, l’ensemble des 11 femmes et hommes politiques prétendant à la fonction suprême de l’État ont reçu le même questionnaire et leurs réponses sont diffusées ici sans filtre ou sélection partisane. 

 

Avez vous le sentiment que la technologie est bien utilisée aujourd’hui dans la relation avec les citoyens ?

Je n’ai pas le sentiment qu’il y ait un grand manque dans la relation entre la technologie et le citoyen. Il existe un réel degré d’interaction entre le politique et le citoyen via Facebook et Twitter notamment et il n’est pas possible de penser que le fossé entre la technologie et le politique est immense (du moins dans les relations avec les citoyens).

Je pense également que les citoyens ont compris tous les rouages de cette relation, et l’utilisent d’ailleurs parfaitement. Entre Change.org qui a permis de mettre l’accent sur des dizaines de problématiques, les réseaux sociaux qui permettent de prendre la température liée à des actualités ciblées (à travers les interpellations directes par commentaires ou messages privés, l’analyse des préoccupations via les taux de partages sur tels ou tels sujets), il n’y a jamais eu plus d’interaction entre citoyens et responsables politiques qu’aujourd’hui !

 

« Je n’ai pas le sentiment qu’il y ait un grand manque dans la relation entre la technologie et le citoyen » Nicolas Dupont Aignan Civic Tech CivicTech

 

Pensez vous que l’Etat peut être moteur du changement et du renouveau démocratique en participant activement au développement des technologies qui le permettent ?

Clairement, oui ! Mais pas à n’importe quel prix. L’Etat peut bien sûr être le moteur d’un changement et d’un renouveau démocratique en participant au développement des technologies, mais à partir du moment où l’Etat s’implique, les initiatives à la base dites « citoyennes » perdent de leur saveur ! Certes, l’appareil d’Etat doit prendre en compte les initiatives, les encourager, mais pas les créer.

 


La relation entre le citoyen, le politique, les institutions, c’est une relation de confiance. Une relation de proximité. Bien sûr, il faut se parler, échanger et s’interpeller grâce à la technologie. Mais il ne faut jamais oublier que nous sommes des êtres humains, sociaux, et que nous avons besoin de nous voir, nous toucher, nous regarder, d’échanger ensemble. Rien ne pourra jamais se substituer à un regard qui vous dit merci.

 

Utilisez-vous un logiciel de stratégie électorale pour gérer vos relations avec les militants et les électeurs ?

Non je n’utilise aucun logiciel de stratégie électorale pour gérer les relations, ni avec les militants ni avec les électeurs. Le message que j’ai à faire passer ne change pas selon les quartiers où je me déplace, selon le temps qu’il fait à Quimper ou la température de l’eau à Narbonne. À partir de ce point, il m’est incompréhensible de vouloir cibler des zones et en exclure d’autres, car ce n’est pas ma conception de la politique, ni de la République. Je fais donc campagne partout, et la même campagne partout.

Ainsi, je suis régulièrement en contact avec les cadres de mon mouvement, mes équipes me font remonter les informations de terrain, les inquiétudes, les encouragements.

 

"Sans dénigrer les CivicTech, ce peuple Français n’est pas forcément sur la toile" Civic Tech interview Nicolas Dupont Aignan

Mon seul logiciel de stratégie est donc compris dans le cœur de mon projet politique : c’est le respect du peuple Français. Et sans dénigrer les « CivicTech », ce peuple Français n’est pas forcément sur la toile.

 

Les Civic Tech sont-elles selon vous un terme « gadget » ?

Je ne pense pas que les « Civic Tech » soient un gadget qui donne du sens aux consultations publiques. Elles sont plutôt selon moi un complément qui permet de lier deux mondes : le monde ultra-connecté des nouvelles générations nées avec un clavier dans les mains, et la France qui ne connaît pas, à cause des zones blanches, d’un manque de moyens ou d’intérêt, les possibilités qu’offre internet.

 

"Les Civic Tech font le lien entre le monde ultra-connecté des nouvelles générations nées avec un clavier dans les mains, et la France qui ne connaît pas les possibilités qu’offre internet" Nicolas Dupont Aignan Civic Tech CivicTech

S’il faut donc des consultations publiques, oui, elles peuvent avoir lieu sur la toile, mais en parallèle sur le terrain. Il faut que chaque personne puisse avoir le lien qu’elle estime nécessaire à son épanouissement démocratique.

 

Avez-vous utilisé les Civic Tech pour une forme de co-création de programme ou votre programme prévoit il le développement des technologies dites civiques en France ?

Mon programme est né de milliers d’échanges et de rencontres, dans toutes les régions de France. Nous n’avons pas utilisé les « Civic Tech » pour le créer, même si nous avons pris en compte beaucoup de remarques que des citoyens nous avaient fait parvenir. Notre programme ne traite pas directement des « Civic Tech » mais directement des nouvelles technologies.

Toutefois, les initiatives citoyennes seront toujours encouragées, car qu’elles soient physiques ou technologiques, elles sont l’essence même de la démocratie.

 

« Les Civic Tech permettent à tous de pouvoir s’engager dans la vie du pays. Et ça, c’est le plus beau service qu’elles puissent nous rendre ! » Nicolas Dupont Aignan

In fine, les « Civic Tech » sont finalement un nouveau mode d’expression qui a la chance de permettre à tous de pouvoir s’engager dans la vie de son pays. Et ça, c’est le plus beau service qu’elles puissent nous rendre !

 


Réflexions

Incapable d’outiller la société civile, et si la Civic Tech était vouée à l’échec ? 2/4

18 décembre 2016 • By

Ce post est le second d’une série de 4 billets dédiés aux impasses de la CivicTech.

J’ai proposé aux acteurs de cet écosystème de partager leurs visions sur les 4 grands freins qui, selon moi, entravent le développement en France des technologies civiques.

Impasses de la civic tech : droit dans le mur ?

Aujourd’hui, nouveau thème abordé : est ce une utopie que de pouvoir outiller et donner du pouvoir à la société civile, impliquer les citoyens dans la vie politique et publique ?

Comment les acteurs de la CivicTech peuvent donner du pouvoir à ces publics pour leur permettre d’apporter des solutions et de peser sur la vie publique ? Peuvent ils être les seuls moteurs du changement et du renouveau démocratique ?

Jérôme Richez – Co-fondateur du Liberté Living Lab

Les civic tech assureront-elles la distraction de la présidentielle ? L’appétence actuelle peut le faire craindre. Pour autant, cette présidentielle et les législatives dans la foulée seront peut-être les dernières élections sans véritable rapport de force citoyen. Ce qui est pointé du doigt aujourd’hui, c’est à la fois un fonctionnement politique et médiatique.

Avec les civic tech, les citoyens deviennent non seulement porteurs de solution, ils se transforment collectivement en « médias », une des composantes essentielles à la démocratie : vérification des informations, attachement pour le fond, capacité à imposer des sujets, à faire émerger des voies progressistes, à faire dialoguer…
Ces « citoyens-médias » devraient être actifs dès 2017. Quelle sera la prise de conscience collective ?

 

Nicolas Patte – Cap Collectif

Il faut pivoter, penser “hors de la boîte”, comprendre que la solution n’est pas de fournir aux citoyens magiciens des outils pour “faire système” à la place du cadre démocratique rouillé. Nous ne voulons pas “outiller le public” : nous voulons “outiller le système”.

Une fois qu’on a pivoté, et qu’on a offert une solution aux pouvoirs publics pour améliorer l’outil, il “suffit” d’apporter la méthodologie qui permet à l’outil de fonctionner efficacement. Imaginez qu’on veuille remplacer tout le parc automobile d’une communauté par des vélos. Supprimer les voitures  et livrer des vélos en laissant tout le monde en plan serait contre-productif : il faut accompagner la démarche, fournir des pièces détachées de rechange, aider à l’organisation du nouveau plan général de circulation et même expliquer le fonctionnement du vélo aux plus jeunes, désormais concernés.

Les outils, seuls, ne servent à rien. Ils ont besoin d’un cadre d’utilisation légitime (le système démocratique et républicain actuel), de volonté politique (faire comprendre au système en quoi consiste la participation citoyenne et les bénéfices attendus à cette participation), de méthodologie (convaincre l’ensemble des parties des avantages du travail collaboratif grâce à une règle du jeu claire et approuvée de tous). Et aussi de bonne foi, d’un esprit positif et éclairé qui pense “réflexions, actions et inclusions” plutôt que “discussions, réactions et exclusions”.

 

Florent Guignard – Le Drenche

Le premier cercle qui commencera à pouvoir influer sur la vie publique et politique sera fait d’initiés ; un public déjà sensibilisé et éduqué, qui agissait déjà avant, et qui verra dans ces outils un moyen d’agir plus efficacement. C’est à la fois un danger et une opportunité, mais c’est inévitable. Tout l’enjeu sera ensuite de dépasser ce premier cercle.

Le reste dépend beaucoup de la nature des initiatives ; certains resteront cantonnés à un rôle de prestataire de l’administration, d’autres ne le seront jamais. Des initiatives comme Le Drenche, Accropolis, ou comme Voxe.org sont par nature destinées au « grand public », et ne dépendent donc pas de la commande publique.

La valeur ajoutée vient de la cohésion de cet écosystème ; plus il y aura de passerelles efficaces entres les outils ou médias grands public et les moyens de consultation, plus institutionnels, et plus le système sera cohérent et efficace.

Le travail réalisé par un groupement comme Démocratie Ouverte est en cela extrêmement bénéfique, et commence à porter ses fruits.

Néanmoins, les civic tech seules ne changeront jamais les choses. Par contre, le secteur grandissant pousse les grands médias, les collectivités et le gouvernement à s’y intéresser et à les inclure ; à terme, l’ensemble de ces acteurs travaillant (plus ou moins efficacement) ensemble peut amener de grands changements.

 

Jérémie Paret – STIG

La civic tech pour réussir a besoin d’améliorer les connaissances des citoyens sur les institutions et leur fonctionnement. Fournir des outils ne suffit pas, il faut former et informer. Il est également nécessaire de créer des passerelles entre le numérique et le physique afin d’impliquer un maximum de citoyens.

 

Thomas Champion – Politizr

Il faut une innovation sociétale reposant sur un modèle économique garantissant la constitution d’un tiers de confiance entre les élu-e-s et les citoyen-ne-s.  Il s’agit bien d’un modèle différent des autres civictech, indépendant du financement des partis, des annonceurs, et des institutions.

Notre système démocratique est aujourd’hui toujours construit autour d’une démocratie représentative invitant les citoyen­-ne­-s à s’exprimer uniquement par le biais de votes sporadiques. Or, l’émergence des initiatives citoyennes comme dernièrement le mouvement “Nuit Debout” démontre que les citoyen­-ne-­s réclament d’autres modes de gouvernances et d’implications citoyennes pour construire une démocratie plus directe et participative.

Politizr est le chaînon manquant qui permet de réduire la tension croissante entre ces deux formes de démocratie, en légitimant le rôle des élu-e-s pour leur permettre de faire valoir leurs idées et leurs actions en toute transparence mais aussi pour permettre aux citoyen-ne-­s de s’exprimer de façon directe et régulière avec eux.

 

Chloé Pahud – Civocracy

Il y a un double travail à mener pour outiller la société civile et apporter des solutions pour qu’elle pèse sur la vie publique : il faut outiller avec les technologies et faire de l’éducation avec des partages d’expérience, des ateliers, …

Les acteurs Civic Tech ne peuvent pas être seuls pour réussir dans cette démarche, c’est tout l’éco-système qui doit se mettre en marche : citoyens, acteurs économiques, politiques, associations, experts.

Seule une approche bottom-up permettra de dépasser le simple stade de la consultation ! L’idée est de mettre ses outils au service de la société civile pour s’en emparer de la même manière que ces outils sont mis á dispositions des pouvoirs publics.

 

Julie de Pimodan – Fluicity

Une civic tech ne pourra avoir un réel poids que si elle est capable de reproduire le rapport de force qui existe entre les élus et les citoyens. Répondre à une commande publique est donc un non sens, puisque cela revient à créer un outil qui représente le gouvernement et non les citoyens.

 

Maxime Barbier – BlueNove / Assembl

Nous sommes dans la phase des early adopter ! Pour moi, l’avenir de la CivicTech repose autant sur la capacité à outiller les citoyens (et aussi les acteurs économiques) pour participer autrement à la décision et à l’action publique, que sur la capacité à outiller et faire monter en compétences les ministères, collectivités et opérateurs pour changer radicalement les façons traditionnelles de concevoir, délivrer et évaluer les politiques publiques. Les acteurs publics et les partis politiques sont pour moi cruciaux dans la rénovation des pratiques démocratiques. La pression ne peut pas venir que de l’extérieur.

Ce qui doit évoluer rapidement, c’est l’accès à la commande publique. Les acteurs de la Civic Tech ne décolleront jamais s’ils doivent se contenter de marchés publics cachés en dessous des seuils de mise en concurrence élargie (-25K€). Des facilités de marché doivent être mises en place. Je salue volontiers l’initiative d’Etalab, avec l’OGP Toolbox et surtout la labellisation de quelques plateformes pour outiller les processus de consultation des ministères.


Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #27

20 novembre 2016 • By

Vous pouviez habituellement retrouver ici chaque dimanche les liens Civic Tech de la semaine : cette revue de liens a pris, encore une fois, un peu de retard. Cette rubrique va probablement passer à un rythme mensuel pour assurer une meilleure régularité. 

Pour cette fois, ce sera donc les liens Civic Tech des dernières semaines 😉

Les liens civic tech de la semaine 27 civictech

 

Primaire à droite : comment les candidats ont géré leur campagne numérique – France Inter

Mais le fait le plus notable – et le plus nouveau – de cette campagne numérique, qui devrait aller en augmentant d’ici l’élection présidentielle fin 2017, c’est que les candidats se sentent de plus en plus prêts à contourner les médias “traditionnels” que sont la presse écrite, la radio et la télé au profit d’une confrontation directe avec leur audience.

Reste pour les candidats à attirer les jeunes : et pour cela ils se rendent directement sur leur terrain. Le réseau social Snapchat, le plus populaire chez les 15-24 ans, a été expérimenté par un seul des candidats : Bruno Le Maire, par l’intermédiaire de son équipe “Les jeunes avec BLM”. C’est peut-être sur ce terrain que les candidats sont le plus en retard, alors qu’aux Etats-Unis, Hillary Clinton comme Donald Trump avaient largement investi ce terrain.

 

Enquête sur la Civic Tech : comment des plates-formes citoyennes comptent sauver la démocratie – Les Inrocks

“On s’est rendu compte que les gens se plient à l’exercice et répondent très sérieusement à la question posée, parce qu’il y a derrière un véritable enjeu. Tous les participants ont saisi l’importance qu’allaient avoir leurs commentaires ou leurs publications, qu’ils n’étaient pas sur Facebook entre amis”, expliquent Clara Boudehen et Florent de Bodman. Les haters se font donc rares quand il s’agit de changer la société et d’impacter la chose publique. Bon à savoir.

Selon Axelle Lemaire, le rôle du peuple n’a jamais été fondamentalement repensé depuis la Révolution française et c’est précisément ce sur quoi devraient réfléchir les différentes Civic Tech. “En France, on est en république et on aime le répéter, mais la réalité, c’est que dans les pratiques institutionnelles et politiques on a plus l’impression d’être dans une république monarchique”, expose la secrétaire d’Etat.

 

Vidéo : Au Liberté Living Lab la Tech sert l’intérêt général – The Good Life

Lieu d’hybridation entre social et business, le Liberté Living Lab fait figure d’OVNI dans le paysage des startups françaises. En plein cœur de Paris, le site de 2 000 m2 héberge 200 résidents pluridisciplinaires avec un objectif commun : innover en faveur de l’intérêt général. Reportage dans le premier hub de la Civic Tech en France.

 

Civic Tech – Le journal des idées / France Culture 

Il y a enfin les Civic Tech de lobbying citoyen, comme make.org, dont le fondateur exprime dans l’hebdomadaire son ambition de « créer une intelligence collective ». Il fait le constat d’une « décomposition citoyenne » causée par « le corporatisme, le communautarisme, l’individualisme ». Face à cela la plate-forme entend relayer les propositions des internautes, confronter les plus fortes d’entre elles aux élus et décideurs, et obtenir en cas d’accueil favorable un engagement concret de leur part. Face au « décalage immense entre les aspirations de la société et la capacité du système à y répondre », selon les termes de notre secrétaire d’Etat au numérique, les Civic Tech proposent un arsenal d’outils pour faire de la médiation citoyenne, ainsi qu’un « début de réponse au malaise démocratique ».

 

La révolution numérique doit remettre les citoyens au centre de notre démocratie – Emmanuel Grégoire / HuffPost

Si le numérique permet aux institutions de s’ouvrir davantage à ses citoyens, il permet également à ces derniers de développer d’eux même des outils visant à s’approprier la chose publique. Plate forme de pétition en ligne, espace numérique de dialogue et de réflexions en ligne, comparateurs de programmes politiques… Une multitude d’outils sont créés chaque jours par des citoyens engagés désireux de mettre les technologies au service du bien commun. Le développement des « civic tech » témoigne de l’appétence renouvelée des citoyens pour s’investir dans la vie publique. C’est également une possibilité de renouveler l’offre démocratique classique en s’inspirant de son modèle horizontal, ouvert et innovant. La Ville de Paris travaille d’ailleurs à la création d’un « Civic Hall » pour apporter sa pierre à cet de cet écosystème riche d’une multitude d’acteurs.

Explique moi… le Partenariat pour un Gouvernement ouvert – Le Drenche

L’Open Government Partnership – OGP – ou Partenariat pour un Gouvernement Ouvert – PGO – a été lancé en septembre 2011 par huit pays fondateurs (Brésil, Indonésie, Mexique, Norvège, Philippines, Afrique du Sud, Royaume-Uni et États-Unis). Il compte aujourd’hui 70 pays membres, ainsi que des ONG et représentants de la société civile.

#hello2017 : pour mieux se préparer aux élections de 2017 – GeekZone

Initialement lancée en 2012, au moment de l’élection présidentielle, Voxe.org est une association loi 1901 qui vise à utiliser les outils numériques pour tenter de redonner aux jeunes le goût de la politique. En partenariat avec Curious (une plateforme de communication entre citoyens et personnalités influentes) et Kawaa (un outil pour faciliter les rencontres entre personnes partageant les mêmes centres d’intérêts), Voxe.org vient de lancer #hello2017, un site qui offre aux internautes un espace de débat et d’engagement plutôt inédit, articulé autour de quatre axes principaux : information, comparaison (entre les programmes de différents candidats), interpellation (pour interagir directement avec eux) et rencontre (pour constituer des groupes citoyens de discussion et d’action).

Quels bénéfices attendez-vous des technologies civiques (plateformes et applications citoyennes) ? – Enquête réalisée du 9 au 16 septembre auprès de 478 maires, adjoints au maire, DGS et responsables communication de municipalités.

Quels bénéfices attendez-vous des technologies civiques (plateformes et applications citoyennes) ?

 

[Civic Tech] Le numérique peut-il améliorer les démocraties ? –  FrenchWeb

La quasi-totalité des startups de civic tech ne créent pas d’innovation technologique à proprement parler, ni même sociétale. Elles utilisent des techniques connues et éprouvées de bases de données, de sites web, d’applications mobiles et de réseaux sociaux. Leurs modèles de données observables sont généralement très rudimentaires.

Est-ce qu’elles pourraient bénéficier de ruptures technologiques majeures? Est-ce que l’intelligence artificielle pourrait devenir une forme alternative de démocratie participative? Celle du big data, des objets connectés et des algorithmes ?

 

Qui est la start-up qui développe la civic-tech à Nice – La Tribune 

Démarrée ce 10 novembre l’expérimentation avec la métropole Nice Côte d’Azur devrait durer un an. Trois discussions sont déjà actives, pour une durée de 45 jours, autour de sujets comme quels services innovants pourraient être proposés au quotidien, quels services en télé-présence seraient utiles dans le moyen et le haut pays et quels services innovants rendraient le trajet en tramway plus agréable.

L’objectif de Civitocracy est de permettre un débat constructif mais aussi de donner l’opportunité aux citoyens de faire remonter les problématiques qui lui paraissent essentielles. En une journée, 140 personnes se sont inscrites sur la plateforme.

 

Axel Dauchez lance une plateforme de lobbying citoyen – L’ADN

Notre premier enjeu est de faire émerger des propositions citoyennes de manière massive. Tout le reste en découle.  Pour y parvenir, nous sommes sur un système de contributions simples. Nous avons mis en place une première initiative avec BFM et RMC. Chaque semaine, nous proposons sur leurs antennes une thématique sur un sujet de politique nationale. Les auditeurs sont invités à soumettre leurs solutions sur make.org, ou à venir consulter et à voter pour celles des autres. A partir des propositions recueillies, nous rédigeons une note de synthèse à destination des journalistes qui peuvent utiliser ces éléments à l’antenne. Ils commencent déjà à le faire et cela change leur manière d’interviewer les politiques. Mais le changement se fait aussi du côté des citoyens : leur rôle ne consiste plus uniquement à voter… il peuvent proposer des solutions. Quant aux élus, ils ne sont plus attendus sur l’expression de promesses, mais sur leur engagement concret à les mettre en place. Cela représente un véritable changement culturel pour l’ensemble des parties.

 

Biznext : « Le coup d’État citoyen », la politique à l’heure du numérique – La Tribune 

La Tribune propose une masterclass interactive sur la politique lors de la prochaine édition de Biznext, le 14 novembre au Casino-Théâtre Barrière à Toulouse. Elisa Lewis, co-auteure de Le Coup d’État citoyen, et Léonore de Roquefeuil, présidente de Voxe.org, partageront leur analyse et diront pourquoi la campagne pour les élections de 2017 ne ressemble à aucune autre. Interview d’Elisa Lewis.

 

#Inventons2017 : Le manifeste des jeunes pour la Présidentielle – Les Echos 

Marre de ne pas être entendu(e) ? Les Echos START avec Make.org, Sciences Po et Facebook vous donnent voix au chapitre pour la Présidentielle 2017. Une occasion inédite de faire du lobbying citoyen directement auprès des candidats. Explications.

20 propositions pour des conseils de quartier 2.0 – Valentin Chaput / Mediapart

Nous avons débuté notre collaboration au premier trimestre 2016 en organisant deux “meetups” pour rassembler une cinquantaine d’habitants des environs. Ces deux ateliers créatifs nous ont permis de définir nos attentes collectives — que les conseils de quartier ne remplissent pas à l’heure actuelle — puis nos idées sur les activités, les méthodes décisionnelles et les supports numériques qu’il faudrait développer pour donner plus d’attractivité et d’impact à ces rendez-vous citoyens. Nous les avons ensuite comparées au fonctionnement existant des conseils de quartier en assistant à plusieurs séances. Nous avons synthétisé ces travaux dans une liste de 20 propositions qui ambitionnent de dynamiser l’engagement démocratique local en attirant des participants plus divers aux réunions, en développant de nouveaux formats débouchant sur de véritables décisions co-construites avec les citoyens et de nouveaux outils numériques adaptés.

 

 

 

 


Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #8

6 mars 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Les liens CIvicTech de la semaine #8 - Civic tech

L’intelligence artificielle, chef d’orchestre de notre mémoire ? – L’Atelier

Fruit de la collaboration entre Civic Nation, une ONG américaine qui oeuvre dans le domaine de la « civic tech » et Huge, une agence de design, Up Next est un service d’envoi de messages textes pour aider les lycéens à se préparer à l’entrée à l’université. Up Next agit en effet comme un outil de rappel par le biais de notifications (rappel de la date d’envoi des candidatures pour une université ou encore de la date d’un forum étudiants par exemple). Ne cherchant pas à reproduire une figure autoritaire ou paternaliste, le service s’apparente plutôt à un assistant personnel virtuel.

Projet Arcadie, le Who’s Who parlementaire – Garçonne Magazine

  • Lorsque je travaillais en tant que collaboratrice, je devais rechercher beaucoup d’informations sur les parlementaires, et là, franchement, rien n’était simple : si tout existe à divers endroits, il fallait rechercher, vérifier, compiler et ça prenait non seulement un temps fou, mais c’était hyper pénible à tenir à jour. Une nouvelle commission, une nomination, un débat majeur et tout est à revoir !

  • Projet Arcadie est une base de données en ligne, accessible sur abonnement, où pour chaque sénateur ou député, tu vas non seulement retrouver les infos standards, mais surtout ce sur quoi il travaille, par exemple, dans quelles commissions, quels sujets ont sa faveur, quels sont ses mandats, sa profession … On dit également qui est dans son équipe.

#OpenDataDay – L’open data a désormais son forum – Etalab

Initialement lancé autour de la question des logiciels, ce forum a rapidement rassemblé une communauté de contributeurs venus de l’administration ou de la société civile : de nombreuses discussions se sont ouvertes sur le site autour de catégories telles que logiciel libre et secteur public, technologies ou encore ouverture des codes source… et ont pu se prolonger à l’occasion d’un premier atelier ouvert le 26 février 2016.

Paris veut embarquer ses élus et les agents de la Ville dans sa mutation participative – Le courrier des maires et des élus locaux

Equipée de nombreux outils de concertation et de co-construction de ses politiques locales, la Ville de Paris veut faire en sorte que ses élus et ses agents s’emparent de la démarche participative. La mairie vient de publier à cet effet un « Guide méthodologique de la participation à la Ville de Paris ».

Primaire à droite : guerre des contenus et réseaux sociaux ? – Laurent Dupin

Nul doute que cette élection 2017 sera donc encore plus buzzante et nourrie de nombreux nouveaux effectifs des jeunes partis, totalement à l’aise avec le fait et l’outil social media. Chaque candidat a vertu à se doter de son spin-doctor du web et du social media (j’y reviendrai dans une note spécifique). Mais cela ira aussi en frontal contre les prises de positions sociétales, comme celle récente sur le blocage de Twitter et Facebook. Ou même plus directement contre les propositions d’animation médiatique touchant la primaire, surtout quand elles émanent d’experts du sujet à droite comme Thierry Solère.

« Internet, un outil incontournable des mobilisations sociales et politiques » – La Croix

De même, pour la première fois, la réponse des politiques, en l’occurrence du gouvernement, est désincarnée. Ce n’est pas la ministre qui prend la parole sur Internet mais un objet : la loi elle-même qui, comme une personne physique, a son compte Twitter et répond à ses interlocuteurs. Incontestablement, on assiste à quelque chose d’inédit : pour la première fois, mobilisation et réponses gouvernementales sont numériques.


Ils font la Civic Tech

LaPrimaire.org : « Tout le monde ne peut pas devenir président mais le président peut venir de n’importe où »

27 février 2016 • By

L’association Democratech (qui a pour ambition de mettre la technologie au service de la démocratie) va ouvrir le mois prochain le site de primaires citoyennes LaPrimaire.org. Le projet ? Organiser une primaire ouverte sur Internet, organisée pour permettre aux Français de choisir les candidats qu’ils souhaitent voir se présenter à l’élection présidentielle de 2017.

Il y a fort à parier que Thibauld Favre et David Guez vont faire parler d’eux dans les semaines à venir : ils font la Civic Tech cette semaine.

Thibauld Fabre et David Guez - LaPrimaire.org

Vous proposez une primaire alternative pour 2017, ce quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’une primaire ouverte et démocratique dont la principale caractéristique est d’être organisée hors du contexte des partis politiques. C’est une primaire démocratique car tout le monde peut être candidat et ouverte car elle ne défend aucune idéologie ni aucun programme. C’est aux candidats d’amener leur vision, leur programme, leurs idées et les citoyens pourront interagir avec eux et, in fine, noter chacun des candidats.
L’objectif est de faire émerger un candidat et plus largement une équipe crédible qui puisse avoir toutes ses chances à la Présidentielle de 2017.
De part ses caractéristiques uniques, une telle primaire n’est organisable qu’en ligne, via une application web et mobile (découvrez une présentation en vidéo ci-après). En ce sens, LaPrimaire.org est fait totalement partie de cette catégorie de projets dits de « Civic Tech ».

 

 

Les partis politiques ne représentent donc plus le peuple ?

Ce qui est certain c’est qu’aujourd’hui l’observatoire de la confiance en politique montre que les partis sont l’organisation publique dont les français se défient le plus : 87% des français ne font pas confiance aux partis politiques, c’est énorme !
L’une des explications se trouve certainement dans la déconnexion des partis politiques avec le peuple : tous les adhérents de tous les partis politiques réunis représentent aujourd’hui largement moins de 1% des votants.

Tout le monde, ou n’importe qui, peut-il devenir président ? N’a-t-on pas besoin de compétences, d’une formation et de qualités exceptionnelles ?

Tout le monde ne peut pas devenir président mais le président peut venir de n’importe où. L’état du pays et de la société aujourd’hui, c’est le résultat de la gouvernance continue de « professionnels » de la politique censés avoir ces fameuses compétences et qualités exceptionnelles.
Le résultat est sans appel : ça ne marche pas ! A nous, citoyens, de sortir de ce modèle désormais obsolète et permettre l’émergence de nouveaux talents d’ou qu’ils viennent. C’est pour cela que nous avons créé LaPrimaire.org.

Concourir pour la présidence, cela demande beaucoup d’argent. Comment comptez-vous financer la campagne de votre poulain ?

LaPrimaire.org logo Par les citoyens ! L’essor d’internet, des réseaux sociaux et du crowdfunding permet aujourd’hui de mobiliser directement les citoyens pour défendre les projets auxquels ils croient. De plus, comparé à d’autres pays, la France bénéficie de lois de financement électorale assez strictes et de plafonds de dépenses « relativement » bas, ce qui fait qu’un candidat alternatif peut rapidement devenir compétitif. Le plus gros obstacle reste probablement l’accès et le temps de parole dans les médias de masse mais, si l’engouement derrière LaPrimaire.org continue, qui sait ce qui peut se passer. Tout est possible.

Un président, ce sont des idées, mais on n’échappe pas à l’importance capitale que représente sa personnalité dans le « déclencheur » du vote. Pensez-vous que les Français sont prêts à voter pour un hologramme ?

Tout à fait, quoiqu’on en dise, la personnalité du candidat joue un rôle important et c’est normal car, en tant que citoyen électeur on a besoin d’avoir la conviction que le candidat qu’on choisit sera capable de défendre et de mettre en place le programme et les idées qu’il défend. C’est pourquoi il est primordial que les candidats finalistes de LaPrimaire.org aillent à la rencontre des citoyens  et c’est pourquoi nous prévoyons un tour de France entre octobre et décembre 2016, pour organiser des rencontres et des débats avec les candidats dans toute la France.

Estimez-vous faire partie d’un mouvement, d’une communauté Civic Tech ? Quelles sont, selon vous, les perspectives de ce secteur en France et à l’international ?

Tout à fait, aujourd’hui de plus en plus d’entrepreneurs développent des outils de CivicTech, cette communauté est encore assez jeune en France donc on se connait quasiment tous. En revanche, même si le mouvement Civic Tech est encore jeune, nous pensons que le potentiel est énorme, notamment en France, ou une majorité de citoyen ont une conscience politique très forte, contrairement à beaucoup d’autres pays.

 

 

Retrouvez toute l’actualité des technologies civiques sur Facebook, Linkedin, Twitter ou par mail.

Liens de la semaine

Les liens Civic Tech de la semaine #6

21 février 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Les liens Civic Tech de la semaine #6

Une large majorité de Français pourraient voter pour un candidat non affilié à un parti – Challenges

Une large majorité de sondés 78% se disent prêts à voter à une élection présidentielle pour un candidat qui ne serait « ni issu ni soutenu par un parti politique », selon un sondage Elabe.

« Ma Voix », ce mouvement politique qui veut faire élire des anonymes à l’Assemblée – We Demain

Le mouvement entend donc mettre en place des outils modernes dans l’hémicycle : La formation à l’activité de député, par exemple, se fera grâce à des MOOC, des cours gratuits en ligne. Une école que Quitterie de Villepin définit comme « un simple cours d’éducation civique 3.0 » et dont elle précise les modules : « Qu’est-ce que l’Assemblée Nationale ? », « Quel est le rôle du député ? », « Quel est le chemin de la loi ? », « Quel sera le rôle de ce député ‘augmenté’ ? »

Le coup de gueule de France Digitale contre l’inculture digitale de certains députés – L’usine digitale

Le projet de loi République Numérique porté par Axelle Lemaire, notre Secrétaire d’Etat, auquel France Digitale a contribué, a été voté en première lecture à l’Assemblée Nationale. Son processus législatif fut novateur, il contient de réelles avancées (open data, neutralité du net…) mais nous restons insatisfaits de la façon dont ont été traités certains enjeux (portabilité des données, traitements automatisés des emails et « loyauté des plateformes »). Nous espérons que la navette avec le Sénat permettra de rendre ce projet de loi favorable à la fois au consommateur et à l’essor de l’économie numérique…

Connaissez-vous DigitaleBox, le concurrent français de NationBuilder ? – Numerama

  • Puisque Jean-Luc Mélenchon et Alain Juppé l’utilisent, la France découvre en ce moment NationBuilder. Mais des entreprises françaises n’ont pas attendu que l’Américain soit à la mode pour proposer leur propre solution de gestion de campagne politique numérique. En France, DigitaleBox propose aussi des solutions, plus abordables.
  • « Je me suis dit à l’époque qu’il fallait aller plus loin que ces outils déjà existants mais surtout, créer un outil qui soit adapté aux cadres européen et français  ». 
  • «  C’est quand même plus logique que l’argent public des campagnes électorales soit dépensé en France via des plateformes françaises plutôt qu’en Californie »
  •  « Dans tous les partis politiques, il y a une culture de la donnée qui existe depuis bien avant la révolution numérique. Pendant 40 ans, Charles Pasqua tenait des petites fiches et ces dernières valaient de l’or. Et elles valent de l’or, car toutes ces données, les politiques peuvent les convertir en voix. »

De la radicalité démocratique avant toute chose – Léa Damotte-Martinovic, Mathieu Guibard et Adrien Peschanski sur MediaPart

La bonne nouvelle est qu’il existe un espace politique à vocation majoritaire pour une véritable radicalité démocratique. Le succès du simple appel aux primaires lancé par des acteurs essentiellement hors du champ politique, l’émergence des «civic tech» et le maintien d’une vie associative extrêmement riche à laquelle participent plusieurs millions de nos concitoyens en sont des illustrations probantes.

La civic-tech renouvelle les outils pour mobiliser les citoyens – Point d’aencrage

L’enjeu de la civic-tech est là : sur de nombreux sujets, les citoyens doivent réussir à imposer un rapport de force aux institutions sans attendre une hypothétique consultation pour avaliser des décisions déjà ficelées. Le succès de Meu Rio au Brésil en témoigne : soixante politiques publiques locales ont été modifiées sous l’influence de ce « lobby citoyen » qui inonde les messageries des élus pour faire entendre les voix des 250 000 inscrits sur la plateforme de mobilisation nossascidades.org. Grâce à l’ouverture de son code, qui rend donc l’outil facilement réplicable, le mouvement se répand dans des dizaines de villes d’Amérique du Sud.

Pourquoi 2016 est l’année de l’engagement citoyen et du local ? – Fluicity sur Medium

Comme on l’a vu ensemble juste avant, les possibilités ouvertes par les nouvelles technologies permettent aux citoyens de s’émanciper des moyens de participation plus traditionnels et officiels, et peuvent créer des liens, des moyens de communiquer leur avis plus facilement aux décideurs politiques. La teneur et les frontières de la notion de “démocratie électronique” sont donc repensées, et s’élargissent pour comprendre toute la multiplicité et la complexité des formes de prises de parole en ligne. Une prise de parole que la civictech souhaite guider et aider à se développer.

 


Ils font la Civic Tech

Programmes politiques : « peu importe la carrosserie, ce qui compte est sous le capot ! » – Voxe.org

16 février 2016 • By

Voxe par le biais de Sébastien Leroux, son « project leader », inaugure une nouvelle catégorie de ce blog : Ils font la Civic Tech. L’objet de cette rubrique est de vous faire découvrir les acteurs des Civic Tech, leur ambition et leur vision à travers une courte interview.

L'équipe de Voxe à la remise des prix du Google Impact Challenge en 2015

L’équipe de Voxe à la remise des prix du Google Impact Challenge en 2015

Quel constat vous a poussé à développer un service de comparateur de programmes politiques ?

Voxe c’est l’histoire de 4 amis qui sont partis d’un constat simple : aucun outil ne permettait alors d’avoir un accès rapide et neutre aux propositions concrètes des candidats aux élections, maintenant c’est chose faite !

Comment intégrez vous les programmes des différents candidats pour les comparer ? Peut-on comparer des programmes politiques comme on compare les caractéristiques techniques d’une voiture ?

Nous utilisons les programmes officiels des candidats et c’est uniquement sur cette base que les comparaisons sont effectuées. Grâce à notre plateforme, les propositions sont au coeur. Les citoyens peuvent comparer les propositions des candidats sur des thèmes précis car il est souvent difficile de dissocier la forme du fond. Pour reprendre votre comparaison, peu importe la carrosserie, ce qui compte c’est ce qu’il y a sous le capot !

Réalisez-vous un travail éditorial qui permet de faire les comparaisons : simplifiez-vous les programmes ? Apportez vous des données supplémentaires pour éclairer les propositions ?

Nous tenons absolument à garder notre neutralité donc nous effectuons simplement un copié-collé des programmes. Cependant, afin de donner aux citoyens toutes les armes, nous donnons des explications autour des propositions. Ces explications factuelles permettent de mieux comprendre le contexte autour des propositions.

Quelles sont les prochaines améliorations qui seront apportées à Voxe ? Quelle est votre ambition à l’horizon 2017, et après ?

Bientôt le site de Voxe sera refait à neuf, notre but est de faciliter au maximum « l’onboarding citoyen » qui reste malheureusement trop compliqué. Nous savons que nous serrons attendus au tournant en 2017 alors nous allons agrandir l’équipe ! De plus, nous développons également une application qui a pour but d’augmenter l’impact citoyen au quotidien !

Estimez-vous faire partie d’un mouvement, d’une communauté Civic Tech ? Quelles sont, selon vous, les perspectives de ce secteur en France et à l’international ?

Les gens deviennent fans de produits qui collent à leurs besoins et à leur univers esthétique. Les gens peuvent devenir fan de leurs institutions pour les mêmes raisons. (3)

Nous sommes très optimistes sur la montée en puissance de la communauté Civic Tech en France comme à l’international. L’émergence de nombreux acteurs et de nombreuses initiatives nous démontrent chaque jour un petit peu plus la nécessité de refondre la relation entre les gouvernés et les gouvernants.

 

Retrouvez la fiche de Voxe dans la Civic-Thèque

 

A venir pour Voxe

  • De nouveaux types d’évènements politiques avec par exemple « Politiques anonymes » (des politiques anonymisés qui débattent du fond avec des citoyens) ou l’organisation de débats dans des lycées (autour des thèmes de la citoyenneté et la politique en 2016) …
  • Une expansion à l’international qui se poursuit avec la couverture d’élections aux Etats-Unis, au Bénin, au Pérou et en Equateur.

 


Liens de la semaine

Les liens de la semaine #5

14 février 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Liens Civic Tech de la semaine #5

L’administration change avec le numérique – modernisation.gouv.fr

A l’instar du mouvement Civic Tech aux Etats-Unis émerge en France un écosystème de startups et d’associations animées par des objectifs sociaux. On peut citer des acteurs historiques, comme Regards citoyens ou Open Knowledge France, mais aussi MakeSense, une communauté au service des entrepreneurs sociaux, Voxe.org, un outil de comparaison de programmes électoraux, ou encore le projet Bénévole at home, lauréat du concours Dataconnexions 6. Ce service de cartographie permet de géolocaliser des « anges-gardiens », citoyens solidaires qui proposent leur aide près de chez eux, et les met en relation avec des personnes dans le besoin.

Un trou noir a absorbé le gouvernement – Antoine Brachet sur le Huffington Post

Curieux de tout, comme beaucoup d’autres citoyens, il est rare qu’un événement important se produise sans que je n’en sois alerté, en quasi temps réel, par le truchement de ceux à qui j’ai accordé ma confiance sur Twitter ou Facebook, et dont je peux donc suivre le fil d’actualité.

Quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre avec plusieurs heures de retard qu’un remaniement ministériel a eu lieu récemment.
Un remaniement, du point de vue politique, est généralement considéré comme une arme de communication puissante auprès des citoyens.
Les choix de personnel politique réalisés à cette occasion permettent la mise en perspective de la vision du gouvernement pour les mois à venir.

Etat d’urgence : demandez à votre député pourquoi il n’a pas voté lundi – Liberation

Problème de calendrier, à la maison avec leur enfant malade, retenus à la buvette… Où étaient les 433 absents (qui pourront se rattraper, mercredi soir, lors du vote solennel sur l’ensemble du texte) ? Puisque nous les avons listés ci-dessous, n’hésitez pas à leur demander directement via Twitter.

Gouvernance, le talon d’Achille de la blockchain – Octo

Le sujet de la Blockchain est hype. Pas un jour où l’on n’entende parler de la Blockchain comme la nouvelle révolution numérique, l’avenir du Web ou l’Uberisation d’Uber. Derrière le buzz se cache l’idéal d’une société à la gouvernance complètement distribuée. En se basant massivement sur la technologie, la Blockchain donnerait le pouvoir et le contrôle au peuple au lieu de le concentrer dans les mains des grands acteurs, états ou multinationales. Mais une gouvernance distribuée est-elle vraiment souhaitable ? Et d’ailleurs, fonctionnerait-elle vraiment ? La dernière crise du Bitcoin semble montrer l’inverse.


Réflexions

Les médias PutaClic créent une place pour les médias Civic Tech

14 février 2016 • By

Doit-on opposer les médias « PutaClic » (qui cherchent les coups médiatiques pour générer de l’audience et vendre de la publicité) aux médias Civic Tech (qui souhaitent informer les citoyens et leur donner les clefs permettant de se forger un avis) ? 

Putaclic VS CivicTech

Cette question s’est à nouveau posée cette semaine au sujet de l’adoption de l’article 1 de la révision constitutionnelle sur l’état d’urgence.

Des médias « classiques » qui ont besoin de faire de l’audience avec des sujets #PutaClic ?

Au lendemain de l’adoption de l’article 1 de la révision constitutionnelle sur l’état d’urgence, le Petit Journal fait un sujet dénonçant (façon divertissement, sans la moindre explication sur le fonctionnement du travail législatif) une mesure adoptée en l’absence de 438 députés (sur 577). Le sujet n’informe pas le public, renforce la défiance envers les députés mais fait le buzz, et c’était le but.

 

Françaises, Français, en vert les circonscriptions représentées hier à l’Assemblée nationale lors du vote. 438 députés absents sur 577. Voilà.➡ http://bit.ly/1V1B7iu

Posté par Le Petit Journal sur mardi 9 février 2016

 

Le même jour, Libération se fait plaisir et publie : Absentéisme – Etat d’urgence : demandez à votre député pourquoi il n’a pas voté lundi. L’idée ? Inciter les français à interpeller leurs élus sur Twitter pour leur demander où ils étaient lundi… Mais surtout en générant du trafic vers le site de Libération et vers son compte Twitter. De la bonne grosse ficelle bien #PutaClic.

 

 

Et en face, de « nouveaux médias » Civic Tech ?

Le même jour, Jean Massiet met en ligne son podcast La Vie Publique. Au menu : Absentéisme, nos députés sont-ils VRAIMENT des branleurs ?

 

Cette vidéo fait le boulot d’explication du travail législatif et de la vie de l’assemblée (que d’autres médias ne font pas car l’information publique passe après la course au clic ?). On comprend très clairement pourquoi il y a tant de députés absents le lundi. Pour autant, le podcasteur n’est pas là pour défendre les élus et avance que la crise de confiance envers les députés (mais pas que) est en fait liée au cumul des mandats et que ces derniers doivent y renoncer.

Les médias peuvent-ils faire partie de la Civic Tech ?

Parmi les définitions de la Civic Tech, on retrouve par exemple celle du journaliste Alex Howard : « tout outil ou processus que les individus ou les groupes peuvent utiliser pour influer sur la scène publique ». 

Les médias comme La Vie Publique à l’instar du journal de débat Le Drenche (qui sonde l’avis des internautes sur un sujet avant et après avoir diffusé des éléments d’informations factuels et non partisans) ont à mon sens toute leur place dans ce nouvel écosystème Civic Tech.

L’information qui permet d’éclairer les décisions des citoyens est tout aussi importante que les plateformes qui permettent de faire remonter son opinion ou de co-créer les politiques publiques.

 

Retrouvez toute l’actualité des technologies civiques sur Facebook, Linkedin, Twitter ou par mail.


Vu sur le web

Les 11 clefs pour réussir dans les Civic Tech

8 février 2016 • By

Ceci est une traduction d’un post de Ben Berkowitz, CEO de SeeClickFix, publié sur Medium : The 11 Product Decisions That Helped SeeClickFix and Its Government Partners Succeed.

11 clefs pour réussir un projet Civic Tech

On m’interroge fréquemment sur les éléments clefs qui ont fait de SeeClickFix une plateforme qui a réussi à engager des citoyens et des représentants institutionnels, là où d’autres ont échoué.

Ces onze principes clefs ont mené à un service qui  s’est développé rapidement et a résolu de manière constructive des problèmes tout en donnant une bonne image des responsables publics. Nous croyons que ces principes peuvent être appliqués à d’autres initiatives Civic Tech et mis au profit d’une gouvernance représentative.

Ce qui suit est une liste de points clefs qui a été utilisée avec SeeClickFix au cours des 8 dernières années. Cette liste ne vise pas l’exhaustivité, elle évolue à mesure que nous apprenons.

1 – La transparence

SeeClickFix a été lancé parce que nous pensions que gérer la relation au citoyen (…) avec des appels téléphoniques ou des emails paralysait la participation, que ce mode de communication est opaque et renforce la méfiance envers l’administration.

Les échanges entre les citoyens et les pouvoirs publics devraient être visibles de tous. Rendre ces échanges publics est très différent de ce qui est fait avec l’open data, puisque ces données sont mises en ligne uniquement après un contrôle de l’administration.
La transparence en temps réel maximise la performance globale pour l’administration en lui évitant d’apporter des réponses identiques à répétition et d’effectuer un travail inutile. Les boucles de rétroaction ont donc un impact plus fort lorsqu’elles sont rendues publiques.

2 – Des boucles de rétroaction à chaque étape

Lorsque vous signalez un problème sur SeeClickFix, vous recevez immédiatement un email vous indiquant que votre signalement a été créé. Dans cet email, vous êtes informés sur le destinataire de cette information ainsi que le nombre de personnes ayant signalé un problème similaire.
Lorsque vous vérifiez votre ticket, vous pouvez voir combien de fois votre signalement a été vu, toutes les réponses apportées et le nombre de personnes qui suivent ce sujet. Quand le statut change sur la question (Ouvert>Pris en compte>Fermé) ou qu’un commentaire est ajouté, vous recevez une mise à jour. Avec des boucles de rétroaction, rien ne se perd : chacun peut constater la réactivité des pouvoirs publics et le bouche à oreille se propage en encourageant à communiquer de manière constructive.
Twitter, Medium, Facebook et tous les autres services en ligne/réseaux sociaux à succès valorisent les contenus les plus visibles (likes, follows, reads, shares) pour générer plus d’engagement. Les outils de gestion de la relation administration/citoyen ne peuvent fonctionner différemment et doivent créer des boucles de rétroaction à chaque étape.

3- L’expérience du citoyen doit rivaliser avec l’expérience utilisateur des meilleures applications

Les gens deviennent fans de produits qui collent à leurs besoins et à leur univers esthétique. Les gens peuvent devenir fan de leurs institutions pour les mêmes raisons. (2)

Il n’y a aucune raison pour que l’engagement numérique avec votre institution ne soit pas à l’image du lien que vous avez créé en ligne avec vos amis et votre famille. L’expérience doit être bien conçue, ce qui signifie que votre service écoute et répond aux besoins du marché. L’expérience doit également être belle. La relation numérique entre le citoyen et les institutions ne devrait pas donner l’impression d’une sous-relation digitale de la fin des années 1990.

Les gens deviennent fans de produits qui collent à leurs besoins et peuvent devenir fans de leurs institutions pour les mêmes raisons.

4- L’expérience pour les institutions doit être aussi bonne que celle des citoyens

Si vous faites partie de l’administration locale et que vous souhaitez générer de l’engagement de la part des citoyens, vous devez le faire de façon à ce que cela bénéficie également au reste de l’administration. Valoriser ceux qui participent aux échanges et à la résolution des problèmes peut se faire de différentes manières. SeeClickFix propose un bouton « merci » pour que les utilisateurs puissent remercier ceux qui ont réglé leur problème. Plus le volume de partage augmente et plus le service doit être simple et pratique. Un mobilisation citoyenne plus importante n’est pas forcément synonyme de plus de travail.

5- Les citoyens et les institutionnels sont des utilisateurs d’un écosystème numérique qui ne se limite pas à celui d’une administration 

Les citoyens et les fonctionnaires vivent et travaillent dans plusieurs collectivités qui sont régies par plusieurs organismes publics. Un service gérant la relation au citoyen doit donner aux autorités publiques et aux citoyens des occasions d’échanger au-delà des frontières physiques. Les utilisateurs de SeeClickFix peuvent signaler un problème dans leur arrondissement, leur ville, une ville voisine et même de petites entités dans les villes comme les universités et les organismes de logement. Etonnement, beaucoup de solutions ne proposent aujourd’hui qu’un traitement à l’échelle régionale.

6- L’anonymat

Partout où la conversation civique est possible, les citoyens et les employés publics devraient avoir la possibilité d’échanger de façon anonyme. Des études ont montré que les communautés « désengagées » sont plus susceptibles de participer si elles peuvent le faire de manière anonyme. Mettez en place les conditions qui favorisent une communication respectueuse et vous n’aurez plus à vous préoccuper des trolls. SeeClickFix est l’une des plus grandes plateformes numériques à faire participer des responsables institutionnels, et pourtant les trolls représentent une part infime de la participation, isolée et facile à contrôler. L’anonymat est un bébé rapidement jeté avec l’eau du bain sur le web. C’est un must pour la civic tech.

7- Les utilisateurs doivent être mis sur ​​un pied d’égalité

S’il y a une réelle volonté d’intégrer les citoyens dans les processus de décisions, ils doivent avoir leur mot à dire. Cela signifie que vous devez proposer une API afin que d’autres outils puissent se connecter à votre service. Il est également important que les citoyens soient mis sur un pied d’égalité avec l’administration. Si une demande n’est pas résolue, le citoyen doit avoir la possibilité de reposer son problème comme l’institution doit pouvoir fermer cette demande. C’est comme ça que la confiance se construit de part et d’autre.

8- Les fonctionnalités de votre service doivent permettre aux citoyens d’être plus utiles que ce qui était possible auparavant

Avec SeeClickFix, nous avons permis à quiconque de recevoir des alertes, prendre ses initiatives et aider, même quand les utilisateurs ne sont pas responsables ou en cause.
C’est comme ça que des utilisateurs ont aidé leurs voisins pendant des tempêtes de neige, nettoyé des parcs, contribué à diffuser de l’information et offrir des suggestions pour améliorer la circulation et la qualité de vie en général.
Si votre stratégie d’engagement fonctionne bien, les citoyens auront le sentiment qu’ils sont utiles et les agents de la fonction publique auront le sentiment qu’ils sont aidés.

9- Être exportable

Une mairie obtient de meilleurs résultats et un plus fort engagement lorsque ses réunions ont lieu à l’extérieur de l’hôtel de ville. Votre projet civic tech devrait adopter la même approche. SeeClickFix a réalisé une croissance rapide grâce à un widget qui peut être intégré sur les sites d’info locales, les blogs ou encore les sites municipaux.

10- Procéder par itération

Chez SeeClickFix, nous profitons constamment de notre capacité à pousser en continu nos mises à jour auprès de nos partenaires officiels et nos utilisateurs citoyens. Nous avons construit des applications mobiles dynamiques où les demandes de service et autres personnalisations locales peuvent être mises à jour sans avoir à tout soumettre de nouveau aux appstores. Le temps des logiciels  installés sur site est révolu. Le service de votre institution, comme les institutions elles mêmes, ont la capacité de répondre de manière récurrente aux besoins de la communauté.

11- Protection des données

Une ville nous a demandé hier de détruire les données publiées il y 3 ans sur SeeClickFix. Nous ne le ferons pas . Le procureur de la ville estime que les données créent plus de tort pour la ville que de valeur au fil du temps. Bien que nous comprenions l’objectif (de l’avocat de la ville), nous sommes en désaccord.
Nous croyons que l’historique des échanges a de la valeur pour les villes et les citoyens qui y résident. Les villes doivent être en mesure d’apprendre de leur passé. Nous allons continuer à travailler dans ce sens même si cela signifie que nous allons perdre un partenaire potentiel.

 

N’étant pas traducteur, veuillez m’excuser si certaines traductions de phrases manquent de précision, certaines tournures pas ne sont pas idéales ou si certains courts passages ont été supprimés pour une meilleure compréhension.

 

Retrouvez toute l’actualité des technologies civiques sur Facebook, Linkedin, Twitter ou par mail.