67 Search Results for

civictech

Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #16

8 mai 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Liens CivicTech de la semaine #16 Civic Tech

 

« La révolution sera numérique » : le manifeste de John Doe, le lanceur d’alerte des « Panama papers » – Le Monde

Au sein de l’Union européenne, le registre du commerce de chaque Etat-membre devrait être librement accessible et comporter des données détaillées sur les bénéficiaires économiques finaux des sociétés. Le Royaume-Uni peut être fier de ses initiatives, mais a encore un rôle crucial à jouer en mettant fin au secret financier sur ses territoires insulaires [comme les îles Vierges britanniques, Jersey ou Guernesey], qui sont incontestablement la pierre angulaire de la corruption institutionnelle à travers le monde. Les Etats-Unis ne peuvent plus faire confiance à leurs 50 Etats pour prendre des décisions éclairées sur les données de leurs entreprises. Il est plus que temps pour le Congrès d’entrer en jeu et d’imposer la transparence en fixant des standards pour la divulgation et l’accès public à ces informations.

C’est une chose de louer les vertus de la transparence gouvernementale lors de sommets et dans les médias, mais c’en est une autre de la mettre en œuvre effectivement. C’est un secret de polichinelle qu’aux Etats-Unis, les élus passent la majorité de leur temps à lever des fonds. Le problème de l’évasion fiscale ne pourra être réglé tant que les officiels élus dépendront de l’argent des élites qui ont le plus de raisons de vouloir échapper à l’impôt. Ces pratiques politiques iniques sont arrivées à la fin d’un cycle et elles sont irréconciliables. La réforme du système déficient des financements de campagnes électorales américaines ne peut plus attendre.

Les outils du collaboratif peuvent-il changer la politique ? – 20 minutes

Car pour ces membres de la civic tech, pas question de se couper des politiques. «Tout le monde dit que le système est pourri. Mais à l’intérieur du système, beaucoup d’élus font le même constat et essayent de faire évoluer les choses», confie le fondateur de Démocratie Ouverte, Armel le Coz. Le trentenaire dit notamment vouloir fournir des «solutions aux élus».

Parmi les projets nés sur Démocratie Ouverte, le site «Parlement et Citoyens» offre à tout un chacun de co-construire une loi. 10 000 personnes ont ainsi participé à la proposition de loi sur la bio diversité. Les inscrits étaient invités à donner leurs avis sur chaque article et à apporter des sources ou des précisions supplémentaires.

 

Civic Tech : et si l’innovation vous rendait le pouvoir ? – Contrepoints

La Civic Tech regroupe l’ensemble des technologies et innovations au service de la participation citoyenne et de la démocratie ouverte. Une technologie civique dont la finalité serait de renforcer le lien démocratique entre citoyens et gouvernements, afin de permettre, tantôt d’accroître le pouvoir des citoyens sur la vie politique, tantôt de rendre un gouvernement plus accessible et plus efficient. Là encore, il convient de distinguer d’une part les initiatives gouvernementales, le plus souvent axées sur l’ouverture du gouvernement, des initiatives citoyennes, concentrées autour de la participation et de l’inclusion.

 

Voie collaborative vs démocratie représentative – L’Hémicycle

Regroupées sous le vocable encore flou de civic tech, ces initiatives citoyennes, qui incluent plates-formes participatives, crowdfunding ou encore applications mobiles, ne s’inscrivent donc pas uniquement dans une optique contestataire. Tout comme le pendant numérique du mouvement Nuit debout, elles traduisent une même reven­dication : la transformation du système pour plus d’impli­cation des citoyens dans le fonction­nement démocratique, notamment par une plus grande collaboration entre le législateur et la société civil.

L’État ne reste pas sourd à ces demandes d’ouverture citoyenne. En témoigne la mission Étalab. Fondée en 2011 et placée sous l’autorité du Premier ministre, elle administre le portail data.gouv.fr destiné à rassembler et à mettre à disposition librement l’ensemble des informations publiques de l’État, de ses établissements publics et, si elles le souhaitent, des collectivités territoriales. En outre, la France préside, depuis le 20 avril, le Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO), auquel elle a adhéré en avril 2014. Cette organisation, créée en 2011, regroupe 65 pays autour des enjeux de transparence de l’action publique et de participation de la société civile aux décisions. Le gouvernement a d’ailleurs présenté, en juillet dernier, un plan d’action numérique pour l’ouverture des données publiques aux citoyens et plus d’interaction dans la création des textes de lois. Une volonté traduite dans les faits par l’organisation, à l’automne dernier, d’une grande consultation sur le projet de loi pour une République numérique. Quelque 8 500 contributions d’internautes et près de 15 000 votes ont été enregistrés sur la plate-forme republique-numerique.fr dédiée à l’opération.

Une démarche ambitieuse sur la forme mais un fiasco sur le fond pour Benjamin Sonntag : « Les propositions des citoyens n’ont pas été retenues. Ça a viré au simulacre de démocratie direct, piloté par les défenseurs à tous crins du copyright ». Et le cofondateur de La Quadrature du Net de constater : « Beaucoup d’administrations restent encore frileuses. Les projets de coconstruction et de collaboration entre citoyens et administrations sont des processus longs à mettre en place. »« Mais, conclut-il , si ce genre de consultations n’est pas suivie d’effets, il faudra s’attendre à un retour de bâton de la part de la société civile ».

 

Gilles Babinet : « les politiques ont une façon dépassée de fabriquer le consensus » – La revue politique et parlementaire

  • Le problème est que le pays est resté très technocratique avec des débats qui sont par nature politiques et mal administrés. La classe politique actuelle ne connaît pas ou mal les enjeux du numérique et de la révolution en cours. Nos responsables politiques sont simplement restés au XXème siècle. Il faudrait qu’ils passent la main à la génération suivante ; je rappelle que nous avons l’une des plus vieille classe politique d’Europe. J’ai parfois l’impression de perdre mon temps avec eux lorsqu’au bout d’un tiers de l’entretien j’en suis encore à l’explication de texte. Je sais alors qu’il ne sortira pas grand chose de la discussion. Le dialogue avec les responsables d’autres pays européens, comme l’Estonie, la Slovénie,  les pays du Nord, ou le Royaume-Uni, sont d’un autre niveau. On passe directement aux sujets sérieux : comment donner plus de pouvoir aux citoyens ? Comment établir un cloud ouvert qui permette de conserver sa souveraineté ? etc.

  • Il faut aplanir le monde et placer le citoyen au cœur de l’Etat. Je suis pour la fabrication du consensus par le numérique, la co-construction, la collaboration. Les mouvements citoyens ont pris de l’importance, surtout dans les pays de l’Est et scandinaves, moins en France. Quoi qu’il en soit, la question d’une nouvelle gouvernance est un vrai débat.  La seule note positive vient du travail qu’a fait Axelle Lemaire : lors la concertation pour sa Loi, près de 20,000 citoyens ont participé. Le résultat est remarquable. Peu ou pas de critiques de la société civile qui s’est rangé derrière cette loi. Les seules idioties ont été réintroduites plus tard, par des parlementaires. C’est emblématique de ce qui marche et de ce qui ne marche pas.

 

Loi numérique : satisfecit réservé du Conseil national du numérique – Numerama

Établissant un « bilan mitigé » des discussions, le CNNum « s’inquiète d’un certain nombre de reculs, tant par rapport au projet de loi initial qu’au texte adopté par l’Assemblée nationale ».

« C’est le cas par exemple en matière de fouille de texte et de données (text and data mining, TDM), de portabilité, de protection des données personnelles ou encore s’agissant de la possibilité, introduite à l’Assemblée, pour des associations d’agir en justice pour défendre le domaine public », regrette l’institution. Le Conseil avait porté le texte à bout de bras depuis sa genèse, avec l’organisation d’une consultation publique inédite qui est certainement pour beaucoup dans la qualité globale des débats, remarquée par tous les bancs.

Mi-institution publique mi-lobby, le CNNum prévient que quel que soit le résultat de la CMP, il « continuera à porter ces débats au niveau européen en prévision des réformes à venir ».

 

Découvrir la #CivicTech et son impact sur les investissements IT – eMedia

Ce type de dépenses IT devraient damer le pion à celles des investissements IT traditionnels, entre 2013 et 2018, avec une croissance 14 fois plus rapide. Plateformes open data et Cloud, services mobiles, solutions de mobilité pour les fonctionnaires sont les principaux postes.

Le mouvement est aussi un booster pour la transformation digitale des gouvernements, un biais technologique pour limiter les coûts en améliorant leurs process.  Mais organiser le partage d’informations entre les différents départements et agences, de même que les services numériques aux administrés et l’expression citoyenne constituent également des challenges. Parce qu’à l’heure du digital, les attentes des citoyens sont élevées en matière de service public : accès 24h/24, par smartphone, tablette ou ordinateur, possibilité  de s’exprimer via des réseaux sociaux, des forums en ligne, mesurer l’efficacité des actions des institutions grâce à l’ouverture des données.

 

Généralisation de l’open data dans les marchés publics à horizon 2018 – Marchés publics PME

Supporté notamment par l’association Open Data France regroupant des collectivités, le mouvement en faveur de l’ouverture des données publiques se voit appuyé par le décret du 27 mars 2016 portant sur les marchés publics. En effet, l’article 107 du décret se veut structurant en ce qu’il exige des acheteurs publics qu’ils garantissent « un accès libre, direct et complet aux données essentielles ». Seules les informations « dont la divulgation serait contraire à l’ordre public » se trouvent exclues du périmètre de cet article.

 

« Sans investissement civique et politique, le repli et le rejet triompheront » – Raphaël Glucksmann revient dans Libération sur l’évolution de la relation au politique, notamment la question de l’horizontalité.

Il n’y a plus de parole a priori légitime. L’horizontalité entraîne à la fois une explosion positive de la prise de parole et le retour d’idéologies que l’on pensait bannies à tout jamais, mais qui étaient juste censurées. Il faut donc mener le combat là où les gens s’informent le plus : sur les réseaux sociaux, les blogs, les places. En septembre, face à l’afflux des réfugiés, en arguant de l’état de l’opinion pour ne pas ouvrir notre pays aux boat people du XXIe siècle, le gouvernement français l’a confirmé : le repli et le rejet de l’autre ont réellement progressé dans notre société. Or, ce n’est pas seulement la responsabilité des politiques, mais aussi celle des intellectuels, des organisations qui fondent la société civile d’essayer de comprendre où on a échoué et de repartir au combat.

 

Comment les politiques espèrent dépoussiérer les meetings de campagne – 20 minutes

Distancé dans les sondages, François Fillon jouait gros mardi soir. Le candidat à la primaire de la droite et du centre tenait un meeting à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Un meeting participatif et connecté « d’un genre nouveau », affirme son entourage. Comme lui, Bruno Le Maire ou Emmanuel Macron ont voulu dépoussiérer ce rite de campagne. Avec des méthodes parfois utilisées dans le passé.

 

Législatives partielles: des affiches-miroir à Strasbourg – BFMTV

Affiches Ma Voix législatives

Afin de « faire de la politique autrement », le collectif alsacien « Ma Voix », qui a tiré au sort son candidat pour les législatives partielles, a collé des affiches-miroir dans Strasbourg.

 


Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #15

1 mai 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Les liens Civic Tech de la semaine 15 #CivicTech - CivicTech

 

Hackathon Open Democracy Now! #3 – Inscriptions sur EventBrite

Open Gov, Open Source et Open Data… Comment le numérique peut apporter des réponses pratiques à la démocratie ?

Troisième étape d’un cycle initié en janvier, un nouvel hackathon Open Democracy Now! est organisé avec l’ensemble des partenaires ayant contribué aux précédentes rencontres, ainsi que toutes les équipes porteuses de projets ouverts (Open Source et/ou Open Data) à portée démocratique. 

Rendez-vous les vendredi 10 et samedi 11 juin dans les locaux de la Fondation Mozilla ! 

Ce rendez-vous s’inscrit dans le programme officiel du festival Futur en Seine, qui accueillera les restitutions des ateliers le samedi 11 juin à 19h dans l’auditorium de la Gaité lyrique. 

 

Ouverture du site de la Grande école du numérique :

Le magazine Society publie un numéro dédié au renouveau démocratique 

 

Comment s’y retrouver dans la guerre des primaires citoyennes ? – Conso Collaborative

Pas moins de trois plateformes citoyennes appellent à contester le monopole des partis sur le choix des candidats. Leur but : faire élire un représentant issu de la société civile. Mais pas facile de travailler ensemble pour tous ces mouvements. Décryptage.

 

Personal Democracy Forum FRANCE 2016 – Evénement Facebook

2016, l’année des Primaires : vous êtes plutôt #MadamPresident, #FeeltheBern, Alain Juppé ou Democratech ?

> De Madrid à Strasbourg : #Podemos, #NuitDebout, #Mavoix
> Open gov Speed-dating X 27e Région : 50 conversations pour refaire la Démocratie

> Le Call for Pitches pour la #CivicTech est toujours ouvert ici : https://aimeaile1.typeform.com/to/vMqOOc

Personal Democracy Forum FRANCE 2016

 

Militantisme : les partis sont à l’agonie (à peine 1 % des Français de plus de 18 ans ont leur carte dans un parti) – Le Parisien

Exit les partis de masse, la grande époque où le RPR et le PCF revendiquaient 500 000 à un million d’adhérents. Aujourd’hui, c’est l’heure des basses eaux. Entre le PS ( 135 833 militants, mais 86 171 vraiment à jour de cotisation au 1er janvier), les Républicains (238 208 à jour au 1er janvier), le FN (84 000, mais 57 000 à jour au 1 er avril), le PCF (70 000 à jour environ), le MoDem (14 000), le Parti de gauche (8 000), les Verts (4 000 à 5 000 en 2015), à peine 1 % des Français de plus de 18 ans ont leur carte dans un parti.

 

Selon vous, quels outils numériques la France devrait-elle développer en priorité ? – Portait de la France numérique par Renaissance numérique

Selon vous, quels outils numériques la France devrait-elle développer en priorité ?
  • L’action publique doit en priorité, selon les sondés, développer la transparence des budgets administratifs et les services d’administration en ligne.

  • La priorité va au développement de la e-administration. Le développement d’outils de participation politique sur Internet sont moins attendus par les citoyens, de même que l’ouverture des données publiques.

  • Pour les jeunes (15-34 ans), la mise en place du vote par Internet est considérablement moins attendue que le développement des outils de participation citoyenne.

  • Pour les jeunes, le développement des démarches administratives en ligne est nettement plus important que la transparence des budgets administratifs (+ 7 points).

 

Turin met en œuvre les propositions innovantes de ses employés – La gazette des communes

Exploiter les idées de ses 10 500 employés, c’est le défi dans lequel s’est lancé la ville de Turin, en 2013. L’initiative a été récompensée lors du Place Marketing Forum qui se tenait à Aix-en-Provence, les 9 et 10 mars 2016. Deux ans auparavant, Turin participe à un projet européen dans le cadre du programme « Villes et communautés intelligentes ». Il mobilise tous ceux qui se sentent concernés pour élaborer des propositions améliorant les solutions de mobilité ou d’efficacité énergétique. « Il nous a paru évident à cette occasion que la ville était la mieux placée pour mener la réflexion et réfléchir à des approches plus intelligentes de ses compétences, explique Fabrizio Barbero, cofondateur du projet Innova.to.

 

Les décisions de justice seront publiées en open data – Numerama

Si le projet de loi est adopté en l’état, le code de la justice administrative sera ainsi modifié pour préciser que les jugements définitifs des tribunaux administratifs et des cours administratives d’appel sont « mis à la disposition du public à titre gratuit dans le respect de la vie privée des personnes concernées ».

De même pour l’ordre judiciaire (pénal et civil), le texte adopté prévoit que « les décisions devenues définitives rendues par les juridictions judiciaires, sont mises à la disposition du public dans le respect de la vie privée des personnes concernées ».

L’open data s’invite dans la justice.

 

Présidentielle 2017: Henry de Lesquen rassemble 60.000 signatures contre sa candidature – 20 Minutes

Henry de Lesquen, ex-conseiller municipal de Versailles (Yvelines) d’extrême droite et patron de la radio Courtoisie, est candidat à la présidentielle 2017. S’il est inconnu du grand public, cet ancien élève de l’ENA a réussi à obtenir ce mardi matin 60.000 signatures contre sa candidature sur le site de pétitions change.org. Cette pétition, lancée il y a trois semaines, s’élève contre cette candidature « raciste et esclavagiste ».

Car si dans son programme présidentiel d’inspiration « nationale-libérale », figurent la « suppression du Smic », la fin du Code du travail (qu’il faudrait « brûler ») ou « la large utilisation de la peine de mort », c’est l’esclavage et la traite des Noirs qui obnubilent cet homme.

 

D’après un sondage, les pétitions en ligne supplantent en France les blogs militants et les concertations sur le Web – Libération

La pétition y apparaît comme l’outil de participation en ligne le plus largement utilisé (37 %), loin devant le partage d’articles militants sur les réseaux sociaux (16 % de l’ensemble des sondés, mais 18 % de ceux appartenant aux catégories socioprofessionnelles favorisées) ou la contribution à un blog ou un site internet «pour dénoncer ou influencer des politiques» (9 %).

 

BénévoleAtHome : Uberiser la solidarité ? La technologie au service des plus démunis – PositivR

A l’ère de “l’ubérisation” et face à la montée de la précarité en France, l’association BénévoleAtHome a décidé de mettre les nouvelles technologies au service de la solidarité.

En décembre 2015, l’équipe de BénévoleAtHome lance une application web/mobile permettant via une cartographie, la mise en relation de bénévoles solidaires avec des personnes démunies ou fragilisées (femmes seules avec enfants, étudiants, retraités ayant une faible pension…) ou des associations humanitaires et services sociaux ayant des besoins de première nécessité localisés (denrées, couches, lait, etc…).

 

Loi numérique – Vous saurez si l’administration délègue à un algorithme votre dossier – Numerama

Les sénateurs ont modifié le projet de loi numérique pour imposer à l’administration de dire aux personnes concernées que les décisions prises à leur encontre l’ont été sur la base d’un traitement algorithmique, qui devra être expliqué dans ses grandes lignes.

(…)

Il s’agira par exemple des algorithmes utilisés pour accepter ou non l’accès à une école supérieure. « De nombreuses décisions individuelles sont effectivement prises par l’administration assistée de traitements algorithmiques, c’est-à-dire d’outils soumettant les données entrées par l’administration à une suite d’opérations ou d’instructions permettant d’aboutir à un résultat », expliquait le rapport du sénateur Christophe-André Frassa.  « De tels instruments sont en particulier utilisés pour gérer de grandes masses de données, faisant intervenir de multiples facteurs à prendre en compte comme des listes de voeux ou des critères à croiser, afin d’optimiser les solutions. L’étude d’impact jointe au projet de loi cite ainsi l’exemple du système Admission Post Bac (APB) qui permet d’affecter les étudiants dans les filières d’enseignement supérieur en tenant compte de leurs choix ».

Tous les traitements algorithmiques ne seront toutefois pas communicables. L’article écarte ceux protégés par des secrets définis à l’article L311-5 du code des relations entre le public et l’administration. Pas question, par exemple, d’ouvrir l’algorithme des boîtes noires de la loi renseignement, censés identifier dans un réseau informatique les personnes suspectées de desseins terroristes.

La ville de Mexico utilise le crowdsourcing pour écrire sa nouvelle constitution – RSLN

Proposer des amendements, éditer ceux qui existent déjà : voilà ce que propose le maire de Mexico City, Miguel Angel Mancera, aux 9 millions de chilangos, le surnom des habitants de la capitale mexicaine. Selon Quartz, deux outils sont mis à la disposition des habitants : la plateforme de crowdsourcing change.org et la plateforme d’editing PubPub.

Sur la première, les résidents sont invités à être force de proposition : s’ils obtiennent 10.000 signatures sur la question qu’ils défendent, ils pourront plaider leur cause en personne. Sur la deuxième, les habitants peuvent annoter les amendements déjà présents dans le brouillon de la nouvelle constitution.

La ville de Mexico utilise le crowdsourcing pour écrire sa nouvelle constitution CivicTech Civic Tech

 

Loi numérique : codes sources de l’État : un accès limité voté par le Sénat – Numerama

Le Sénat a adopté l’article 1er bis de la loi numérique, qui impose à l’administration de communiquer les codes sources demandés par les administrés. Mais l’application du texte devrait rester limitée.

Mardi, lors de l’examen du projet de loi numérique d’Axelle Lemaire, le Sénat est revenu en partie sur la possibilité qui doit être offerte aux citoyens d’accéder aux codes sources des logiciels développés par l’administration, au même titre que n’importe quel document administratif d’intérêt public. Le principe voulu par les députés a été confirmé dans l’article 1er bis, mais le texte adopté laisse une grande marge d’incertitude sur son application réelle.

L’article modifié et voté par les sénateurs prévoit de préciser d’abord dans le code des relations entre le public et l’administration que les « codes sources » produits ou reçus par l’État, les collectivités locales ou les personnes chargées d’une mission de service public, sont bien des documents administratifs, communicables à qui en fait la demande.


Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #14

24 avril 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Les liens Civic Tech de la semaine #14 CivicTech

Gouvernement ouvert : la France met l’accent sur le numérique et la contribution citoyenne – Modernisation de l’action publique

Gouvernement ouvert PGO

La France encourage les alliances entre l’administration et la société civile en misant sur les technologies numériques, dont les approches sont déjà mises en œuvre avec l’open data, pour bâtir un gouvernement ouvert. Cette volonté se traduit dans plusieurs engagements de son plan d’action national pour la période 2015-2017, notamment en matière de coproduction législative.

Mexico City is crowdsourcing its new constitution using Change.org in a democracy experiment – Quartz

Voces ciudadanas en la nueva Constitución de la CDMX

Mexico City just launched a massive experiment in digital democracy. It is asking its nearly 9 million residents to help draft a new constitution through social media.

 The crowdsourcing exercise is unprecedented in Mexico—and pretty much everywhere else. Chilangos, as locals are known, can petition for issues to be included in the constitution through Change.org (link in Spanish), and make their case in person if they gather more than 10,000 signatures. They can also annotate proposals by the constitution’s drafters via PubPub, an editing platform (Spanish) similar to Google Docs.

The idea, in the words of the mayor, Miguel Angel Mancera, is to “bestow the constitution project (Spanish) with a democratic, progressive, inclusive, civic and plural character.”

13 propositions pour une version améliorée de l’État, sa posture et son équilibre démocratique – Renaissance numérique

Démocratie : mise à jour

Alors que fleurissent les initiatives de réinvention de la politique, « En marche » d’un côté, « Nuit debout » de l’autre, le think tank Renaissance Numérique délivre « 13 propositions pour une version améliorée de l’Etat, sa posture et son équilibre démocratique » dans le livre blanc : Démocratie : mise à jour.

Paru le 18 avril 2016, ce rapport présente les opportunités qu’offre le numérique pour faire évoluer l’Etat et la démocratie vers davantage de transparence et de représentativité. Il se présente comme une feuille de route nécessaire pour tout décideur politique qui souhaite faire évoluer son mode de gouvernance.

Nuit Debout : mais qui contrôle le site NuitDebout.fr ? – Numerama

Le site Nuit Debout

Au-delà de l’intérêt porté au mouvement, le site nuitdebout.fr a attiré notre curiosité lorsque l’on a découvert au hasard d’une recherche WHOIS que le nom de domaine avait été acheté par une agence de communication parisienne, RAIZ.

Or cette appropriation fait grincer des dents malgré tout. Julien Bayou est Conseiller régional d’Île-de-France et porte-parole d’EELV. Co-fondateur de Génération précaire et du collectif Jeudi Noir, il est l’un des pionniers du mouvement Nuit Debout. Au détour d’un débat sur la place de l’éducation et de la censure dans la démocratie, sur la place de la République, il nous confie qu’il n’est pas un grand fan de l’initiative.

« Plus jamais de loi Travail, c’est-à-dire sans concertation alors qu’elle concerne tout le monde », explique Mounir Mahjoubi – L’Usine Digitale

Vous ne travaillez pas sur la démocratie, l’engagement numérique, alors qu’avec Nuit debout ou la mobilisation contre la loi Travail, on voit bien de nouvelles formes émerger. Pourquoi ce paradoxe ?

Nous avons un chantier sur ce sujet, puisque nous allons dresser le bilan de l’expérimentation sur la loi République numérique. Nos travaux s’inscriront dans la présidence française de l’Open Government Partnership (OGP) qui s’ouvrira à l’automne.

Il faut consulter les Français sur les lois qui les concernent vraiment, car il y a une vraie envie, un vrai besoin de participation. J’ai envie de dire « plus jamais de loi Travail ! », c’est-à-dire une loi qui concerne tout le monde et pour laquelle on ne consulte personne. Je ne dis pas que c’est une bonne ou une mauvaise loi. Je ne me prononce pas sur ce sujet. Mais je regrette qu’on n’ait pas organisé une consultation à son sujet.

La “démocratie liquide” ou comment repenser la démocratie à l’âge numérique – Frédéric Martel

Comment améliorer la démocratie ? Quels outils pour permettre aux citoyens de participer ? Comment voter, décider, choisir, pétitionner en ligne ? “Démocratie liquide”, “démocratie participative”, “démocratie 2.0” : autant d’expressions qui permettent de penser non pas contre la démocratie mais pour une meilleure démocratie. Des associations, des collectifs, des mouvements, de nouveaux outils nous aident aussi à imaginer ces solutions post-démocratiques.

démocratie participative

Montréal s’associe avec Google pour se débarrasser de ses bouchons de circulation – Branchez vous

En échangeant des données en temps réel avec Waze, Montréal souhaite améliorer la circulation sur son réseau automobile.

Selon Radio-Canada, la ville de Montréal a conclu une entente à coût nul avec l’application Waze dans le cadre d’un programme de collaboration entre la division de Google et les grandes villes.

D’un côté, Montréal transmettra à Waze les données compilées des caméras, capteurs et radars installés sur son réseau, en plus d’informations liées aux événements prévus au calendrier et des chantiers de construction planifiés sur ses routes. De l’autre, Waze transmettra les données fournies par les 103 000 utilisateurs montréalais qui seront acheminées au Centre de gestion de la mobilité urbaine de Montréal, où les employés de la ville contrôlent notamment les centaines de feux de circulation.

Un député veut que les internautes soient consultés sur chaque projet de loi – NextInpact

Alors que la France accueillait hier le sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert (ou « OGP »), le député Patrice Martin-Lalande déposait au même moment une proposition de loi organique visant à rendre la consultation des citoyens obligatoire, via Internet, pour tous les projets et propositions de lois.

«En marche» : le bébé du ministre Macron fait ses premiers pas – Liberation

Le parti a débuté samedi la formation de ses «marcheurs», qui devront en mobiliser d’autres selon un principe d’enrôlement pyramidal inspiré de la campagne d’Obama. Objectif : rencontrer le maximum de Français d’ici l’été.

Démocratie participative : de Paris à Reykjavik, des outils au service des citoyens – La gazette des communes

Les initiatives de collectivités territoriales visant à permettre aux citoyens d’exprimer leurs souhaits quant à l’aménagement ou au fonctionnement des services de leurs villes, se multiplient. Paris ou Nantes en France, Reykjyavik à l’étranger, ont mis en place des outils participatifs permettant à leurs habitants de s’exprimer.

Reboot démocratique : pour une démocratie directe augmentée – Les Echos

Il serait illusoire de penser que dans cette France 2020, chaque citoyen serait à même de devenir, en quelques jours de formation, un expert raisonné, crédible et légitime. D’où l’idée de combiner le régime de démocratie participative avec un réseau dynamique de pôles d’expertise, véritables communautés d’experts internationaux habilités à formaliser des recommandations à l’attention des citoyens réunis en « délibérantes », sur des sujets de politique intérieure (via Webcast, visio-conférence, etc.).

La France sous pression sur la gouvernance ouverte – Contexte

Le besoin de créer des liens entre l’État et la société civile, qui est au cœur du projet du partenariat, reste fort en France. Les administrations sont encore frileuses face aux activistes.

Lors de son intervention au lancement de la présidence française du PGO, mercredi 20 avril, la ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, n’a pas évoqué la collaboration avec la société civile dans ses axes de travail, montrant ainsi, en creux, une absence d’intérêt pour ce qui est au cœur du partenariat.

Benjamin Jean, initiateur du projet « open law » et organisateur d’un hackathon sur les Civic Tech, regrette que seuls les plus impliqués, à savoir Etalab et le SGMAP, soient venus au hackathon :

« Le gouvernement regarde avec attention ce qui se passe, mais toutes les administrations ne suivent pas de manière active. Le seul acteur étatique vraiment présent sur le sujet, c’est Etalab, car ils sont dans une logique agile et peuvent contribuer aux projets à nos côtés. »

Civic Tech : le numérique pour réconcilier citoyens et politique – Smart attitude

Civic Tech = relation entre les collectivités, les citoyens et les entreprises

Nombreux sont ceux qui voient dans le numérique le moyen idéal pour une participation citoyenne moderne.  Est-il une véritable opportunité pour envisager de nouvelles formes de démocratie ? Focus sur le dynamisme de la « civic tech » française qui espère bien réconcilier le citoyen avec la vie politique.

Retour sur le lancement du Sommet PGO – Etalab

Le 20 avril, la France a initié le processus de co-création du Sommet mondial du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert, lors d’un événement de lancement inauguré par Jean-Vincent PLACE, Secrétaire d’Etat en charge de la Réforme de l’Etat et de la Simplification.

Partenariat pour un gouvernement ouvert

 

 


Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #13

17 avril 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Les liens Civic Tech de la semaine 13 - CivicTech

Aujourd’hui (dimanche 17 avril 2016) à 19h : SoftPower dédié à la démocratie et au numérique avec Loïc Blondiaux, Athur Muller et Bobby Demri

 

 

Le Sommet mondial du Open Governement Partnership à Paris s’ouvre le 20 avril – EtaLab

La France prendra la présidence du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) en octobre 2016 pour un an.

A ce titre, elle accueillera en Décembre prochain le Sommet mondial du PGOà Paris, comme l’a annoncé le Président de la République lors de ses voeux au corps diplomatique le 21 janvier 2016.

Le Partenariat pour un gouvernement ouvert est une initiative multilatérale créée en 2011, qui rassemble aujourd’hui 69 pays membres autour des grands principes du gouvernement ouvert : transparence et intégrité de l’action publique, participation citoyenne et contribution du numérique à cette ouverture.

Parce que la collaboration entre gouvernements et société civile est au cœur de l’esprit du Partenariat pour un gouvernement ouvert, le programme du Sommet sera co-créé avec la société civile.

 

« Le jour 1, on décide et on fait. Le jour 2, on se demande si ça a marché » – Rue89

Depuis le début du mouvement #NuitDebout, les manifestants sont en quête des meilleurs outils informatiques qui leur permettront de s’organiser, de ne pas être surveillés, mais qui devront surtout être en accord avec les visions politiques des participants.

 

De 1791 à « Nuit debout », une brève histoire du mot « démocratie participative » – France Culture

« Nuit debout », avec ses ateliers constituants et autres formations à la prise de parole pour les femmes, signe-t-elle le renouveau de la participation politique ? A l’instar de celui d’Occupy Wall street à l’époque où il ne faisait pas complètement le plein mais racontait déjà quelque chose, le mouvement des places qui germe depuis le 31 mars dit la soif de démocratie autant que la soif de participation. Mais pas forcément le retour en force du concept de « démocratie participative » qui s’est galvaudé au fil des décennies.

Le politiste Loïc Blondiaux, qui étudie les enjeux de la participation et de la citoyenneté de longue date, souligne qu’il n’utilise même plus le terme…

Présidentielle 2017: Des mouvements citoyens lancent la «primaire des Français» – 20 Minutes

« Il y a la primaire des partis, de droite et de gauche, il y a désormais la primaire des Français, de tous les Français », s’exclame ce lundi Corinne Lepage, présidente du parti Cap21-LRC. Avec cinq autres mouvements citoyens (Nous citoyens, Génération Citoyens, Bleu-Blanc-Zèbre, La Transition, Pacte civique) l’ancienne ministre veut renouveler la politique.

A 13 mois de la présidentielle, ces formations souhaitent promouvoir un candidat issu de la société civile « pour donner de l’oxygène à la politique », souligne Jean-Baptiste de Foucauld, du « Pacte civique ».

La « civic tech » française se met en place autour d’un nouvel espace – Les Echos

Après la food tech, l’ad tech ou encore l’ed tech, voici… la « civic tech ». Le Liberté Living Lab a été officiellement inauguré ce jeudi, en présence de la secrétaire d’Etat au Numérique, Axelle Lemaire. Cet immeuble de 1.600 mètres carrés, situé en plein coeur de Paris, doit symboliser l’émergence d’une nouvelle génération de start-up, d’ONG, d’associations, de chercheurs, de services publics ancrés dans le numérique. Le lieu sera complètement opérationnel en octobre et ouvrira alors sept jours sur sept, 24 heures sur 24. Il réunira des start-up, un Fab Lab, un atelier d’intelligence artificielle, organisera des événements ouverts au public…

Primaires partisanes contre primaires de la société civile : le combat des anciens et des modernes ! – Le HuffPost

La Vraie Primaire s’inscrit dans cette dynamique de renaissance démocratique. À l’appui de cette initiative d’un genre nouveau, les résultats du sondage Ifop pour Synopia du 15 mars 2016, qui annonce que deux français sur trois, toutes tendances politiques confondues, sont favorables à une primaire non partisane organisée par la société civile, qui ait pour ambition de faire émerger de nouveaux candidats pour la présidentielle de 2017. Autre originalité, la Vraie Primaire est le premier outil démocratique à proposer de voter pour ou contre les candidats (deux votes pour et un contre par tour de scrutin), ce qui permet à chacun de s’exprimer d’une façon plus complète, selon ses différentes sensibilités, affinités et refus.

Voyage dans l’univers des démocrates militants – MediaPart

Pendant l’année qui vient nous allons devoir supporter les râles hurlants de l’agonie du système représentatif. Le monde ancien se meurt, il est temps d’écouter le monde nouveau qui éclot…

En effet, pendant que le système médiatico politique fourbit ses armes pour nous saouler pendant les 12 prochains mois avec la présidentielle, il se crée en ce moment de nombreux mouvements qui souhaitent une rénovation profonde de notre système politique pour aller vers plus de démocratie. Il y a plusieurs galaxies dans cet univers des démocrates militants plus ou moins radicaux.

Joël de Rosnay : « Institutions et citoyens doivent co-créer » – Région Île-de-France

« La créativité est là, les ferments du changement sont là, le rôle des pouvoirs publics est d’amplifier le mouvement ! L’écoute tout d’abord : on n’écoute pas assez les gens qui innovent. Trop souvent les pouvoirs publics et les industriels considèrent que tout ce qui passe par le numérique est futile et superficiel. Aujourd’hui, on sait pourtant qu’Internet et les réseaux sociaux sont des sources essentielles d’information. Il faut donc leur faire confiance. C’est ainsi qu’on parvient à la reconnaissance de la légitimité des professionnels qui créent aujourd’hui des choses impensables il y a 10 ans, ce que les pouvoirs publics aujourd’hui doivent comprendre. »

 


Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #12

10 avril 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Les liens Civic Tech de la semaine - CivicTech

Pour une « Repossession Démocratique » en urgence – Frédéric Lefebvre sur le HuffPost

Mais n’est-ce pas aussi au politique de dessiner les moyens d’une expression citoyenne?
En faisant appel aux citoyens par le développement de la démocratie digitale. J’ai lancé les premières assises de la démocratie digitale à l’Assemblée nationale, la première consultation digitale des Français du monde entier.

Je vais lancer la première votation digitale ciblée, d’initiative parlementaire, sur la liberté d’affiliation au RSI…

Avec des élus du PS et des écolos, je travaille avec l’Estonie, petit pays d’Europe, pionnier de la e-gouvernance, je consulte Audrey Tang, icône mondiale, Hackctiviste démocratique à Taïwan sur la consultation des citoyens, et j’ai ainsi fait voter, à l’unanimité, le principe de la consultation des Français sur l’ensemble des projets de loi et propositions de loi au Parlement.

Au-delà de ces nouveaux moyens de participation, je veux poser la question cruciale d’une Repossession Démocratique par le vote. Et pour cela des changements radicaux doivent être mis en œuvre.

#NuitDebout : la ville virtuelle en accès ouvert sur Stig Beta – Stig

Nous avons en conséquence créé dans Stig Beta une ville virtuelle Nuit Debout afin que les citoyens puissent y exprimer leurs idées.

L’accès à la beta pour cette ville virtuelle est ouvert (pas besoin d’invitation). Inscrivez-vous à Stig via ce lien depuis votre smartphone pour participer : https://sti.gr/nuitdebout

Stig est et reste totalement neutre et fournit son outil à titre d’expérience de gouvernance collective. Stig est un outil de démocratie participative et n’a aucun lien direct ou indirect avec un quelconque parti ou organisation politique.

Primaire de la droite : NKM utilise aussi NationBuilder – Numerama

NationBuilder fait l’unanimité pour la conquête de la présidentielle française, de Jean-Luc Mélenchon à Alain Juppé, et désormais NKM. Nous avons jeté un coup d’œil au code source du site de campagne de la candidate et comme on peut le voir dans la capture ci-dessous on y observe de nombreuses références à NationBuilder.

Peu de candidats déclarés se passent  des services du CMS leader de la techpol. Une véritable homogénéisation du militantisme web est en train de se produire autant à gauche qu’à droite, où on retrouve partout les outils de NationBuilder — moins celui de son concurrent français Digitalebox.

Voyage dans l’univers des démocrates militants – Agora 2017 pour AgoraVox

En effet, pendant que le système médiatico politique fournit ses armes pour nous saouler pendant les 12 prochains mois avec la présidentielle, il se crée en ce moment de nombreux mouvements qui souhaitent une rénovation profonde de notre système politique pour aller vers plus de démocratie. Il y a plusieurs galaxies dans cet univers des démocrates militants plus ou moins radicaux.

Retrouvez les initiatives (inscrites par Agora2017) qui veulent faciliter l’information, l’expression et l’action des citoyens dans le cadre actuel dans ce post.

Succès du Civic Bar Camp pour la Nuit des Débats – Mairie du 18e, Paris

Grâce à l’expérience des équipes de DemocracyOS, de la mairie du XVIIIe et des Studios Singuliers, mettant à disposition leurs scribes et facilitateurs, ainsi que la plate-forme DemocracyOS en live, les participants se sont réorganisés par tables thématiques, avec comme objectif de développer la réflexion jusqu’à émettre des propositions citoyennes pour chacun de ces sujets. Assez spontanément, des personnes d’horizons différents se rencontrant pour la première fois ont réussi à se coordonner en groupes de travail au sein de ce qui ressemblait à un petit parlement citoyen.

Envie de participer au prochain Hackathon citoyen ? Toutes les infos dans le post de la Mairie.

LaPrimaire.org, un casting en ligne pour faire émerger un candidat citoyen – Le Figaro

Democratol - LaPrimaire.org

  • D’ici au au second semestre 2016, les créateurs de LaPrimaire.org veulent mobiliser 100.000 citoyens . Plus de 20.000 internautes et 200 candidats ont déjà adhéré au projet, fondé sur la culture collaborative du 2.0 et le constat du manque de représentativité des formations politiques. «Nous ne sommes pas un parti politique. Nous ne portons pas de programme politique», proclame le manifeste de la primaire. «Nous ne sommes pas un mouvement citoyen de démocratie directe, précise David Guez. Nous ne prônons pas de réforme des institutions.» L’ambition des créateurs de LaPrimaire.org est de sortir de la «professionnalisation de la politique».

  • L’important n’est pas là à ses yeux: «L’idée, c’est d’être pleinement opérationnels pour les européennes en 2019.» Autrement dit, créer une dynamique, d’abord citoyenne, ensuite électorale. Hormis le numérique, quelle différence avec un parti politique? «Dans les partis, la parole est verrouillée, regrette l’élue rennaise. Allez à une réunion d’une section locale: il ne s’y passe rien.» Tout le contraire, selon David Guez, des rencontres organisées par LaPrimaire.org. «Dans une même salle, j’ai un altermondialiste et un libéral», explique-t-il. «Il n’y a pas de ligne, abonde Charlotte Marchandise, on n’a pas besoin d’être le petit doigt sur la couture du pantalon.»

Présidentielle : les nouvelles règles suscitent l’ire des «petits» candidats – Les Echos

Un « tripatouillage », un « rapt » voire même un « attentat »…. La double proposition de loi, organique et ordinaire , visant à réformer certaines modalités de l’élection présidentielle, qui devrait être adoptée définitivement ce mardi par l’Assemblée nationale, a suscité des critiques virulentes. Elles émanent des « petits » candidats, qui considèrent que ces nouvelles dispositions les empêcheront de concourir de façon équitable contre ceux des « grands » partis – comprendre « le PS, Les Républicains et le Front national », qui, eux, voient dans ce double projet de loi une modernisation des règles.

Le gouvernement ouvre le code source du calculateur des impôts

Découvrez Communecter, l’application web qui remet le citoyen au coeur de sa localité !


Ils font la Civic Tech

Ils font la CivicTech : qui sont les 20 premiers inscrits de la CivicThèque ?

9 avril 2016 • By

En lançant ce blog en début d’année, j’avais également la volonté de recenser « ceux qui font » la CivicTech en France et à l’international par le biais d’un simple annuaire collaboratif : la CivicThèque.

civictheque civic tech civictech

Aujourd’hui, 20 acteurs Civic Tech se sont inscrits. Ils proposent tous des solutions qui répondent aux nombreuses expressions (il n’y a qu’à voir le phénomène #NuitDebout) d’une forte demande de renouveau démocratique en plein état d’urgence, de crise économique et sociale.

Merci à :

Civocracy, Communecter et Fluicity qui proposent des plateformes pour réinventer la démocratie locale et permettre d’impliquer d’avantage le citoyen.

Change.org, numéro 1 mondial des pétitions en ligne qui a transformé le citoyen en partenaire social et l’a invité à la table des négociations.

Baztille qui à l’instar de MaVoix veut faire élire des citoyens qui appliquent les décisions des membres du collectif.

Voxe et son comparateur de programmes politiques, Vérité Politique qui évalue le degré d’honnêteté des élus et des partis politiques et Parlement et citoyens qui permet aux citoyens de co-construire les lois avec les élus.

LeDrenche, un média qui donne les clefs aux internautes pour se forger une opinion et AgoraLabTV qui propose de créer des débats TV interactifs avec les citoyens.

DigitaleBox, Nation Builder français, qui propose un logiciel de gestion des relations avec les électeurs et de stratégie électorale.

20 inscrits à la CivicThèque civictech civic tech

Belem et son système de vote «blockchain», c’est-à-dire sécurisé, transparent et efficace pour Nous Citoyens.

Engage qui facilite l’implication, la mobilisation, l’action collective via les technologies et les Bricodeurs qui éduquent aux Civic Tech.

InCity et son service de surveillance par les citoyens de l’espace public en vue de son amélioration et Democras, un réseau social citoyen.

Le projet ContentCheck qui regroupe des partenaires académiques et une équipe de journalistes du journal Le Monde dans le but de développer une manière d’automatiser le fact-checking pour contextualiser et enrichir factuellement le débat politique.

Loomio qui propose un outil de prise de décisions collectives.

PolitizR qui rebat les cartes en créant un espace numérique où les élu(e)s débattent des propositioons citoyennes.

Stig qui a pour ambition d’offrir une vision en temps réel de l’opinion et de la volonté citoyenne.

Un prochain billet rapidement pour dresser un nouvel état de la CivicTheque. 


Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #11

3 avril 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Les liens CivicTech Civic Tech de la semaine

Lancement de #NotreDémocratie – Rénovons les pratiques politiques !

12939452_10209843842919141_1779437816_n (1)

Lancement de #NotreDémocratie : nos propositions citoyennes pour une rénovation des pratiques politiques.
Après 2 mois de concertation, 5 débats et 212 contributions,
Exigeons de nos élus qu’ils s’engagent ENFIN !

Partout en France, des citoyens s’organisent et ouvrent de nouveaux espaces démocratiques pour sortir notre pays de ses impasses politiques . Débattons de ces nouveaux enjeux !
En présence de:
– Florent Guignard, Le Drenche
– David Guez, LaPrimaire.org
– Claude Posternak, La Transition
– Léonore de Roquefeuil, Voxe.org
– Axelle Tessandier, Axl Agency
– Thomas Werquin, Axe Culture

C’est quoi une présidentielle moderne ? – Huffington Post

Nous voulons participer, entendre et incarner des idées et visions nouvelles, qui sont en accord avec leur temps, avec cette transformation numérique qui pourrait re-enchanter l’engagement citoyen. Les initiatives de « civic tech » n’ont cessé de se multiplier ces derniers mois. Beaucoup d’entre elles visent notamment à ne pas nous laisser imposer le casting de 2017. Nouveaux visages, surprise generationnelle, L’élan est là. C’est donc le moment adéquat de sortir une loi de « modernisation »…

Non à la loi de « modernisation » de l’élection présidentielle #PrésidentielleOuverte – Change.org

Non à la loi de "modernisation" de l'élection présidentielle #PrésidentielleOuverte

De nouvelles initiatives émergent. Laprimaire.org et la transitionreprésentent cette volonté de renouvellement, en permettant à des candidates ou candidats indépendants d’apparaître.

Voxe, MA VOIX, Fluicity, ReGéneration, Democracy OS, GOV … les initiatives dites de « civic tech » se multiplient, et témoignent d’un mouvement en marche, d’une force: celle de la réinvention, d’un nouveau contrat citoyen à réécrire.

Le monde se transforme, et contrairement aux idées reçues, nombreux sont les femmes et les hommes qui ont envie non seulement de changement mais de l’incarner et d’y participer. Une démocratie représentative en France, c’est plus de diversité, de mixité, des parcours différents, un renouvellement générationnel. L’enjeu est de taille, c’est la clé pour innover, créer demain.

La meilleure façon de se plaindre est l’action. Ce mouvement, porté par la révolution numérique, est en train de grandir et tel un empire assiégé, les élus, qui sont censés être les représentants du peuple, se barricadent et ignorent les signaux. 

Présidentielle 2017 : mobilisation sur Change.org contre une loi défavorable aux candidats hors parti – We Demain

La Transition, La Primaire.org, Le Réveil Français, Ma Voix… Ces derniers mois, nombreux sont les mouvements à avoir émergé pour représenter une alternative citoyenne lors de l’élection présidentielle de 2017. Problème : s’ils présentaient un ou plusieurs candidats à ce scrutin, ces nouveaux acteurs ne partiraient pas avec les mêmes chances que les 14 responsables politiques qui se sont d’ores et déjà déclarés candidats.

C’est du moins ce que dénonce la pétition « Non au projet de loi de modernisation de l’élection présidentielle #PrésidentielleOuverte », lancée par une « passionnée de Civic tech « , l’entrepreneuse Axelle Tessandier, mardi 29 mars sur la plateforme Change.org. Une pétition qui fait suite à une virulente tribune intitulée « Faut-il en pleurer ou avoir la nausée ? », publiée sur le site duHuffington Post par l’ancienne députée et ministre de l’environnement Corinne Lepage. Plus de 20 000 citoyens ont déjà signé la pétition, à peine plus de 24 heures après sa mise en ligne.

La loi de “modernisation” de la présidentielle est un grand bond en arrière – Geoffroy de DemocracyOS

L’objectif derrière ces changement pas aussi légers qu’ils n’en ont l’air, c’est de limiter la participation à la présidentielle aux grands partis politiques, déjà médiatiques, et disposant d’un réseau important de militants et d’élus disciplinés. C’est l’absolu contraire des réformes nécessaires pour revitaliser notre démocratie. C’est l’opposé du renouvellement de la classe politique que souhaitent les Français.

Terrifiée par le rejet dont elle fait l’objet dans la population et qu’elle découvre peu à peu, l’élite politique cherche à tout prix à protéger la rente sur laquelle elle vit — quitte à ce que cela nécessite de changer les règles du jeu pour éviter l’entrée en politique de forces nouvelles et de visages neufs.

Preuve de cette panique: la proposition de loi passe en procédure accélérée, ce qui permet de limiter le nombre de votes sur un texte par les différentes Chambres, et de réduire le temps dédié au débat parlementaire.

La présidentielle américaine se joue aussi sur YouTube et ses pubs vidéo – Numerama

YouTube vient de dévoiler un rapport qui montre une explosion du visionnage de vidéos politiques depuis le début des primaires américaines. Les internautes ont regardé 100 fois plus de contenus sur YouTube qu’il n’en a été diffusé sur les chaînes de télévision. Et le site devient un support publicitaire pour les candidats.

Choisissons nos candidats pour les élections de 2017 – LaPrimaire.org

Fin des partis politiques ? Observatoire de la vie politique / Cevipof / Janvier 2015

Comment est-ce possible que plus de 90% d’entre nous n’ayons pas confiance dans les partis politiques et pourtant, nous continuons de voter pour les candidats issus de ces mêmes partis politiques ? La réponse est simple : nous n’avons pas le choix ! Les partis politiques ont le monopole de désignation des candidats aux élections qui, de fait, ne sont plus réellement démocratiques. Les partis politiques, jadis formés pour être des viviers d’idées et de construction de programmes, sont aujourd’hui devenus des espaces de cooptation qui enferment leur membres dans une logique électoraliste. Est-ce qu’un citoyen qui ne serait pas affilié à un parti politique aurait une chance d’être élu ? Non, car les partis se sont organisés comme des machines à gagner les élections : leur seul objectif et la seule chose à laquelle ils sont vraiment bons, notamment grâce à leur maillage national très dense. Si nous voulons redonner du souffle à notre démocratie, il nous faut donc à tout prix casser ce monopole des partis sur les élections.

Ça suffit ! – La Transition

En catimini, à la veille du weekend pascal, le Parti socialiste, avec la complicité muette des Républicains*** vient de faire voter une loi anti-démocratique pour museler la parole citoyenne. Pour préserver les seuls intérêts d’une oligarchie agonisante, onze députés (oui, vous avez bien lu onze personnes décident de l’égalité des Français devant le choix démocratique le plus important de notre République) ont voté le changement des règles concernant l‘accès à l’élection présidentielle.

Première lame, ils rendent plus difficile l’obtention des 500 signatures. Les élus devront dorénavant transmettre eux-mêmes leur parrainage au Conseil Constitutionnel alors que jusqu’à présent ils le remettaient au candidat ou à ses représentants. Un maire pourra ainsi vous promettre de vous donner sa signature et ne pas le faire.

Sous couvert de « transparence », on publiera même la liste complète des élus ayant parrainé un candidat. C’est tout simplement un contrôle supplémentaire exercé par les partis, pour surveiller et donc tenir leurs élus.

Deuxième lame, si le candidat arrive malgré tout à obtenir ses signatures. Il s’agira d’un candidat de seconde zone avec un temps de parole moindre. La loi met en effet fin au principe d’égalité du temps de parole entre les différents candidats.

Le numérique, un outil au service de la démocratie locale – La gazette des communes

Dans quelle mesure le numérique contribue-t-il à renouveler la démocratie locale ? En élaborant le premier baromètre de la démocratie locale numérique, le think tank Décider ensemble, en partenariat avec OpenDataSoft et relayé par La Gazette des communes, a voulu apporter sa contribution à cette question qui a émergé avec la massification d’Internet et la multiplication d’outils numérique de participation citoyenne, dont certaines collectivités s’emparent depuis quelques années. Les résultats de cette enquête (voir encadré) ont été présentés ce mardi 22 mars au Sénat.

Pétitions en ligne : que demande le peuple ? – Le Monde

Pétitions en ligne civic tech civictech

 

Ces victoires sont-elles l’exception ? L’indignation à portée de clic est-elle en train de devenir un outil incontournable de la démocratie directe ? A l’heure où la défiance à l’égard des systèmes traditionnels de représentation politique ne cesse de croître, cette forme d’engagement citoyen a en tout cas le vent en poupe. « Les pétitions en ligne sont des indicateurs de mouvements d’opinion, et c’est ce qui les rend intéressantes. Car des outils de connaissance de l’opinion, à part les sondages, on n’en a pas tellement », souligne Romain Badouard, chercheur au laboratoire Agora (sciences de l’information et de la communication) de l’université de Cergy-Pontoise.

 

 


Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #10

20 mars 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Bientôt sur CivicTechno.fr, la première interview « collaborative » du collectif Ma Voix.

22 des membres de #MaVoix ont eu la gentillesse de répondre à quelques questions, la synthèse ainsi que la totalité des réponses dans quelques jours sur ce blog.

Interview-à-autant-qu'on-veut ;-)Bonjour à toutes et à tous, nous avons reçu une demande d'interview par écrit de la…

Posté par MA VOIX sur vendredi 11 mars 2016


 

Les liens CIvicTech de la semaine #10 - Civic tech

Panorama de la Civic Tech : que demande le peuple ? – Studios Singuliers

  • Aujourd’hui, la Civic Tech n’a pas encore véritablement trouvé son modèle économique. Ses plates-formes connaissent un fort taux d’érosion, car en politique, seuls restent ceux et celles qui construisent leur engagement dans le temps. L’open data et l’open source ont du mal à s’imposer dans les entreprises. Quant à la mobilisation des citoyens sur le terrain, pas seulement devant leurs écrans, c’est une autre paire de manches. Cependant, grâce à la Civic Tech, une transition vers de nouvelles formes de démocratie est certainement en marche, ce qui semble aller dans le sens de l’Histoire.

  • Les acteurs de la Civic Tech contribuent à renforcer l’engagement citoyen, la participation démocratique et la transparence des gouvernements et entreprises : si bien qu’à l’horizon, se profilent de nouveaux modes de représentation plus flexibles comme la démocratie liquide, permettant de déléguer son vote à un autre citoyen. Ce mandat de représentation est dit liquide car révocable, ce qui est plus engageant qu’un simple partage sur la toile et potentiellement très viral. Les citoyens pourront plus directement participer à la vie politique, à condition de reconquérir leurs facultés de proposer, de débattre, de délibérer ensemble, en continu, sur tous les sujets de la cité. Grâce aux progrès de la cryptographie et au modèle de la blockchain expérimenté sur le Bitcoin, demain, la technologie devrait permettre d’organiser des votes dont il sera impossible de falsifier les résultats. La Civic Tech n’en est encore qu’à ses débuts. Tout reste donc ouvert pour les prochaines années, qui nous réserveront sans doute de belles surprises. Et vous, quel est votre engagement ?

Axelle Lemaire : quelle impulsion numérique avant la fin du quinquennat ? – ItEspresso

Dans une interview vidéo, Axelle Lemaire énumère les dossiers qu’elle souhaite approfondir d’ici 2017 et qui entrent dans ses prérogatives : suivi du projet de loi sur la République numérique (l’examen par le Sénat commence prochainement), Plan France Très Haut Débit avec le cap maintenu pour l’année 2022, la digitalisation des TPE-PME qui manque de souffle mais aussi la « mobilisation citoyenne par le numérique » (concept de « Civic-Tech »).

Les « civic techs », dernière chance de décloisonner la politique ? – David Guez dans La Tribune

En deuxième lieu, les civic techs permettent de modifier durablement la nature de l’engagement politique. Jusqu’à présent, un citoyen souhaitant agir disposait principalement d’axes d’actions traditionnels : parti politique, syndicat ou association.

Toutefois, la barrière à l’entrée est forte et suppose une grande implication pour que l’action individuelle puisse impacter et influencer la prise de décision de l’entité au sein de laquelle le citoyen participe. Sauf à y consacrer quasi l’intégralité de son temps, cela reste difficile, ce qui explique la professionnalisation de la classe politique.

Grâce au numérique, le citoyen dispose dorénavant d’une capacité d’interaction réelle avec la sphère politique, à géométrie variable selon ses envies et sa disponibilité. Il est ainsi possible de participer à des sondages en ligne ou des débats d’idées, à l’élaboration de projets de loi ou co-construire un programme politique.


Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #9

13 mars 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Les liens CIvicTech de la semaine #9 - Civic tech

Audrey Tang : dans la boîte à outils d’une hacktiviste – La Netscouade

Gourou de la révolution civic tech et de la gouvernance ouverte à Taiwan, Audrey Tang intervenait le 1er mars à Paris à l’invitation de Personal Democracy France et de La Netscouade. Audrey, c’est l’ hacktiviste par excellence, qui consacre son temps et son talent de développeuse à créer de nouveaux outils en ligne pour “réinventer” la démocratie. Open source, open data, sousveillance ou encore réalité virtuelle… Rencontre avec une développeuse engagée, qui met pour de bon l’imagination au pouvoir !

Audrey Tang - Gourou CivicTech

Projet de loi Sapin 2: le rôle des lobbys enfin reconnu ! – Emmanuel Guichard

  • Sur le contenu du répertoire numérique des représentants d’intérêt, le projet de loi est vague : identité, et champs d’activité de représentation d’intérêts. Un décret en Conseil d’Etat fixera les détails. Au niveau européen, des informations sur les montants financiers utilisés au fin de la représentation d’intérêt doivent être indiquées (soit en % soit par tranche financière).
  • Il faut souhaiter que les données sources seront accessibles en open data pour permettre à la civic tech (comme par exemple Democracy OS ou Parlements et citoyens ) de développer des outils et des comparaisons (en recoupant avec les emplois du temps des Ministres ou le registre européen, par exemple).

Le fisc va rendre public le code source du logiciel de calcul des impôts – Mashable

  • Le fichier sera disponible en ligne à partir du 1er avril 2016. Malgré la date choisie, cette annonce n’est vraisemblablement pas une plaisanterie : pour l’occasion, #CodeImpot, un hackathon de deux jours sera même organisé par Etalab et la Direction générale des finances publiques (DGFIP), dans les locaux de la fondation Mozilla (Paris).
  • En attendant, un Framapad a été lancé pour rassembler les contributions des participants. Plus tard, le code source pourra être intégré à Open Fisca, un moteur ouvert de micro-simulation du système socio-fiscal. Souhaitons à cette initiative d’être la première d’une longue série d’ouvertures de code source de l’administration.

Primaires américaines : 5 start-up qui veulent changer la démocratie – L’Usine Digitale

Après le Super Tuesday du 1er mars, la campagne des primaires pour les élections présidentielles américaines continue. Les électeurs ont encore quelques mois pour faire leur choix. Des start-up, qui veulent améliorer le processus démocratique sur le long-terme, peuvent encore les aider.  Voici 5 de ces jeunes pousses américaines qui pourraient changer la donne. (Brigade, DemocracyOS, BallotReady, FollowMyVote, Agora)


Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #8

6 mars 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Les liens CIvicTech de la semaine #8 - Civic tech

L’intelligence artificielle, chef d’orchestre de notre mémoire ? – L’Atelier

Fruit de la collaboration entre Civic Nation, une ONG américaine qui oeuvre dans le domaine de la « civic tech » et Huge, une agence de design, Up Next est un service d’envoi de messages textes pour aider les lycéens à se préparer à l’entrée à l’université. Up Next agit en effet comme un outil de rappel par le biais de notifications (rappel de la date d’envoi des candidatures pour une université ou encore de la date d’un forum étudiants par exemple). Ne cherchant pas à reproduire une figure autoritaire ou paternaliste, le service s’apparente plutôt à un assistant personnel virtuel.

Projet Arcadie, le Who’s Who parlementaire – Garçonne Magazine

  • Lorsque je travaillais en tant que collaboratrice, je devais rechercher beaucoup d’informations sur les parlementaires, et là, franchement, rien n’était simple : si tout existe à divers endroits, il fallait rechercher, vérifier, compiler et ça prenait non seulement un temps fou, mais c’était hyper pénible à tenir à jour. Une nouvelle commission, une nomination, un débat majeur et tout est à revoir !

  • Projet Arcadie est une base de données en ligne, accessible sur abonnement, où pour chaque sénateur ou député, tu vas non seulement retrouver les infos standards, mais surtout ce sur quoi il travaille, par exemple, dans quelles commissions, quels sujets ont sa faveur, quels sont ses mandats, sa profession … On dit également qui est dans son équipe.

#OpenDataDay – L’open data a désormais son forum – Etalab

Initialement lancé autour de la question des logiciels, ce forum a rapidement rassemblé une communauté de contributeurs venus de l’administration ou de la société civile : de nombreuses discussions se sont ouvertes sur le site autour de catégories telles que logiciel libre et secteur public, technologies ou encore ouverture des codes source… et ont pu se prolonger à l’occasion d’un premier atelier ouvert le 26 février 2016.

Paris veut embarquer ses élus et les agents de la Ville dans sa mutation participative – Le courrier des maires et des élus locaux

Equipée de nombreux outils de concertation et de co-construction de ses politiques locales, la Ville de Paris veut faire en sorte que ses élus et ses agents s’emparent de la démarche participative. La mairie vient de publier à cet effet un « Guide méthodologique de la participation à la Ville de Paris ».

Primaire à droite : guerre des contenus et réseaux sociaux ? – Laurent Dupin

Nul doute que cette élection 2017 sera donc encore plus buzzante et nourrie de nombreux nouveaux effectifs des jeunes partis, totalement à l’aise avec le fait et l’outil social media. Chaque candidat a vertu à se doter de son spin-doctor du web et du social media (j’y reviendrai dans une note spécifique). Mais cela ira aussi en frontal contre les prises de positions sociétales, comme celle récente sur le blocage de Twitter et Facebook. Ou même plus directement contre les propositions d’animation médiatique touchant la primaire, surtout quand elles émanent d’experts du sujet à droite comme Thierry Solère.

« Internet, un outil incontournable des mobilisations sociales et politiques » – La Croix

De même, pour la première fois, la réponse des politiques, en l’occurrence du gouvernement, est désincarnée. Ce n’est pas la ministre qui prend la parole sur Internet mais un objet : la loi elle-même qui, comme une personne physique, a son compte Twitter et répond à ses interlocuteurs. Incontestablement, on assiste à quelque chose d’inédit : pour la première fois, mobilisation et réponses gouvernementales sont numériques.