Browsing Tag

Présidentielles

Présidentielles 2017

Présidentielles 2017 : Nicolas Dupont-Aignan et les CivicTech, l’interview

8 avril 2017 • By

A quelques jours des élections présidentielles, CivicTechno.fr a interrogé les candidats sur leur vision des Civic Tech aujourd’hui en France, leur rôle dans la campagne et la place de la tech citoyenne dans leur programme. Second épisode avec l’interview de Nicolas Dupont-Aignan.

CivicTechno.fr est un site apolitique dédié aux technologies civiques, l’ensemble des 11 femmes et hommes politiques prétendant à la fonction suprême de l’État ont reçu le même questionnaire et leurs réponses sont diffusées ici sans filtre ou sélection partisane. 

 

Avez vous le sentiment que la technologie est bien utilisée aujourd’hui dans la relation avec les citoyens ?

Je n’ai pas le sentiment qu’il y ait un grand manque dans la relation entre la technologie et le citoyen. Il existe un réel degré d’interaction entre le politique et le citoyen via Facebook et Twitter notamment et il n’est pas possible de penser que le fossé entre la technologie et le politique est immense (du moins dans les relations avec les citoyens).

Je pense également que les citoyens ont compris tous les rouages de cette relation, et l’utilisent d’ailleurs parfaitement. Entre Change.org qui a permis de mettre l’accent sur des dizaines de problématiques, les réseaux sociaux qui permettent de prendre la température liée à des actualités ciblées (à travers les interpellations directes par commentaires ou messages privés, l’analyse des préoccupations via les taux de partages sur tels ou tels sujets), il n’y a jamais eu plus d’interaction entre citoyens et responsables politiques qu’aujourd’hui !

 

« Je n’ai pas le sentiment qu’il y ait un grand manque dans la relation entre la technologie et le citoyen » Nicolas Dupont Aignan Civic Tech CivicTech

 

Pensez vous que l’Etat peut être moteur du changement et du renouveau démocratique en participant activement au développement des technologies qui le permettent ?

Clairement, oui ! Mais pas à n’importe quel prix. L’Etat peut bien sûr être le moteur d’un changement et d’un renouveau démocratique en participant au développement des technologies, mais à partir du moment où l’Etat s’implique, les initiatives à la base dites « citoyennes » perdent de leur saveur ! Certes, l’appareil d’Etat doit prendre en compte les initiatives, les encourager, mais pas les créer.

 


La relation entre le citoyen, le politique, les institutions, c’est une relation de confiance. Une relation de proximité. Bien sûr, il faut se parler, échanger et s’interpeller grâce à la technologie. Mais il ne faut jamais oublier que nous sommes des êtres humains, sociaux, et que nous avons besoin de nous voir, nous toucher, nous regarder, d’échanger ensemble. Rien ne pourra jamais se substituer à un regard qui vous dit merci.

 

Utilisez-vous un logiciel de stratégie électorale pour gérer vos relations avec les militants et les électeurs ?

Non je n’utilise aucun logiciel de stratégie électorale pour gérer les relations, ni avec les militants ni avec les électeurs. Le message que j’ai à faire passer ne change pas selon les quartiers où je me déplace, selon le temps qu’il fait à Quimper ou la température de l’eau à Narbonne. À partir de ce point, il m’est incompréhensible de vouloir cibler des zones et en exclure d’autres, car ce n’est pas ma conception de la politique, ni de la République. Je fais donc campagne partout, et la même campagne partout.

Ainsi, je suis régulièrement en contact avec les cadres de mon mouvement, mes équipes me font remonter les informations de terrain, les inquiétudes, les encouragements.

 

"Sans dénigrer les CivicTech, ce peuple Français n’est pas forcément sur la toile" Civic Tech interview Nicolas Dupont Aignan

Mon seul logiciel de stratégie est donc compris dans le cœur de mon projet politique : c’est le respect du peuple Français. Et sans dénigrer les « CivicTech », ce peuple Français n’est pas forcément sur la toile.

 

Les Civic Tech sont-elles selon vous un terme « gadget » ?

Je ne pense pas que les « Civic Tech » soient un gadget qui donne du sens aux consultations publiques. Elles sont plutôt selon moi un complément qui permet de lier deux mondes : le monde ultra-connecté des nouvelles générations nées avec un clavier dans les mains, et la France qui ne connaît pas, à cause des zones blanches, d’un manque de moyens ou d’intérêt, les possibilités qu’offre internet.

 

"Les Civic Tech font le lien entre le monde ultra-connecté des nouvelles générations nées avec un clavier dans les mains, et la France qui ne connaît pas les possibilités qu’offre internet" Nicolas Dupont Aignan Civic Tech CivicTech

S’il faut donc des consultations publiques, oui, elles peuvent avoir lieu sur la toile, mais en parallèle sur le terrain. Il faut que chaque personne puisse avoir le lien qu’elle estime nécessaire à son épanouissement démocratique.

 

Avez-vous utilisé les Civic Tech pour une forme de co-création de programme ou votre programme prévoit il le développement des technologies dites civiques en France ?

Mon programme est né de milliers d’échanges et de rencontres, dans toutes les régions de France. Nous n’avons pas utilisé les « Civic Tech » pour le créer, même si nous avons pris en compte beaucoup de remarques que des citoyens nous avaient fait parvenir. Notre programme ne traite pas directement des « Civic Tech » mais directement des nouvelles technologies.

Toutefois, les initiatives citoyennes seront toujours encouragées, car qu’elles soient physiques ou technologiques, elles sont l’essence même de la démocratie.

 

« Les Civic Tech permettent à tous de pouvoir s’engager dans la vie du pays. Et ça, c’est le plus beau service qu’elles puissent nous rendre ! » Nicolas Dupont Aignan

In fine, les « Civic Tech » sont finalement un nouveau mode d’expression qui a la chance de permettre à tous de pouvoir s’engager dans la vie de son pays. Et ça, c’est le plus beau service qu’elles puissent nous rendre !

 


Ils font la Civic Tech

Présidentielle 2017 : et si les affiches des candidats devenaient des médias avec Extrapol ?

6 avril 2017 • By

 

J’ai découvert ce matin Extrapol, une application qui va « hacker » les affiches officielles de campagne pour les transformer en médias et informer autrement sur les candidats et les élections.

présidentielle présidentielles ExtraPol affiches civictech civic tech

Comment fonctionne ce nouveau média indépendant ?

Téléchargez l’application, trouvez les affiches officielles des candidats (devant les mairies, les écoles…), et visez celle du candidat qui vous intéresse.

Une information originale apparaît sur votre écran en data, en vidéos, en infographies… Des chiffres originaux sur les candidats, leur vie politique réelle, leur double vie virtuelle, leur passé familial, leur exposition médiatique ou leur famille politique. Et ceci, chaque jour entre le 10 avril, début officiel de la campagne, et le 7 mai, second tour du scrutin.

De nouveaux usages et de nouvelles formes de narrations à découvrir ici.

 


Présidentielles 2017

Présidentielles 2017 : Benoît Hamon et les CivicTech

27 mars 2017 • By

A quelques semaines des élections présidentielles, CivicTechno a interrogé les candidats sur leur vision des CivicTech aujourd’hui en France, leur rôle dans la campagne et la place de la tech citoyenne dans leur programme. Premier épisode avec Benoît Hamon.

CivicTechno.fr est un site apolitique dédié aux technologies civiques, l’ensemble des 11 femmes et hommes politiques prétendant à la fonction suprême de l’État ont reçu le même questionnaire et leurs réponses sont diffusées ici sans filtre ou sélection partisane. 

Benoit Hamon Civic Tech CivicTech

Avez-vous le sentiment que la technologie est bien utilisée aujourd’hui dans la relation avec les citoyens ?

Le numérique change la donne, y compris en politique car il ouvre des possibilités de participation plus grandes. Nous devons nous en saisir pour faire en sorte qu’il contribue à améliorer la relation entre les citoyens et les élus. C’est un outil formidable pour renouer le dialogue dont on a tant besoin à l’heure où notre démocratie va mal. C’est un atout pour créer une société plus collaborative, c’est pour cela que je propose aux français de contribuer à l’écriture de mon programme présidentiel sur : conseilcitoyenhamon2017.fr.

Hamon programme collaboratif civic tech civictech
De bonnes pratiques émergent, des expérimentations positives proposent une nouvelle pratique de la démocratie, portées par des personnalités politiques ou des collectivités locales ou par la société civile comme pour République numérique ou le budget participatif de Paris. La société sait se saisir du numérique pour interpeller le politique sur des sujets importants, le vrai problème à l’heure actuelle est que les institutions ne sont pas toujours conçues pour prendre en compte ces contributions citoyennes : c’est pour cela que je propose le 49.3 citoyen par exemple. Nous devons aussi aider ceux pour qui c’est moins évident de se saisir de l’outil numérique, en soutenant par exemple des associations qui accompagnent les citoyens dans cette démarche. Le numérique doit aussi être un outil de démocratisation de la participation.

Pensez-vous que l’Etat peut être moteur du changement et du renouveau démocratique en participant activement au développement des technologies civiques ?

Bien sûr, l’État a un rôle à jouer pour favoriser l’émergence de ces technologies. Pour autant, est-ce qu’il doit développer lui-même les technologies qui permettent d’améliorer la relation entre les citoyens et les élus ? Je dirais que cela dépend des usages. Certains outils Civic Tech sont plus pertinents s’ils sont développés par des associations ou des startups, ceux qui servent à interpeller les pouvoirs publics par exemple. D’autres outils, comme le site du budget participatif de la ville de Paris peuvent être développés en interne et s’adapter ainsi aux fonctionnements de l’Administration. Lors du Sommet du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert, qui s’est tenu à Paris en décembre dernier, la France a proposé une boîte à outils qui recense et facilite l’accès à des outils de participation, développés par des associations, des entreprises ou des pouvoirs publics dans le monde entier. Cela me paraît être une bonne démarche. Il faut aussi réfléchir à un modèle économique qui permette le développement de la Civic Tech.

Role de l'Etat CivicTech Civic Tech Benoit Hamon Presidentielles

Les Civic Tech sont-elles selon vous un terme « gadget » pour donner du sens aux consultations publiques ?

Les Civic Tech sont des outils numériques dont l’objectif est d’améliorer la démocratie, tant la participation des citoyens aux décisions publiques que l’engagement civique. Ce ne sont pas des gadgets. Par ailleurs ils doivent être utilisés avec sincérité par les élus. Si ce n’est pas le cas, je pense que les citoyens s’en rendent compte.
Il ne fait pas de doute que notre système démocratique n’est pas optimal, les citoyens n’ont pas suffisamment la possibilité de faire entendre leur voix lorsque des décisions publiques sont prises. En revanche, ce serait une erreur de réduire les Civic Tech à la consultation publique en ligne, il existe toute une palette d’outils dont les politiques et les administrations doivent se saisir pour améliorer la qualité et la pertinence de leurs décisions. Les Civic Tech peuvent améliorer la transparence de l’action publique, favoriser l’interpellation des décideurs, comparer les programmes politiques ou faciliter l’engagement bénévole. Ce qui est intéressant aussi c’est quand ils permettent de faire émerger des propositions des citoyens directement et non pas seulement prendre des avis sur des propositions des élus. Les Civic Tech s’ajoutent aux dispositifs de participation classiques, ils ne les remplacent pas. Comme je l’ai indiqué nous devons avoir une attention particulière pour certains publics moins familiers avec le numérique, pour les aider à s’en saisir. Cela peut passer par le biais d’associations qui accompagnent les habitants avec le soutien financier de l’État.

 

Avez-vous utilisé les Civic Tech pour une forme de co-création de programme ou votre programme prévoit il le développement des technologies dites civiques en France ?

plateforme expression hamon 2017 civic tech civictech

Je propose une plateforme numérique sur laquelle les français ont fait des propositions sur de nombreux sujets. Elles seront examinées par un Conseil citoyen paritaire constitué de 40 personnes qui ont été tirées au sort parmi des volontaires. C’est la première fois qu’un candidat à l’élection présidentielle propose ce type de démarche. C’est à l’image de ce que je souhaite faire si je suis élu Président de la République : créer les conditions d’un lien plus régulier entre les élus et les citoyens pour co-élaborer des politiques publiques. Je propose également la plateforme Expressions, ouverte à toutes les initiatives de la société civile, elle est alimentée par des textes, des vidéos, des photos, des films d’animation et des infographies pour éclairer les expérimentations et projets qui construisent aujourd’hui le monde de demain. Je souhaite m’appuyer sur les outils développés par les Civic Tech et aider au développement de nouvelles applications. C’est pourquoi j’évoquais la question du développement d’un modèle économique qui leur permette de se développer. Je m’appuierai par exemple sur les outils de la Civic Tech qui permettent la co-élaboration des lois et de politiques concrètes, mais aussi pour des Conférences citoyennes sur des sujets importants et pour les e-pétitions.


Contributions

#Inventons2017 : « Les civic tech doivent s’associer aux Écoles pour réinventer la démocratie »

6 mars 2017 • By

Diffuser l’usage des civic tech

Nous sommes convaincus que le potentiel des civic tech réside moins dans la technicité des outils que dans les usages qui en sont faits. Si nous voulons qu’elles soient au service des citoyens, et notamment des jeunes, il faut mettre en place les conditions pour qu’eux-mêmes s’en emparent. En évitant toute approche top-down, il s’agit de familiariser les moins de 30 ans à ces outils et de les encourager à s’auto-organiser. Le cadre scolaire constitue le lieu idéal pour penser cet apprentissage.

#Inventons2017

Former les étudiants aux outils collaboratifs

Les étudiants devraient avoir l’occasion de s’approprier les outils et les méthodes de la civic tech pour en faire un usage aussi naturel que les moteurs de recherche ou les encyclopédies collaboratives. Au travers d’expériences de formation dédiées à la maîtrise de ces outils, les étudiants apprendront à :

  • Collaborer non seulement avec leurs pairs, mais également avec des citoyens hors les murs. Nous pensons que tout citoyen doit savoir mobiliser les intelligences au-delà de ses cercles sociaux habituels.
  • Confronter de manière critique les savoirs acquis dans leur scolarité. Le dialogue avec autrui est un réflexe indispensable pour penser hors des cadres établis et proposer des solutions innovantes.
  • Se constituer en collectif autonome et citoyen afin non seulement de concevoir des idées mais de les faire valoir face aux élus. Le lobbying citoyen est une condition essentielle du renouveau de la vie démocratique.

 

Convaincre l’institution scolaire

Voilà pourquoi il faut convaincre les établissements scolaires, du primaire au supérieur, de développer des méthodes d’enseignement alternatives autour de ces outils. À nous, promoteurs de ces technologies citoyennes, d’aller porter le message à ces institutions et de les soutenir dans leur effort d’innovation.

 

Le programme #Inventons2017

Travailler collaborativement à l’élaboration de projets de réformes politiques innovants

Make.org, Sciences Po, Les Echos Start, LCI, Bluenove et Facebook se sont associés pour créer un laboratoire démocratique au cœur d’un établissement d’enseignement supérieur et de recherche. Ce partenariat constitue à lui seul un parcours optionnel du master Ecole Affaires Publiques et ayant valeur de stage. L’objectif du programme #Inventons2017 est d’apprendre aux étudiants à penser l’inclusion des citoyens dans la conception des politiques publiques. Les étudiants sont chargés d’organiser une consultation citoyenne des jeunes de moins de 30 ans et de concevoir avec eux 5 projets de réforme qui seront débattus par les candidats à la Présidentielle de 2017 le 25 mars prochain.

Déroulement de l’initiative #Inventons2017

Entre novembre et décembre, les étudiants accompagnés par Make.org et ses partenaires ont recueilli plus de 4000 propositions de jeunes de moins de 30 ans, soutenues par plus de 360 000 votants, sur 5 grands thèmes de politique publique. Une fois la consultation achevée, 30 étudiants de l’École Affaires Publiques de Sciences Po se sont portés volontaires pour les transformer en projets de réforme concrets en collaboration avec les citoyens participants et des experts.

Cinq propositions plébiscitées par les jeunes de moins de 30 ans ont été retenues :

  • Créer une institution citoyenne de contrôle et de participation de la vie politique
  • Introduire un revenu minimum universel
  • Établir un service citoyen obligatoire
  • Repenser l’orientation professionnelle à l’école
  • Lutter contre l’obsolescence programmée

En ce moment même, des centaines de jeunes participants collaborent activement avec les étudiants sur la plateforme Assembl afin de transformer ces propositions en véritables projets de réforme. Une fois constitués, ces programmes d’action politique feront l’objet d’un débat entre les étudiants et les candidats à la Présidentielle lors d’un événement retransmis en direct sur LCI le 25 mars prochain.

 

Signataires de la tribune : Axel DAUCHEZ, Alicia COMBAZ, Nicolas VIGNOLLES, Samuel BERNARD, Amina-Mathilde N’DIAYE, Bénédicte PONS, Laetitia BLANCHE, Jean RABALLAND, Amine ZAGHDOUDI, Clémence LOPEZ, Esther VALENČIČ, Colin SALMON-LEGAGNEUR, Arjun CHATTERJEE, Sylvain ARRAMBOURG, Vincent BARET, Charley PESTOURY

 

À propos de Make.org

Make.org est une plateforme de lobbying citoyen. Elle donne à chacun le moyen d’émettre et partager des solutions afin de répondre aux enjeux de politique locale, nationale et européenne. Make.org accompagne les citoyens dans des actions de lobbying ciblées afin de pousser les élus à prendre position et à concrétiser les solutions qui leur sont présentées.

 

 


Réflexions

Incapable d’outiller la société civile, et si la Civic Tech était vouée à l’échec ? 2/4

18 décembre 2016 • By

Ce post est le second d’une série de 4 billets dédiés aux impasses de la CivicTech.

J’ai proposé aux acteurs de cet écosystème de partager leurs visions sur les 4 grands freins qui, selon moi, entravent le développement en France des technologies civiques.

Impasses de la civic tech : droit dans le mur ?

Aujourd’hui, nouveau thème abordé : est ce une utopie que de pouvoir outiller et donner du pouvoir à la société civile, impliquer les citoyens dans la vie politique et publique ?

Comment les acteurs de la CivicTech peuvent donner du pouvoir à ces publics pour leur permettre d’apporter des solutions et de peser sur la vie publique ? Peuvent ils être les seuls moteurs du changement et du renouveau démocratique ?

Jérôme Richez – Co-fondateur du Liberté Living Lab

Les civic tech assureront-elles la distraction de la présidentielle ? L’appétence actuelle peut le faire craindre. Pour autant, cette présidentielle et les législatives dans la foulée seront peut-être les dernières élections sans véritable rapport de force citoyen. Ce qui est pointé du doigt aujourd’hui, c’est à la fois un fonctionnement politique et médiatique.

Avec les civic tech, les citoyens deviennent non seulement porteurs de solution, ils se transforment collectivement en « médias », une des composantes essentielles à la démocratie : vérification des informations, attachement pour le fond, capacité à imposer des sujets, à faire émerger des voies progressistes, à faire dialoguer…
Ces « citoyens-médias » devraient être actifs dès 2017. Quelle sera la prise de conscience collective ?

 

Nicolas Patte – Cap Collectif

Il faut pivoter, penser “hors de la boîte”, comprendre que la solution n’est pas de fournir aux citoyens magiciens des outils pour “faire système” à la place du cadre démocratique rouillé. Nous ne voulons pas “outiller le public” : nous voulons “outiller le système”.

Une fois qu’on a pivoté, et qu’on a offert une solution aux pouvoirs publics pour améliorer l’outil, il “suffit” d’apporter la méthodologie qui permet à l’outil de fonctionner efficacement. Imaginez qu’on veuille remplacer tout le parc automobile d’une communauté par des vélos. Supprimer les voitures  et livrer des vélos en laissant tout le monde en plan serait contre-productif : il faut accompagner la démarche, fournir des pièces détachées de rechange, aider à l’organisation du nouveau plan général de circulation et même expliquer le fonctionnement du vélo aux plus jeunes, désormais concernés.

Les outils, seuls, ne servent à rien. Ils ont besoin d’un cadre d’utilisation légitime (le système démocratique et républicain actuel), de volonté politique (faire comprendre au système en quoi consiste la participation citoyenne et les bénéfices attendus à cette participation), de méthodologie (convaincre l’ensemble des parties des avantages du travail collaboratif grâce à une règle du jeu claire et approuvée de tous). Et aussi de bonne foi, d’un esprit positif et éclairé qui pense “réflexions, actions et inclusions” plutôt que “discussions, réactions et exclusions”.

 

Florent Guignard – Le Drenche

Le premier cercle qui commencera à pouvoir influer sur la vie publique et politique sera fait d’initiés ; un public déjà sensibilisé et éduqué, qui agissait déjà avant, et qui verra dans ces outils un moyen d’agir plus efficacement. C’est à la fois un danger et une opportunité, mais c’est inévitable. Tout l’enjeu sera ensuite de dépasser ce premier cercle.

Le reste dépend beaucoup de la nature des initiatives ; certains resteront cantonnés à un rôle de prestataire de l’administration, d’autres ne le seront jamais. Des initiatives comme Le Drenche, Accropolis, ou comme Voxe.org sont par nature destinées au « grand public », et ne dépendent donc pas de la commande publique.

La valeur ajoutée vient de la cohésion de cet écosystème ; plus il y aura de passerelles efficaces entres les outils ou médias grands public et les moyens de consultation, plus institutionnels, et plus le système sera cohérent et efficace.

Le travail réalisé par un groupement comme Démocratie Ouverte est en cela extrêmement bénéfique, et commence à porter ses fruits.

Néanmoins, les civic tech seules ne changeront jamais les choses. Par contre, le secteur grandissant pousse les grands médias, les collectivités et le gouvernement à s’y intéresser et à les inclure ; à terme, l’ensemble de ces acteurs travaillant (plus ou moins efficacement) ensemble peut amener de grands changements.

 

Jérémie Paret – STIG

La civic tech pour réussir a besoin d’améliorer les connaissances des citoyens sur les institutions et leur fonctionnement. Fournir des outils ne suffit pas, il faut former et informer. Il est également nécessaire de créer des passerelles entre le numérique et le physique afin d’impliquer un maximum de citoyens.

 

Thomas Champion – Politizr

Il faut une innovation sociétale reposant sur un modèle économique garantissant la constitution d’un tiers de confiance entre les élu-e-s et les citoyen-ne-s.  Il s’agit bien d’un modèle différent des autres civictech, indépendant du financement des partis, des annonceurs, et des institutions.

Notre système démocratique est aujourd’hui toujours construit autour d’une démocratie représentative invitant les citoyen­-ne­-s à s’exprimer uniquement par le biais de votes sporadiques. Or, l’émergence des initiatives citoyennes comme dernièrement le mouvement “Nuit Debout” démontre que les citoyen­-ne-­s réclament d’autres modes de gouvernances et d’implications citoyennes pour construire une démocratie plus directe et participative.

Politizr est le chaînon manquant qui permet de réduire la tension croissante entre ces deux formes de démocratie, en légitimant le rôle des élu-e-s pour leur permettre de faire valoir leurs idées et leurs actions en toute transparence mais aussi pour permettre aux citoyen-ne-­s de s’exprimer de façon directe et régulière avec eux.

 

Chloé Pahud – Civocracy

Il y a un double travail à mener pour outiller la société civile et apporter des solutions pour qu’elle pèse sur la vie publique : il faut outiller avec les technologies et faire de l’éducation avec des partages d’expérience, des ateliers, …

Les acteurs Civic Tech ne peuvent pas être seuls pour réussir dans cette démarche, c’est tout l’éco-système qui doit se mettre en marche : citoyens, acteurs économiques, politiques, associations, experts.

Seule une approche bottom-up permettra de dépasser le simple stade de la consultation ! L’idée est de mettre ses outils au service de la société civile pour s’en emparer de la même manière que ces outils sont mis á dispositions des pouvoirs publics.

 

Julie de Pimodan – Fluicity

Une civic tech ne pourra avoir un réel poids que si elle est capable de reproduire le rapport de force qui existe entre les élus et les citoyens. Répondre à une commande publique est donc un non sens, puisque cela revient à créer un outil qui représente le gouvernement et non les citoyens.

 

Maxime Barbier – BlueNove / Assembl

Nous sommes dans la phase des early adopter ! Pour moi, l’avenir de la CivicTech repose autant sur la capacité à outiller les citoyens (et aussi les acteurs économiques) pour participer autrement à la décision et à l’action publique, que sur la capacité à outiller et faire monter en compétences les ministères, collectivités et opérateurs pour changer radicalement les façons traditionnelles de concevoir, délivrer et évaluer les politiques publiques. Les acteurs publics et les partis politiques sont pour moi cruciaux dans la rénovation des pratiques démocratiques. La pression ne peut pas venir que de l’extérieur.

Ce qui doit évoluer rapidement, c’est l’accès à la commande publique. Les acteurs de la Civic Tech ne décolleront jamais s’ils doivent se contenter de marchés publics cachés en dessous des seuils de mise en concurrence élargie (-25K€). Des facilités de marché doivent être mises en place. Je salue volontiers l’initiative d’Etalab, avec l’OGP Toolbox et surtout la labellisation de quelques plateformes pour outiller les processus de consultation des ministères.


Liens de la semaine

Les liens CivicTech de la semaine #11

3 avril 2016 • By

Chaque dimanche, retrouvez les liens Civic Tech de la semaine.

Les liens CivicTech Civic Tech de la semaine

Lancement de #NotreDémocratie – Rénovons les pratiques politiques !

12939452_10209843842919141_1779437816_n (1)

Lancement de #NotreDémocratie : nos propositions citoyennes pour une rénovation des pratiques politiques.
Après 2 mois de concertation, 5 débats et 212 contributions,
Exigeons de nos élus qu’ils s’engagent ENFIN !

Partout en France, des citoyens s’organisent et ouvrent de nouveaux espaces démocratiques pour sortir notre pays de ses impasses politiques . Débattons de ces nouveaux enjeux !
En présence de:
– Florent Guignard, Le Drenche
– David Guez, LaPrimaire.org
– Claude Posternak, La Transition
– Léonore de Roquefeuil, Voxe.org
– Axelle Tessandier, Axl Agency
– Thomas Werquin, Axe Culture

C’est quoi une présidentielle moderne ? – Huffington Post

Nous voulons participer, entendre et incarner des idées et visions nouvelles, qui sont en accord avec leur temps, avec cette transformation numérique qui pourrait re-enchanter l’engagement citoyen. Les initiatives de « civic tech » n’ont cessé de se multiplier ces derniers mois. Beaucoup d’entre elles visent notamment à ne pas nous laisser imposer le casting de 2017. Nouveaux visages, surprise generationnelle, L’élan est là. C’est donc le moment adéquat de sortir une loi de « modernisation »…

Non à la loi de « modernisation » de l’élection présidentielle #PrésidentielleOuverte – Change.org

Non à la loi de "modernisation" de l'élection présidentielle #PrésidentielleOuverte

De nouvelles initiatives émergent. Laprimaire.org et la transitionreprésentent cette volonté de renouvellement, en permettant à des candidates ou candidats indépendants d’apparaître.

Voxe, MA VOIX, Fluicity, ReGéneration, Democracy OS, GOV … les initiatives dites de « civic tech » se multiplient, et témoignent d’un mouvement en marche, d’une force: celle de la réinvention, d’un nouveau contrat citoyen à réécrire.

Le monde se transforme, et contrairement aux idées reçues, nombreux sont les femmes et les hommes qui ont envie non seulement de changement mais de l’incarner et d’y participer. Une démocratie représentative en France, c’est plus de diversité, de mixité, des parcours différents, un renouvellement générationnel. L’enjeu est de taille, c’est la clé pour innover, créer demain.

La meilleure façon de se plaindre est l’action. Ce mouvement, porté par la révolution numérique, est en train de grandir et tel un empire assiégé, les élus, qui sont censés être les représentants du peuple, se barricadent et ignorent les signaux. 

Présidentielle 2017 : mobilisation sur Change.org contre une loi défavorable aux candidats hors parti – We Demain

La Transition, La Primaire.org, Le Réveil Français, Ma Voix… Ces derniers mois, nombreux sont les mouvements à avoir émergé pour représenter une alternative citoyenne lors de l’élection présidentielle de 2017. Problème : s’ils présentaient un ou plusieurs candidats à ce scrutin, ces nouveaux acteurs ne partiraient pas avec les mêmes chances que les 14 responsables politiques qui se sont d’ores et déjà déclarés candidats.

C’est du moins ce que dénonce la pétition « Non au projet de loi de modernisation de l’élection présidentielle #PrésidentielleOuverte », lancée par une « passionnée de Civic tech « , l’entrepreneuse Axelle Tessandier, mardi 29 mars sur la plateforme Change.org. Une pétition qui fait suite à une virulente tribune intitulée « Faut-il en pleurer ou avoir la nausée ? », publiée sur le site duHuffington Post par l’ancienne députée et ministre de l’environnement Corinne Lepage. Plus de 20 000 citoyens ont déjà signé la pétition, à peine plus de 24 heures après sa mise en ligne.

La loi de “modernisation” de la présidentielle est un grand bond en arrière – Geoffroy de DemocracyOS

L’objectif derrière ces changement pas aussi légers qu’ils n’en ont l’air, c’est de limiter la participation à la présidentielle aux grands partis politiques, déjà médiatiques, et disposant d’un réseau important de militants et d’élus disciplinés. C’est l’absolu contraire des réformes nécessaires pour revitaliser notre démocratie. C’est l’opposé du renouvellement de la classe politique que souhaitent les Français.

Terrifiée par le rejet dont elle fait l’objet dans la population et qu’elle découvre peu à peu, l’élite politique cherche à tout prix à protéger la rente sur laquelle elle vit — quitte à ce que cela nécessite de changer les règles du jeu pour éviter l’entrée en politique de forces nouvelles et de visages neufs.

Preuve de cette panique: la proposition de loi passe en procédure accélérée, ce qui permet de limiter le nombre de votes sur un texte par les différentes Chambres, et de réduire le temps dédié au débat parlementaire.

La présidentielle américaine se joue aussi sur YouTube et ses pubs vidéo – Numerama

YouTube vient de dévoiler un rapport qui montre une explosion du visionnage de vidéos politiques depuis le début des primaires américaines. Les internautes ont regardé 100 fois plus de contenus sur YouTube qu’il n’en a été diffusé sur les chaînes de télévision. Et le site devient un support publicitaire pour les candidats.

Choisissons nos candidats pour les élections de 2017 – LaPrimaire.org

Fin des partis politiques ? Observatoire de la vie politique / Cevipof / Janvier 2015

Comment est-ce possible que plus de 90% d’entre nous n’ayons pas confiance dans les partis politiques et pourtant, nous continuons de voter pour les candidats issus de ces mêmes partis politiques ? La réponse est simple : nous n’avons pas le choix ! Les partis politiques ont le monopole de désignation des candidats aux élections qui, de fait, ne sont plus réellement démocratiques. Les partis politiques, jadis formés pour être des viviers d’idées et de construction de programmes, sont aujourd’hui devenus des espaces de cooptation qui enferment leur membres dans une logique électoraliste. Est-ce qu’un citoyen qui ne serait pas affilié à un parti politique aurait une chance d’être élu ? Non, car les partis se sont organisés comme des machines à gagner les élections : leur seul objectif et la seule chose à laquelle ils sont vraiment bons, notamment grâce à leur maillage national très dense. Si nous voulons redonner du souffle à notre démocratie, il nous faut donc à tout prix casser ce monopole des partis sur les élections.

Ça suffit ! – La Transition

En catimini, à la veille du weekend pascal, le Parti socialiste, avec la complicité muette des Républicains*** vient de faire voter une loi anti-démocratique pour museler la parole citoyenne. Pour préserver les seuls intérêts d’une oligarchie agonisante, onze députés (oui, vous avez bien lu onze personnes décident de l’égalité des Français devant le choix démocratique le plus important de notre République) ont voté le changement des règles concernant l‘accès à l’élection présidentielle.

Première lame, ils rendent plus difficile l’obtention des 500 signatures. Les élus devront dorénavant transmettre eux-mêmes leur parrainage au Conseil Constitutionnel alors que jusqu’à présent ils le remettaient au candidat ou à ses représentants. Un maire pourra ainsi vous promettre de vous donner sa signature et ne pas le faire.

Sous couvert de « transparence », on publiera même la liste complète des élus ayant parrainé un candidat. C’est tout simplement un contrôle supplémentaire exercé par les partis, pour surveiller et donc tenir leurs élus.

Deuxième lame, si le candidat arrive malgré tout à obtenir ses signatures. Il s’agira d’un candidat de seconde zone avec un temps de parole moindre. La loi met en effet fin au principe d’égalité du temps de parole entre les différents candidats.

Le numérique, un outil au service de la démocratie locale – La gazette des communes

Dans quelle mesure le numérique contribue-t-il à renouveler la démocratie locale ? En élaborant le premier baromètre de la démocratie locale numérique, le think tank Décider ensemble, en partenariat avec OpenDataSoft et relayé par La Gazette des communes, a voulu apporter sa contribution à cette question qui a émergé avec la massification d’Internet et la multiplication d’outils numérique de participation citoyenne, dont certaines collectivités s’emparent depuis quelques années. Les résultats de cette enquête (voir encadré) ont été présentés ce mardi 22 mars au Sénat.

Pétitions en ligne : que demande le peuple ? – Le Monde

Pétitions en ligne civic tech civictech

 

Ces victoires sont-elles l’exception ? L’indignation à portée de clic est-elle en train de devenir un outil incontournable de la démocratie directe ? A l’heure où la défiance à l’égard des systèmes traditionnels de représentation politique ne cesse de croître, cette forme d’engagement citoyen a en tout cas le vent en poupe. « Les pétitions en ligne sont des indicateurs de mouvements d’opinion, et c’est ce qui les rend intéressantes. Car des outils de connaissance de l’opinion, à part les sondages, on n’en a pas tellement », souligne Romain Badouard, chercheur au laboratoire Agora (sciences de l’information et de la communication) de l’université de Cergy-Pontoise.